Crédit photo en-tête de page : DanielEchelard

Cédric Nankin décroche le Graal européen avec les Bleus

Sacré au championnat d'Europe de rugby fauteuil, notre athlète SNCF, défenseur de l'équipe de France, évoque avec Laurent Guillemette, directeur des grands événements sportifs au sein de notre Groupe, les valeurs de ce sport encore méconnu du grand public.

Mis à jour le

Lecture 5 min.

Rugby Fauteuil Teaser Europe 2022 Brool Video V4

Ils l'ont fait ! L'équipe de France de rugby fauteuil a décroché le titre européen, samedi 26 février à Paris, face aux tenants du titre britanniques. Une consécration pour notre athlète, Cédric Nankin, défenseur des Bleus. Quelques jours avant l'exploit, il revenait, en compagnie de Laurent Guillemette, sur son envie de briller et sur l’engagement de notre Groupe, partenaire du championnat d’Europe de rugby fauteuil, événement majeur de l’handisport. Rencontre.

Cédric, comment vous sentez-vous à quelques jours du coup d’envoi de la compétition ?

Cédric Nankin : J’ai hâte que ça commence, jouer des matchs à ce niveau est toujours plaisant, et davantage encore devant notre public, la famille, les amis, les collègues. Il n’y a jamais eu un tel événement organisé en France. C’est une première. Nous sommes 12 joueurs sélectionnés et clairement prêts pour aller chercher ce titre de champion d’Europe. La route est compliquée, en face il y a de beaux adversaires, mais l’équipe est à un super niveau et notre dernier stage de préparation à Paris a encore renforcé notre entente et notre bonne humeur.

Laurent, vous suivez Cédric Nankin dans son parcours tant professionnel que sportif. Quelles sont vos impressions ?

Laurent Guillemette : Nous avons un destin partagé et commun avec Cédric, il est dans le Dispositif Athlètes SNCF, une équipe de sportives et sportifs dont j’ai fait partie il y a une vingtaine d’années (marin en catamaran olympique, ndlr). Ce sens du collectif, le dépassement, sentir la pression gentiment monter, cette adrénaline qui porte les athlètes de haut niveau… Je connais également tout ça. J’ai rencontré Cédric à son arrivée à la SNCF, en juillet 2020. Comme la plupart, je ne connaissais pas le rugby fauteuil. Je l’ai découvert en regardant son premier match aux jeux paralympiques de Tokyo. La France avait perdu mais c’était un très beau match face au pays hôte. J’ai vraiment hâte en tant que collègue et représentant du Dispositif Athlètes SNCF de voir jouer Cédric et l’équipe de France. Je suis extrêmement fier que la SNCF, au titre du management mais aussi en tant que marque, se range derrière Cédric et accompagne d’autres athlètes et événements dans les prochaines années. Il y a une réelle effervescence autour de cette discipline peu connue. On y fonde beaucoup d’espoirs.

Quel sens donné à ce premier engagement de la SNCF dans un événement handisport de portée internationale ?

L.G. : Nous accompagnons le comité d’organisation de l’Euro 2022 de rugby fauteuil aux côtés des deux autres sponsors officiels, GMF et la Société Générale. Deux convictions nous animent. Nous souhaitons que ce partenariat s’intègre plus largement dans celui que nous avons noué pour la Coupe du monde de rugby 2023. En ce sens, nous réfléchissons à également être partenaire du Championnat du monde de rugby fauteuil l’an prochain. La seconde est d’aborder le rugby sous l’angle de la diversité et de l’inclusivité. Notre soutien s’adresse à l’athlète mais aussi à l'équipe de France et aux comités d’organisation qui mettent sur pied de grands événements en France. Cela fait sens dans notre entreprise.

Comment ce partenariat se traduit-il concrètement ?

