Crédit photo en-tête de page : Bertrand Jacquot / SNCF

Chloé Trespeuch : les Championnats du monde comme renaissance

À quelques jours du début des Mondiaux de snowboard de Park City, aux États-Unis, notre athlète SNCF revient à la compétition pleine d’envie, cinq mois après une lourde blessure à la cheville.

De la rupture des ligaments aux Mondiaux

La snowboardeuse de Val Thorens, Chloé Trespeuch, membre du dispositif Athlètes SNCF, a repris l’entraînement depuis la fin du mois de décembre en vue des Championnats du monde de snowboard qui se dérouleront dans l’Utah, du 1er au 10 février.

Victime d’une rupture des ligaments extérieur et intérieur de la cheville, le 21 août dernier lors d’un stage estival à Albertville, la médaillée de bronze des Jeux olympiques de Sotchi 2014 en snowboard cross revient sur ses longs mois de convalescence. Notre agent commerciale à la gare de Lyon Part-Dieu évoque avec philosophie cette période, frustrante et rythmée par les séances de rééducation, et affiche son envie de briller aux États-Unis.

Interview de Chloé Trespeuch : « Les Mondiaux ? J’ai la hargne ! »

Cette longue blessure et la convalescence qui a suivi ont-elles changé ton approche du snowboard et ta manière de préparer les compétitions ?

Avoir été privée d’activité sportive, d’entraînement et de sensations m’a permis de me rendre compte à quel point tout cela fait partie de moi. Mon envie et ma détermination pour revenir rapidement, en vue des Championnats du monde, ont été décuplées par cette épreuve.

Le soutien de tes collègues du dispositif Athlètes SNCF a-t-il été important pour toi ?

La blessure et la période sans activité qui en découle sont vraiment des étapes très compliquées à vivre pour un sportif. Le soutien d’autres athlètes SNCF a donc été essentiel. Le chemin vers la guérison est long et paraît souvent interminable. Voir les autres athlètes continuer à travailler et progresser chaque jour pendant que tu es privée d’entraînement… c’est très frustrant ! Mais bon, cela m’a aussi permis d’apprendre à mieux me connaître et de chercher des solutions pour revenir plus forte.

Tu as publié beaucoup de messages sur les réseaux sociaux durant ta convalescence...

J’ai essayé de dédramatiser ma situation avec un peu d’humour et en retour, le soutien de ma communauté a été immense. Je voulais aussi montrer comment se passe une période de blessure et la façon dont j’essayais de surmonter tout ça au quotidien. Car, ces moments pénibles font aussi partie de la carrière d’un sportif de haut niveau. Et encore une fois, même s’ils sont rudes, ils nous forgent.

Les Championnats du monde commencent le 1er février à Park City. Te sens-tu prête pour une telle échéance ?

Je le suis. Certes, j’ai un peu moins d’entraînements que les autres engagées. Il va falloir trouver d’autres moyens pour faire la différence, aller puiser dans d’autres ressources. Une chose est certaine : j’ai la hargne !

Retrouvez Chloé Trespeuch sur Instagram

Vidéo : Chloé Trespeuch : son retour à l’entraînement