Découvrez Athlètes SNCF

Depuis 36 ans, le Groupe s’engage auprès des sportifs français de haut niveau, valides et handisports. Au sein du dispositif Athlètes SNCF, une trentaine de champions trouvent ainsi leur équilibre pour allier vie sportive et carrière professionnelle.

Un dispositif performant

À travers le dispositif Athlètes SNCF, nous nous engageons à mettre nos sportifs salariés dans les meilleures conditions pour leur permettre de réaliser leurs rêves sportifs et décrocher des médailles, tout en préparant leur reconversion professionnelle après leur carrière sportive.  

En recrutant des athlètes, nous leur permettons :

  • d’aménager leur temps de travail, sur un temps qui varie de 50 à 70% en entreprise, pour concilier vie professionnelle et sportive (entraînement, compétition, stage avec l'équipe de France...)

  • d’apprendre un métier, de bénéficier de formations et d’évoluer

  • de continuer leur après-carrière sportive dans le Groupe (plus de 80% des athlètes font le choix de rester)

  • de bénéficier du soutien des 260 000 agents SNCF tout au long de leur carrière sportive

Un outil de cohésion interne

Le dispositif Athlètes SNCF renforce le Groupe dans sa capacité à considérer chacun en fonction de ses talents. Toutes les équipes de SNCF soutiennent ces athlètes d’exception, qui portent haut les valeurs de performance et de responsabilité de l’entreprise. Une médaille remportée ou un podium occupé par l’un d’entre eux et c’est l’ensemble des salariés qui porte la victoire avec fierté.

Comment devenir un athlète SNCF

Vous souhaitez intégrer le dispositif Athlètes SNCF ? Vous partagez nos valeurs et désirez nous apporter vos compétences professionnelles ? Tout type de métier vous est proposé, de niveau bac à bac+5.

Les conditions requises sont de :

  • être inscrit sur les listes des sportifs de haut niveau du ministère des Sports

  • pratiquer une discipline olympique

  • être motivé(e) pour travailler chez SNCF

La sélection s’effectue ensuite en 3 étapes :

  • votre Directeur Technique National (DTN) soumet votre candidature au ministère des Sports

  • le ministère valide votre candidature et la propose à SNCF

  • SNCF étudie votre candidature et engage un processus de recrutement si elle est validée

Chaque salarié issu du dispositif Athlètes SNCF dispose d’un planning de travail personnalisé en fonction de sa discipline.

Nos athlètes témoignent

Cyrille Maret

Judoka et agent de sûreté à Paris

« Je suis rentré à 17 ans à l’INSEP. Ma vie était centrée sur le sport de haut niveau. En 2011, lorsque ma fédération m’a parlé du dispositif Athlètes SNCF, j’ai trouvé ça super intéressant. C’était une assurance pour l’avenir, la garantie d’être serein dans la préparation des compétitions, quelque chose de vraiment important.

On le sait, la carrière d’un sportif, ça va vite. Moi j’ai déjà 30 ans. Concrètement, je suis détaché entre 50 et 70% du temps pour le judo. Je ne sais pas si c’est lié – mais sans doute que oui …–  j’ai commencé à obtenir des résultats une fois embauché : première médaille européenne en 2013 et médaille olympique en 2016 !

J’adore mon métier. Il me permet de couper avec la routine de l’entraînement, qui est parfois rébarbatif. Cela fait du bien de rencontrer des personnes différentes mais bizarre aussi d’avoir une arme autour de la hanche (rires). Aujourd’hui, je suis fier d’être à la fois judoka et cheminot ».

Chloé Trespeuch

Snowboardeuse et agent commercial en gare de Lyon Part-Dieu

« Le dispositif Athlètes SNCF est une excellente opportunité pour les sportifs qui, comme moi, pratiquent des disciplines non professionnelles.  

Quand ma fédération m’a proposé de déposer ma candidature, je n’ai pas hésité. J’ai toujours eu conscience qu’être sportif de haut niveau, cela ne dure qu’un temps et surtout, que cela peut s’arrêter à n’importe quel moment. Donc apprendre un métier en parallèle est capital. Avant d’intégrer le dispositif, j’ai d’ailleurs bouclé un DUT techniques de commercialisation pour avoir un diplôme reconnu dans le domaine.

Ce dispositif me simplifie considérablement la vie. D’un point de vue matériel déjà, car j’ai par exemple eu la chance d’être entièrement détachée cette année en vue des JO. Et d’un point de vue psychologique, également. Comme il s’agit d’une grande entreprise, je sais que j’aurai la possibilité d’évoluer, de développer de nouvelles compétences, que mon horizon n’est pas bouché. C’est très enthousiasmant. »

Bakary Diabira

Boxeur et agent commercial en gare de Paris-Nord

« Au sein de SNCF, je fais partie d’une équipe où je suis choyé. Mes collègues, c’est comme une petite famille. J’essaie de relayer mon actualité sur les réseaux sociaux de manière à partager avec eux mon expérience.

J’ai été accueilli dans le dispositif en janvier 2016. On peut difficilement être sportif professionnel et devoir se lever tous les matins pour aller au travail, car au niveau international, les champions ont une pratique exclusive. Du coup, ce que SNCF propose, c’est vraiment l’idéal.

Au début de chaque année, on établit un calendrier. Je suis au travail chaque mercredi et chaque vendredi mais si jamais j’ai besoin de partir en stage, je suis facilement détaché.

Du coup, j’aborde les compétitions de manière bien plus sereine. Je suis vraiment dans le présent, je ne pense pas au travail, à l’après, aux soucis... C’est une bénédiction, surtout dans un sport à risques comme la boxe. Si je me blesse demain sur le ring, grâce à SNCF, j’ai la certitude de pouvoir retomber sur mes pieds ».  

Romain Noble

Escrimeur et assistant planification travaux à l’Infrapôle Aquitaine

« La première fois que j’ai entendu parler du dispositif Athlètes SNCF, c’est par Marc-André Cratère, un champion d’escrime handisport membre depuis 2008. Quand ma fédération m’a informé que SNCF recherchait de nouveaux athlètes, j’ai tout de suite postulé.

À l’époque, j’étais maître d’armes dans un petit club d’escrime à Mérignac. Il m’était difficile de m’entraîner autant que je le souhaitais. C’était un vrai casse-tête pour me faire remplacer, sans compter le manque à gagner sur ma fiche de paie.

Ma candidature validée par SNCF, j’ai commencé par un CDD de un an et une mise à disposition complète. Une aubaine, j’ai pu ainsi me consacrer à 100% à la préparation des JO de Londres. Il faut croire que cela a eu un impact positif sur mes performances car j’ai remporté la médaille d’argent. À la fin de ce premier contrat, SNCF m’a proposé un CDI avec un aménagement de mon temps de travail : bureau le matin, entraînement l’après-midi. Je n’ai pas hésité une seconde !»