Imprimer la page
Partager la page

La lutte contre l’errance en gare

Chaque jour, des millions de voyageurs croisent des centaines de sans-abri réfugiés en gare. SNCF agit au nom de la solidarité et de l’attractivité du train.


COORDONNER
LES INITIATIVES

La lutte contre l’errance en gare mobilise un grand nombre d’acteurs. Engagé depuis 1990, SNCF a largement contribué à la création de deux outils de coordination qui dopent l’efficacité du travail en réseau. Le “Point Accueil Solidarité” implanté en gare écoute et oriente les personnes en errance et fait le lien entre tous les acteurs. Le “tour de gare sociétal”, déployé depuis 2010, s’appuie sur un diagnostic partagé entre les agents SNCF, les prestataires de service en gare, les intervenants sociaux, les associations et les institutions locales, tous réunis 2 ou 3 fois par an pour vérifier la cohérence des actions mises en œuvre.


UN DISPOSITIF DÉPLOYÉ DANS
56 GARES

SNCF soutient les tournées de travailleurs sociaux qui vont à la rencontre des sans-abri dans les gares, celles du Samu Social à Paris par exemple qui mobilisent 8 agents SNCF détachés auprès de cet organisme. L’entreprise participe au fonctionnement des points d’accueil solidarité en gares de Metz, Strasbourg et Tours qui accompagnent chacun près de 6 000 personnes par an. SNCF soutient les lieux d’accueil de jour situés près des 4 grandes gares parisiennes et participe au financement et au fonctionnement de 5 structures d’hébergement d’urgence à Paris et une à Avignon.


gares dotées d’un dispositif de prise en charge de l’errance en 2013

structures d’hébergement d’urgence à Paris et Avignon