Imprimer la page
Partager la page

1938-2008 :
les présidents
de SNCF

Les mandats de nos présidents ponctuent et témoignent de l’histoire de notre entreprise.


1938 - 1949

Fermer

PIERRE  GUINAND

Premier président de la Cour des comptes entre 1936 et 1937, Pierre Guinand devient, à la fondation de SNCF en 1938, son premier président. Cette année là, SNCF prend la forme d’une société anonyme mixte détenue à 51% par  l’État.

L’armistice du 22 juin 20140 place l’entreprise sous l’autorité et le contrôle de l’occupant allemand. En septembre 1940, le Gouvernement de Vichy le démet de ses fonctions.

Fermer

PIERRE-EUGÈNE  FOURNIER

Gouverneur de la Banque de France, Pierre-Eugène Fournier est nommé à la tête de SNCF en 1940. C’est un homme qui connaît bien le réseau ferré. Le rapport économique et financier qu’il rédige en 1929 conduit justement à la création de SNCF. Il assume la tâche de diriger la société à une période noire de l’histoire.
Il abandonne son fauteuil en août 1946. À la fin de la guerre, le réseau ferré est aux trois-quarts détruits, tant par les bombardements que par les sabotages de la Résistance. Tout est à reconstruire.

En novembre 2010, SNCF exprime ses regrets pour les conséquences de ses actes réalisés sous la contrainte de la réquisition lors de la deuxième guerre mondiale. Dans ses wagons, 76 000 femmes, hommes et enfants auront été acheminés vers l’Allemagne pour être ensuite envoyés en camps de concentration.

Fermer

MARCEL  FLOURET

Polytechnicien, Marcel Flouret prend les commandes de SNCF en septembre 1946. Il s’attaque à la reconstruction du réseau. Il investit beaucoup dans l’électrification. Après la guerre, près de 2 600 ponts et viaducs sont endommagés, une centaine de gares détruites et une grande partie des équipements et du matériel inutilisable.
C’est sous sa présidence qu’une nouvelle identité graphique pour l’entreprise voit le jour.  Une sixième région est également ouverte : la région Méditerranée. Marcel Flouret quitte ses fonctions en mai 1949.

PIERRE GUINAND

Le premier président

Premier président de la Cour des comptes entre 1936 et 1937, Pierre Guinand devient, à la fondation de SNCF en 1938, son premier président.

PIERRE-EUGÈNE FOURNIER

Le président des années sombres

Gouverneur de la Banque de France, Pierre-Eugène Fournier est nommé à la tête de SNCF en 1940.

MARCEL FLOURET

L’homme de la reconstruction

Polytechnicien, Marcel Flouret prend les commandes de SNCF en septembre 1946.


1949 - 1975

Fermer

Pierre  Tissier

Pierre Tissier dirige SNCF de 1949 à 1955, année de son décès subit. Cet ancien conseiller d’État et directeur général des impôts lance vraiment l’entreprise sur les voies de la modernisation. Il électrifie la ligne Paris-Lyon. L’histoire de sa présidence est marquée par un record de vitesse à 140 km/h, précisément sur cette ligne.

Fermer

LOUIS   ARMAND

Figure emblématique du réseau Résistance-Fer, mouvement de lutte clandestine des cheminots, Louis Armand devient directeur général de SNCF en 1949. Quand ce polytechnicien en devient président en 1955, il lance l’électrification des lignes du Nord et de l’Est en adoptant le nouveau système de courant monophasé de fréquence industrielle (25 000 V, 50 Hz). SNCF bat un nouveau record du monde de vitesse avec deux locomotives lancées à 331 km/h. C’est aussi l’époque du lancement du service Trans Europe Express et de la suppression de la 3e classe. Louis Armand quitte la présidence en 1958.

Fermer

ANDRÉ   SÉGALAT

Président de SNCF de 1958 à 1975, André Ségalat crée la ligne à grande vitesse Paris-Lyon. C’est une véritable révolution : pour la première fois dans un pays industrialisé, le train démontre toute sa pertinence pour le transport de voyageurs à grande vitesse et sur longue distance. Quelques innovations notables : le Capitole (Paris-Austerlitz-Toulouse), le Sernam (service national des messageries), les cartes Vermeil et Inter Rail, enfin la carte orange en Ile-de-France. Ce sont également les débuts de la réservation électronique.

Pierre Tissier

La modernisation s’intensifie

Pierre Tissier dirige SNCF de 1949 à 1955, année de son décès subit.

LOUIS ARMAND

Les prémices de l’innovation

Figure emblématique du réseau Résistance-Fer, mouvement de lutte clandestine des cheminots, Louis Armand devient directeur général de SNCF en 1949.

ANDRÉ SÉGALAT

Un président révolutionnaire

Président de SNCF de 1958 à 1975, André Ségalat crée la ligne à grande vitesse Paris-Lyon.


1975 - 1988

Fermer

JACQUES  PÉLISSIER

À la tête de l’entreprise de 1975 à 1981, Jacques Pélissier renouvelle le confort et le transport des voyageurs avec la voiture Corail. Il mène aussi à son terme la construction de la première ligne de TGV, la ligne à grande vitesse Sud-Est. En Île-de-France, SNCF ouvre la ligne C, première ligne RER 100% SNCF.