L.G. : Notre souhaitons permettre la bonne mobilité des différentes équipes sur le territoire français, entre leurs hôtels jusqu’aux centres d'entraînement ou la salle du tournoi. La question des transports pour les personnes à mobilité réduite est plus largement un enjeu important pour notre Groupe, et ce, bien au-delà des compétitions à venir, telles que les Jeux olympiques de Paris 2024. Nous voulons accompagner les handi-athlètes dans leurs déplacements et relevons le challenge de l’accessibilité au quotidien.

Ce projet est-il né des échanges avec Cédric ?

L.G. : Oui, mais aussi de notre partenariat avec la Coupe du monde de rugby 2023 et notre envie d’aborder ce sport sous toutes ses formes. Le championnat d’Europe de rugby fauteuil s’inscrit dans cette démarche de mise en avant de la diversité. Un thème abordé aussi l’été prochain grâce au train du rugby, qui, à travers 50 étapes et durant 110 jours, fera la promotion de la Coupe de monde de rugby 2023. Nous envisageons de proposer quelques étapes axés autour du rugby fauteuil pour permettre à nos collègues, aux visiteurs de la gare et aux voyageurs, de découvrir la pratique de ce sport inclusif.

Le rugby fauteuil est un sport qui envoie ! C’est l’antithèse de ce qu’on peut penser sur le handicap.

Cédric Nankin, athlète paralympique de rugby fauteuil et adjoint méthodes MOA au sein de SNCF Réseau

Cédric, vous avez rejoint le Dispositif Athlètes SNCF en 2020. Comment vivez-vous cette intégration depuis deux ans et quelle expérience en tirez-vous ?

C.N. : Ce dispositif est une chance. Il me permet d’avoir du temps pour atteindre une préparation optimale. L’équipe me suit, elle est à fond et m’encourage sur les épreuves. Les échanges avec les autres athlètes du Dispositif m’apportent également sur le plan sportif et humain. Ma participation aux Micros d’or (qui récompensent les meilleurs reportages audiovisuels de l’année, ndlr) en décembre dernier m’a permis de découvrir des athlètes d’autres disciplines et d’échanger avec eux pendant deux jours sur leurs entrainements, les compétitions, ou comment ils ont abordé les JO, il y avait un bon esprit ! Sinon au sein de l’entreprise (Cédric est adjoint méthode à la maîtrise d’ouvrage au sein de SNCF Réseau, ndlr), il y a toujours eu un intérêt pour ma discipline. Mes collègues me questionnent sur mon actualité, mes tournois, les dates de mes compétitions… Pour les Championnats d’Europe 2022, le directeur de l’agence a prévu d’amener toute l’équipe à un match. Ouah ! J’ai été surpris. Pendant les Jeux paralympiques de Tokyo, mes collègues s’étaient réunis dans une salle pour regarder ensemble mon premier match. Leur mobilisation et leurs encouragements me touchent et m’encouragent à donner le meilleur de moi ! Je suis content de faire découvrir mon sport et ma passion, on en parle mais là ils vont vivre un match en direct, c’est complètement différent qu’à la télé, ils vont avoir un autre regard sur le rugby fauteuil.

Et sur le plan du travail ?

C.N. : Je suis parfois amené à partager mon expérience d’athlète de sport collectif au sein de mon équipe. L’idée est de faire un parallèle entre le sport et des sujets entreprises comme le déploiement de nouveaux processus. J’ai par exemple contribué, avec un cabinet externe mandaté par la SNCF sur une problématique spécifique, à la création d’histoires sportives à partir de mots-clés de mon parcours.

La SNCF écrit également une nouvelle histoire avec ce nouveau partenariat ?

L.G. : Ce partenariat nous offre, en effet, l’opportunité de raconter une histoire du rugby différemment avec toutes ces belles valeurs citées par Cédric que sont le partage, l’humilité, le collectif et la résilience. Il y a également ce prisme d’inclusion énorme. Nous sommes une entreprise qui doit représenter un certain visage de la société française, il est impossible de ne pas prendre cette opportunité et de communiquer autour de cette discipline. Cela passe par les médias, le site SNCF.COM mais la meilleure preuve, comme l’a dit Cédric, c’est l’ensemble de son collectif de travail qui va assister aux matchs sur une journée. Des collègues d’autres services ou disciplines sportives mais aussi des cheminots vont également être invités à se rendre à la compétition.

