L’interview du boxeur Bakary Diabira

Membre du dispositif Athlètes SNCF, Bakary Diabira est un homme très occupé: un sportif de haut niveau qui partage sa vie entre sa fonction d'agent commercial SNCF, ses entraînements quotidiens et les compétitions de boxe. Rencontre.

 « Une stabilité fondamentale pour réussir au plus haut niveau »

Si tu devais te présenter en quelques mots ?

J’ai 28 ans, ça fait environ une quinzaine d’années que je fais de la boxe anglaise. J’ai glané mes premiers titres en 2011, ce qui m’a permis d’intégrer l’Équipe de France. J’ai fait quelques combats semi-pro au sein de la World Series of Boxing, une compétition internationale où s’affrontent les meilleurs boxeurs mondiaux. Pour combattre, Il faut représenter l’une des franchises en lice. Il y en a douze en tout, réparties entre l’Amérique, l’Asie et l’Europe. J’ai ainsi débuté avec les Mexicos Guerreros, une équipe mexicaine avant d’enchaîner pendant deux ans avec les Fighting Roosters qui représentaient, eux, la France.

Peux-tu nous parler du dispositif Athlètes SNCF ?

Il permet à une trentaine d’athlètes d’allier carrière sportive et vie pro. Nous avons un emploi du temps aménagé pour pouvoir nous donner à fond. C’est un avantage pour moi qui pratique un sport à risque, notamment en cas d‘accident ou de blessure. Pouvoir compter sur un emploi stable et à temps plein, une fois sa carrière sportive terminée, c’est essentiel.

Comment se passait auparavant ta vie de sportif ?

J’avais des résultats en dents de scie, ce que me reprochaient mes entraîneurs. Ce dispositif m’a donné la stabilité nécessaire et fondamentale pour réussir au plus haut niveau.

Quel est ton poste au sein de SNCF ?

Je suis agent commercial à Saint-Denis. Je fais partie d’une unité d’accueil contrôle des voyageurs. Je contrôle les titres de transport la plupart du temps.

Penses-tu que le sport te permet d’être meilleur au travail et inversement ?

Mon sport et mon métier sont très complémentaires, ils vont de pair. Dans mon travail, il est nécessaire d’avoir un certain self-control, d’être calme par rapport aux situations perturbées, de toujours faire preuve de son sang-froid. Or, c’est exactement ce qu’on apprend sur le ring…

Aurais-tu imaginé un jour travailler chez SNCF ?

Non, quand j’étais plus jeune, je me voyais président (rires) !

Comment cela se passe avec tes collègues ?

Ils me donnent envie d’aller au travail chaque jour. Je fais partie d’une équipe qui est presque une famille pour moi. Ils sont en or, au top ! Je peux toujours leur demander des conseils ou leur parler en cas de soucis.

Croises-tu d'autres athlètes du dispositif à ton travail ?

Bien sûr ! Je vois très souvent Stevens Barclais, le champion de taekwondo. En tant que responsable d’équipe train, il est sur Paris Nord aussi. Et puis, il y a nos séminaires entre athlètes, où l’on peut partager sur des sujets aussi bien personnels que professionnels. C’est une grande chance pour nous.

Découvrez le portrait de Bakary Diabira