Fermer

ANDRÉ   CHADEAU

Nommé en 1981, André Chadeau reste 4 ans à la tête de l’entreprise. Il supervise le lancement de la première ligne à grande vitesse sur le tronçon Paris-Lyon. La nouvelle gare de Lyon Part-Dieu est inaugurée et le projet de TGV Atlantique est lancé. Enfin, changement majeur pour toute l’entreprise, SNCF devient un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC).

Fermer

PHILIPPE   ESSIG

Philippe Essig dirige SNCF de 1985 à 1988. En 1987, naît le Transport express régional (TER) : les régions sont reliées entre elles et les destinations régionales sont désormais favorisées. Le TER marque le renforcement de la collaboration entre SNCF et les régions.

JACQUES PÉLISSIER

Le confort en Corail

À la tête de l’entreprise de 1975 à 1981, Jacques Pélissier renouvelle le confort et le transport des voyageurs avec la voiture Corail.

ANDRÉ CHADEAU

Le premier TGV

Nommé en 1981, André Chadeau reste 4 ans à la tête de l’entreprise.

PHILIPPE ESSIG

La naissance du TER

Philippe Essig dirige SNCF de 1985 à 1988.


1988 - 1995

Fermer

PHILIPPE   ROUVILLOIS

D’abord directeur adjoint chargé des finances au sein de SNCF, Philippe Rouvillois en devient numéro 1 en février 1988. Il décide de mettre un terme à sa présidence après le très grave accident survenu en gare de Paris-Lyon  en juin 1988. Une stèle honore la mémoire des 56 victimes sur le quai B souterrain de la gare.

Fermer

JACQUES   FOURNIER

Sous sa présidence, de 1988 à 1994, le TGV Atlantique est prolongé jusqu’au Mans. Il bat un nouveau record de vitesse à 513,3km/h, le 18 mai 1990. En 1991, l’adoption d’une directive européenne introduit la concurrence pour le rail.

Fermer

JEAN   BERGOUGNOUX

Jean Bergougnoux dirige l’entreprise de 1994 à 1995. SNCF met en service l'Eurostar qui relie Paris Londres en 3h. Il décide de favoriser les liaisons RATP-SNCF en Île-de-France avec l’instauration d'un billet commun.
A la suite des mouvements de grèves contre la réforme des retraites, l’entreprise met en place les « gilets rouges », annonciateurs du service « SNCF Assistance ». Désormais, les jours de grands départs, des agents volontaires accueillent, informent et orientent les voyageurs en gares. Jean Bergougnoux démissionne après les grèves de 1995.

PHILIPPE ROUVILLOIS

Le poids de la responsabilité

D’abord directeur adjoint chargé des finances au sein de SNCF, Philippe Rouvillois en devient numéro 1 en février 1988.

JACQUES FOURNIER

Le TGV Atlantique

Sous sa présidence, de 1988 à 1994, le TGV Atlantique est prolongé jusqu’au Mans.

JEAN BERGOUGNOUX

L’Eurostar

Jean Bergougnoux dirige l’entreprise de 1994 à 1995.


1995 - 2008

Fermer

LOÏK   LE FLOCH-PRIGENT

Président de 1995 à 1996, Loïk Le Floch-Prigent assiste au lancement du Thalys, pour la première liaison Paris-Bruxelles-Amsterdam. SNCF met en service des rames TGV à deux niveaux sur les lignes les plus fréquentées : c’est la naissance des « Duplex ».

Fermer

LOUIS   GALLOIS

À la tête de SNCF de 1996 à 2006, Louis Gallois donne une impulsion nouvelle à l’entreprise : Réseau Ferré de France (RFF) est créé en 1997,  Transilien est lancé en 1999 pour incarner le renouveau des transports régionaux en Île-de-France. En 2000, les régions prennent le rôle d'autorités organisatrices de transport. Et en 2001, SNCF met en ligne ce qui va devenir le premier site de e-commerce en France : voyages-sncf.com. Enfin, la ligne TGV Méditerranée rapproche Marseille de Paris, et iDTGV renouvelle la façon de voyager.

Fermer

ANNE-MARIE  IDRAC

De 2006 à 2008, Anne-Marie Idrac est la première femme à présider SNCF et la première vice-présidente de l'Union internationale des chemins de fer (UIC). Sa présidence est marquée par la réforme du régime spécial de retraite des cheminots et la mise en place du service minimum. Le lancement du TGV Est avec la ligne Paris-Strasbourg rencontre un vif succès auprès du public. Un nouveau record du monde de vitesse sur rail est battu le 3 avril 2007 : 574,8 km/h.
Anne-Marie Idrac travaille aussi à redresser et européaniser l'activité fret et logistique du groupe SNCF en s'inspirant de l'exemple allemand. Elle modernise enfin le transport régional : TER et Transilien.

LOÏK LE FLOCH-PRIGENT

Les TGV Duplex

Président de 1995 à 1996, Loïk Le Floch-Prigent assiste au lancement du Thalys, pour la première liaison Paris-Bruxelles-Amsterdam.

LOUIS GALLOIS

Une impulsion nouvelle

À la tête de SNCF de 1996 à 2006, Louis Gallois donne une impulsion nouvelle à l’entreprise : Réseau Ferré de France (RFF) est créé en 1997.

ANNE-MARIE IDRAC

La réformatrice

De 2006 à 2008, Anne-Marie Idrac est la première femme à présider SNCF et la première vice-présidente de l'Union internationale des chemins de fer (UIC).