Qu’avez-vous envie de dire et partager à travers votre discipline ?

C.N. : Dans le sport, il faut toujours se surpasser ! Mais je voudrais dire que tous ces événements comme l’Euro Rugby fauteuil permettent  aux médias de parler du sport et du handicap, mais aussi les publics à venir assister à nos compétitions. Le rugby fauteuil est un sport qui envoie ! C’est l’antithèse de ce qu’on peut penser sur le handicap. Quand on entend handicap, on se dit vulnérabilité donc protection. Mais, ce n’est pas le cas. Quand on voit comment on se rentre dedans lors d’un match, c’est impressionnant par le bruit et le choc mais en soi on ne se fait pas mal. Moi, je suis très peu tombé dans ma carrière, c’est plutôt moi qui fais tomber les autres !

En ligne de mire, ce sont les Jeux paralympiques 2024 à Paris ?

C’est l’objectif. J’ai commencé ce sport par hasard en cherchant du travail en 2008. Je rencontre Ryadh Sallem, fondateur de CAP SAAA1 qui créait une équipe de rugby fauteuil au sein de son association. Il me propose de le rejoindre et me fait une prémonition : tu vas aller en équipe de France rapidement, tu vas participer aux Jeux paralympiques, tu seras un des meilleurs dans ta catégorie. Tout ça s’est réalisé. Alors, un jour, je lui confirme que tout ce qu’il m’avait prédit est arrivé et donc que je pouvais arrêter ma carrière. Il m’a regardé avec un sourire et m’a dit, « il faut que tu restes encore un peu car tu auras une médaille aux prochains Jeux ». Alors, je reste et je me dis que pour Paris, c’est sûr ! Grâce à ce sport, j’ai rencontré des personnes qui sont devenues des amis comme Ryadh Sallem, il sera sur le terrain avec moi lors de l’Euro 2022… Et grâce à ce sport, je suis salarié au sein de la SNCF où j’apprends tous les jours, c’est génial !

L.G. : Je confirme, les Jeux de Paris 2024, c’est le but ultime pour Cédric de décrocher une médaille olympique, le graal de tout sportif, tout handisport. Ça doit être une grande fierté ! Moi je ne l’ai pas eu, j’ai une médaille mondiale dans ma catégorie en 2003.

Une compétition internationale pour découvrir le rugby fauteuil

Le championnat d’Europe de rugby fauteuil 2022 se déroule du 22 au 26 février 2022 à la Halle Carpentier (Paris 13e). Le principe de ce sport collectif : 2 équipes de 4 joueurs s’affrontent pendant 4 périodes de 8 minutes. L’équipe ayant marqué le plus de buts remporte le match. Un but est inscrit lorsque le porteur du ballon franchit la ligne de but adverse avec au moins deux de ses roues.

Co-organisé par la Fédération Française Handisport (FFH) et le club CAP SAAA (Sport Art Aventure Amitié), sous l’égide de la Fédération internationale World Wheelchair Rugby, le tournoi réunira les huit meilleures nations européennes : l’Allemagne, le Danemark, la Grande-Bretagne (championne paralympique et d’Europe en titre), la Suisse, la Russie, les Pays-Bas, la Pologne et la France. Toutes tenteront de remporter la finale qui se jouera le samedi 26 février.

Ce championnat d’Europe qualifiera les meilleures nations pour le championnat du monde organisé au Danemark, en octobre 2022. Il sera le premier événement international avant le championnat d'Europe 2022, la Coupe du monde 2023, les Jeux olympiques et paralympiques 2024 et la Coupe du monde de rugby féminin 2025.

En savoir plus

1 CAP SAAA - Sport, Art, Aventure, Amitié, est une association permettant à des personnes handicapées de pratiquer des activités sportives.

Découvrez CAP SAAA