Crédit photo en-tête de page : SNCF

Dylan Chellamootoo, un confinement sportif

Durant le confinement, notre taekwondoïste Dylan Chellamootoo a mis toutes les chances de son côté pour pouvoir reprendre, dès que ce sera possible, la compétition.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 3 min.

C’était juste avant le confinement et Dylan briguait les podiums internationaux. Vainqueur de l’US Open, il venait aussi de se hisser  à la 3e place de l’Open au Costa Rica… À peine rentré en France, notre athlète s’est mis au vert, près de Nancy, avec sa compagne Magda Wiet Hénin, également membre de l’équipe de France de taekwondo.

Là-bas, malgré le confinement, Dylan Chellamootoo continue de s’imposer un rythme soutenu. « La maman de Magda (Valérie Hénin, ndr) est une ancienne championne du monde de boxe pieds-poings, explique-t-il. Elle entraîne et possède une salle de sport. Nous avons donc pu faire une installation particulière dans la maison. On dispose d’une salle pleine de matériel, ce qui nous permet de nous entraîner deux fois par jour ».

Objectif JO maintenu

Cette période hors normes s’apparenterait presque à un stage pour Dylan Chellamootoo et Magda Wiet Hénin. À raison d’une fois par jour, notre athlète est, également, en visioconférence avec l’ensemble des membres de l’équipe de France et ses entraîneurs. Loin de l’INSEP1 où il s'entraîne habituellement, le cheminot continue donc de se préparer pour son « Graal », les Jeux olympiques de Tokyo 2020, prévus désormais en… 2021.

Et à l’instar de nombreux athlètes, Dylan n’a évidemment pas de calendrier clair pour les mois à venir : octobre, novembre voire le début de l’année prochaine pour  l’épreuve de sélection olympique ?

Un dispositif plus important que jamais

Peu importe finalement, chaque chose en son temps. Dylan Chellamootoo sait, d’ailleurs, qu’appartenir au Dispositif Athlètes SNCF constitue une ressource indéniable. « Quand j’échange avec d’autres athlètes de mon sport ou même d’autres disciplines, beaucoup sont inquiets pour leur avenir et la suite de leur préparation, témoigne-t-il. Ils sont nombreux à n’avoir que des contrats d’images et craignent de voir ceux-ci suspendus. Mon statut de salarié de la SNCF m’apporte une grande sérénité. Un atout loin d’être négligeable, surtout en ce moment.»

Les coups de fil du manager

Le soutien du Groupe passe aussi par le lien créé, depuis son arrivée en fonction à la gare d’Austerlitz, avec son manager Abdelkrim Benaissa. « C’est vraiment agréable de sentir qu’il s’intéresse à mon sport. À mon arrivée, je lui ai expliqué ce qu’était le taekwondo, mon rythme d'entraînement, ma préparation. Depuis le début du confinement, il prend régulièrement de mes nouvelles afin de savoir notamment où j’en suis sur le plan sportif. »

« Il existe tant de métiers au sein de la SNCF »

À 24 ans, Dylan Chellamootoo compte parmi les meilleurs talents du taekwondo français. Troisième des derniers championnats d’Europe, il évolue dans la catégorie des moins de 68 kilos. Depuis le 26 septembre 2019, le taekwondoiste a intégré le Dispositif Athlètes SNCF et occupe le poste d’adjoint du dirigeant de proximité en gare d’Austerlitz à Paris.

Un rôle de manager d’équipe qu’il a pris à bras-le-corps dès son arrivée au sein du Groupe. « C’est une véritable chance d’avoir intégré la SNCF, affirme Dylan Chellamootoo. J’exerce un métier qui me plaît, j’apprends et je vais pouvoir me former pour avoir l’opportunité d’évoluer professionnellement. Il existe tant de métiers au sein de la SNCF. Cela offre de belles perspectives d’avenir. »

Découvrez le portrait de Dylan Chellamootoo

1 Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance