Imprimer la page
Partager la page

SNCF mise
sur les drones
pour renforcer
la surveillance
du réseau

Depuis plusieurs années, SNCF innove dans le domaine des drones afin d’améliorer la performance et la sécurité de son réseau. Cette démarche prend son envol grâce au partenariat signé le 24 février 2015 avec l’ONERA, le centre français de recherche aérospatiale. L’objectif ? Concevoir des technologies de drones sur-mesure pour les applications spécifiques de SNCF.


Recherche technologique :
notre partenariat avec l’ONERA

Afin de développer des solutions toujours plus innovantes dans la conception de drones pour la surveillance du réseau ferré, SNCF et l’ONERA viennent de signer un partenariat d’une durée de 5 ans. Ce contrat de recherche « Partenariat Recherche Industrie », d’un montant de plus de 4 millions d’euros, a pour objectif de concevoir des systèmes drones sur-mesure, adaptés aux applications spécifiques de SNCF, et notamment :

  • la surveillance du réseau sur des grandes distances : voies ferrées, caténaires, abords des voies
  • l’inspection d’ouvrages et d’installations : gares, technicentres ferroviaires, ouvrages d’art, trains, verrières, structures métalliques, etc

Dans le cadre de cette collaboration, l’ONERA mettra à disposition son expertise en termes de traitements d’images, de capteurs et de simulation.


Nos drones au service
de la performance et de la sécurité

Depuis 2005, SNCF suit avec attention les avancées en matière de drones, ces appareils volants télépilotés, pouvant embarquer un ou plusieurs capteurs d’acquisition de données : appareil photo, caméra vidéo, radar classique ou laser (LIDAR : Light Detection And Ranging), etc.


Une démarche d’innovation ouverte

En partenariat avec EDF, confronté aux mêmes problématiques de surveillance du réseau, SNCF a lancé en 2013 un travail collectif de réflexion et d’expérimentation en collaboration avec des écoles, des fabricants français de drones et la Direction Générale de l’Aviation Civile. L’apport de ces experts extérieurs a permis d’élargir la vision de SNCF sur l’usage des drones, leurs applications possibles et contraintes techniques.

En savoir plus sur l’Open Innovation chez SNCF


Les usages des drones

SNCF souhaite profiter de l’agilité des drones afin d’améliorer ses méthodes de surveillance du réseau et ses performances associées. Les drones, qui permettent des prises d’information sans effet sur le trafic, ouvrent en effet des perspectives dans de nombreux domaines :

  • suivi et contrôle de la végétation aux abords des voies
  • prévention et détection des intrusions de toutes natures dans les emprises ferroviaires, notamment pour lutter contre les vols de métaux
  • inspection des ouvrages d’art (ponts, viaducs), des gares (toitures, verrières), des ateliers ou des trains (toitures), et des parois rocheuses
  • inspection des installations électriques pour détecter par exemple les constituants défectueux (points chauds)
  • détection rapide des obstacles ou des avaries sur la voie en cas d’intempéries ou d’actes malveillants
  • suivi de chantier, depuis les phases de reconnaissance en étude jusqu'aux réceptions en fin de travaux

En 2013, SNCF s’est doté de son premier drone et a réalisé des expérimentations sur le terrain. Les parois rocheuses de Le Trayas, dans le Var, ont ainsi été modélisées en 3D avec précision. L’objectif ? Réaliser une inspection détaillée des ouvrages afin de maîtriser les risques de chutes de blocs rocheux.

Plusieurs démonstrateurs développés en partenariat

Depuis novembre 2013, plusieurs opérations ont été réalisées pour définir les besoins de SNCF en termes d’utilisation et de développement des drones. Le viaduc de Roquemaure sur la ligne Paris-Marseille a notamment fait l'objet de plusieurs tests avec des drones de moins de 4 kg pour détecter les fissures à 2/10ème de millimètre. L’un des principaux challenge vise l’automatisation d’une partie du traitement des données afin d’aider les experts métiers dans leurs missions de surveillance et d’inspection.


Nos innovations en matière
de surveillance du réseau

Pour améliorer la performance du réseau, d’autres moyens spécifiques sont utilisés. Ces programmes s’inscrivent dans la démarche d’innovation de SNCF Réseau qui travaille en partenariat avec la communauté scientifique pour identifier et déployer de nouveaux concepts.


Surveillance du réseau par les trains de voyageurs

Des capteurs connectés sont installés sur les trains de voyageurs : ils offrent la possibilité de contrôler l’état des voies, des traverses et des ballasts et leur évolution dans le temps. Un système d’analyse permet ensuite de traiter les données et de les modéliser, afin de planifier aux mieux les opérations d’entretien.


Surveillance du réseau par des engins spécialisés

Plusieurs engins sont utilisés pour améliorer la performance du réseau :

  • depuis 2006, Iris 320, une rame TGV dédiée à l’inspection des lignes à grande vitesse parcourt près de 220 000 km par an, avec des instruments spécifiques à son bord. Sa mission ? Surveiller les voies, la signalisation, les caténaires et les télécommunications
  • depuis janvier 2014, des engins de surveillance automatisés ont été déployés sur les voies. Ils enregistrent des vidéos haute-définition et analysent automatiquement les écarts
  • depuis 2012, une nouvelle technologie de surveillance des aiguillages par vidéo est développée avec pour objectif que chaque rail, aiguillage ou équipement soit filmé et analysé

Découvrez Iris 320, l’œil du réseau


Surveillance 3D : la technologie de lasergrammétrie

La lasergrammétrie est une technique de relevé géométrique en 3D qui permet de collecter des données sur l’ensemble de l’environnement de chaque infrastructure (ouvrages d’art ou de terre difficiles d’accès par exemple). Grâce à la modélisation des volumes, à la rapidité et la finesse des données, cette technique offre la possibilité d’augmenter la qualité de surveillance des infrastructures.