Imprimer la page
Partager la page

Convention TER avec Auvergne-
Rhône-Alpes : ça avance

Publié le 14 novembre 2017 à 17:11

40% de trains en retard en moins en 2020, sous peine de pénalités jusqu’à 5 fois supérieures. Ce sont deux des engagements pris par SNCF Mobilités vis-à-vis de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre d’un pré-accord sur la Convention TER.


Laurent Wauquiez, le président de la Région, et Guillaume Pepy, PDG de SNCF Mobilités ont officialisé le 13 novembre leur accord concernant la prochaine convention d’exploitation TER, portant sur la période 2017-2022 en présence de Franck Lacroix, directeur général TER et d’Alain Thauvette, directeur général TER Auvergne-Rhône-Alpes. Il s’agit de la première convention qui sera mise en oeuvre dans le cadre de Cap TER 2020.

Un effort particulier sera mis sur deux lignes TER, Lyon/Grenoble/Chambéry et Lyon/St Étienne, les premières lignes de la Région en termes de flux. Si l’objectif de régularité annuel n’est pas atteint sur ces deux lignes, un système de "bonus-malus" renforcé a été mis en place. Les sanctions financières pourront être multipliées par cinq par rapport à celles appliquées dans la convention d'exploitation achevée en 2016.

Laurent Wauquiez a évoqué un objectif de 90% de TER à l’heure en 2020, contre 87,1% en 2016.


Plus d'agents Suge et de caméras

En matière de sécurité, les effectifs de la police ferroviaires seront doublés. Il y aura aussi plus de vidéo protection, avec un équipement dans 123 gares et dans 100% des trains.

Des innovations devraient intervenir également sur le parcours voyageur, avec notamment un test de wifi à bord en 2018, le premier pour les TER.

"La relation entre l’exploitant et l’autorité organisatrice s’est transformée en profondeur, a affirmé Guillaume Pepy, à la faveur de l’exigence légitime de nos interlocuteurs de la Région qui veulent un service de qualité, au juste prix. Les discussions ont vous le savez été engageantes et les échanges intenses. SNCF a entendu son client et fait évoluer sa posture en profondeur. Ce changement de braquet a été porté par les équipes de TER engagées dans la négociation au côté des équipes régionales".

La convention d’exploitation sera soumise au vote du Conseil régional le 29 novembre 2017 et à l’approbation du Conseil d’administration de SNCF Mobilités.


Les chiffres de la Région

  • 30 000 collaborateurs SNCF
  • 175 000 voyageurs
  • 1 500 trains
  • 600 car par jours
  • + 4, 3% d’augmentation du trafic voyageurs depuis début 2017 en Auvergne-Rhône-Alpes
  • 700 millions d’euros d’achats effectués chaque année auprès de 4 500 entreprises régionales (dont 3 000 PME)