Imprimer la page
Partager la page

Le premier téléphérique
urbain en France

Le 19 novembre 2016, Keolis Brest, opérateur du réseau Bibus, a mis en service le premier téléphérique en France utilisé comme moyen de transport urbain à Brest. La ville inaugure ainsi un nouveau mode de transport urbain propre et économique qui transportera, chaque année, 675 000 personnes (fréquentation prévisionnelle).

En savoir plus sur Keolis


Un mode
de transport urbain innovant

Le 19 novembre 2016, Keolis Brest, filiale du leader mondial du métro automatique et du tramway Keolis, a annoncé l’ouverture du premier téléphérique urbain en France.

Construit par l’entreprise suisse Bartholet et exploité par Keolis Brest, le téléphérique est la réponse choisie à la problématique de la desserte du nouveau quartier des Capucins à Brest. Il permettra ainsi de relier le centre-ville à la rive droite du fleuve de la Penfeld.

En plus d’être un mode de transport urbain innovant, le téléphérique de Brest déjoue les contraintes du terrain (franchissement de la Penfeld par exemple) au meilleur coût. 

C’est la première fois qu’un téléphérique est utilisé comme moyen de transport urbain. Le voyageur embarque pour une durée de 3 minutes, temps nécessaires pour relier la station Jean Moulin, en bas de la rue de Siam, à celle des Ateliers dans le quartier des Capucins. Le temps d’attente entre 2 passages est d’environ 5 minutes.

Ouvert de 7h30 à 19h du lundi au samedi (à partir de 8h30 le dimanche), le téléphérique doit, à terme, fonctionner de 7h30 à 00h30.

En chiffres

  • 60 personnes maximum par trajet, soit 1 400 personnes en 1 heure
  • 420 mètres de longueur
  • 3 minutes de traversée

En tout, ce sont 675 000 passagers qui sont attendus à bord du téléphérique chaque année.


Un mode
de transport
qui multiplie
les innovations

1ère mondiale Le système dit de « saut de mouton » à câble utilisé pour cette infrastructure constitue une première mondiale : les deux cabines se croisent l'une au-dessus de l'autre (et non l'une à côté de l'autre). Cette disposition permet de réduire l’emprise du sol sur la station.

Le téléphérique de Brest marque une évolution technologique et technique dans plusieurs domaines :

  • les cabines sont dotées d’une installation de systèmes de vidéo protection et d’interphonie qui permet d’entrer en contact directement avec un opérateur
  • la supervision du système se fait à distance à 5 km du site des Capucins. Depuis ce poste, un opérateur commande en temps réel le téléphérique grâce au Système d’Aide à l’Exploitation (SAE)
  • le téléphérique est doté de batteries dites de « supercapacité ». Elles permettent de stocker l’énergie produite lors de la descente des cabines et de la restituer lors de la montée
  • le téléphérique permet d’embarquer 2 fauteuils roulants et dispense les informations de manière auditive et visuelle en accord avec les nouvelles normes en matière d’accessibilité

Assurer
la sécurité
de ses passagers
au quotidien

La sécurité des voyageurs, comme celle de ses employés, constitue la priorité absolue de Keolis Brest.

Dès la mise en œuvre du projet, une équipe de Keolis Brest a suivi les formations et les mises en pratique sur des systèmes équivalents en France. En tout, les équipes de Keolis Brest ont suivi 2 327 heures de formation.

Chaque jour, un opérateur de Keolis Brest réalise un contrôle d’une heure avant la mise en exploitation. Il réalise plusieurs manœuvres pour s’assurer du bon fonctionnement du système :

  • la vérification des câbles, des galets et du niveau d’huile
  • la mise sous tension du téléphérique
  • la vérification de l’environnement et de la propreté des stations
  • la réalisation d’un trajet à vide et d’un trajet embarqué

En plus des vérifications quotidiennes, les téléphériques sont soumis chaque année à des contrôles très stricts, encadrés par les autorités de l’état.

Toutes ces mesures de sécurité permettent aujourd’hui au téléphérique de faire partie des moyens de transports les plus sûrs.