Imprimer la page
Partager la page

Plus de covoiturage en zone rurale avec TER

Publié le 12 octobre 2017 à 15:09

SNCF Mobilités – TER et la fédération Ecosyst’m ont signé le mercredi 11 octobre à Marseille, aux Rencontres nationales du transport public, une convention pour favoriser le covoiturage en zone rurale.


Difficile de parvenir à une base critique de fonctionnement de covoiturage dans les zones où la population est peu dense. En effet, plus le nombre d’inscrits est important, plus les utilisateurs auront une chance de trouver un itinéraire qui leur convienne. TER s’appuie ainsi sur la fédération d’entraide sociale Ecosyst’m pour lutter contre l’ «autosolisme» dans les zones les moins denses du territoire. 20% des voyages TER se déroulent dans ces zones.

Premier et dernier kilomètre

L’idée est de mettre en relation les voyageurs qui se rendent à la gare (pour un voyage en train ou en car), ou qui en reviennent. Les personnes intéressées, conducteurs ou passagers, pourront se rendre dans les lieux d’accueil Ecosyst’m et faire part du trajet qu’ils souhaitent réaliser. Les équipes d’Ecosyst’m pourront trouver d’autres candidats au voyage pour «remplir le véhicule» de plusieurs façons. «Il peut s’agir d’une aide pour se connecter à la plateforme iDVroom, certains habitants n’étant pas familiers du digital, ou alors une mise en contact plus simple entre conducteurs et passagers, ou encore une aide pour organiser l’ensemble du voyage», explique Astrid Maillard, responsable du porte à porte TER. Avec en bonus un lien social renforcé.

Le partenariat est testé depuis deux ans en Nouvelle Aquitaine.