Crédit photo en-tête de page : FFA-KMSP

Orlann Ombissa-Dzangue : nouveau quotidien et rêve olympique

Notre sprinteuse et agent commercial à la gare de Paris-Montparnasse est actuellement en pleine course à la qualification pour les JO de Tokyo. Elle nous en dit plus sur sa récente arrivée dans le Dispositif Athlètes SNCF et ses ambitions sportives en cette année olympique. Rencontre.

Mis à jour le

Lecture 2 min.

En quête d’une qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo et intégrée, depuis novembre 2020, à notre Dispositif Athlètes, Orlann Ombissa-Dzangue évoque ses débuts au sein du Groupe et la suite d’une saison particulière qui, elle l’espère, l'amènera à briller l’été prochain sur les pistes du Nouveau stade olympique national de la capitale nipponne.

Tu as intégré le Dispositif Athlètes SNCF, le 20 novembre dernier. Dans ce contexte particulier de crise sanitaire, comment se sont déroulés tes premiers mois ?

Le contexte est le même pour tous et même si ce n’est pas évident, on s’adapte. Aussi, malgré la crise, j’ai pu aller sur le terrain, prendre mes marques et surtout me familiariser avec les équipes. Je tire donc un bilan positif de ces premiers pas au sein de la SNCF.

En parlant d’équipes, tu performes aussi en relais, comme en témoigne ton titre sur 4x100 aux Championnats d’Europe, il y a 2 ans. Quel est ton rapport au collectif au sein de la SNCF ?

Finalement, à la SNCF comme sur un relais sur une piste d’athlétisme, un bon travail d’équipe et une bonne coordination te permettent d’aller plus loin et plus vite. En ce sens, le parallèle entre le relais et le boulot est possible. En effet, sur la piste je dois effectuer le maximum aussi bien pour moi que pour les autres filles. C’est un peu ce que je retrouve dans mon travail d’agent commercial.

Justement, est-ce qui te séduit aussi sur le terrain, dans ton quotidien d’agent commercial, c’est ce même besoin « d’aller à cent à l’heure », comme sur la piste ?

Contrairement à la piste, je dirais que je suis plutôt posé. En tant qu’agent commercial à la SNCF mon rôle est de donner de bonnes informations et satisfaire au mieux les besoins des clients, des voyageurs. Prendre son temps, faire preuve de clarté et de patience sont autant de clés pour mener à bien mon travail.

Pour en revenir à la piste, comment as-tu vécu ta récente 4e place aux championnats d’Europe en salle de Torun (Pologne) sur 60 m ?

Ce rendez-vous devait être une nouvelle étape vers les Jeux olympiques de Tokyo 2021. Finir au pied du podium est décevant pour moi. Je vais maintenant me tourner vers de nouvelles échéances…

Lesquelles ?

Je vais m’aligner sur les championnats du monde de relais, avant d’enchaîner les meetings jusqu’aux championnats de France, fin juin. J’ai jusqu’au 29 juin pour réaliser les minimas sur 100 m en vue d’une qualification aux JO.

Découvrez le portrait d'Orlann Ombissa-Dzangue