Crédit photo en-tête de page : Matthieu Chatonnier / SNCF

Ken Vuagnoux : un vrai parallèle entre sportif de haut niveau et salarié SNCF

A l’orée d’une nouvelle saison et alors que la précédente a été perturbée par la crise sanitaire, nous avons rencontré le snowboardeur Ken Vuagnoux et son manager Christophe Machado, dirigeant d’unité opérationnelle pour la partie TGV Services en région Paca, afin de faire le point sur le Dispositif Athlètes SNCF et sur le rôle de correspondant relation clients.

Mis à jour le

Lecture 4 min.

Comment s’est déroulée la saison dernière qui a été si particulière du fait de la pandémie ?

Ken Vuagnoux :  Entre la fin juillet 2020 où j’ai attaqué ma préparation et la saison de compétition de snowboard tout l’hiver, j’ai été relativement peu présent au boulot. Mais on a gardé toujours le contact avec Christophe et j’étais vraiment heureux de faire mon retour fin mars, de retrouver mes collègues. Ma période d’apprentissage est assez longue, mais je suis content d’être là et je pense que la satisfaction est mutuelle…

Christophe Machado : Maintenir un bon niveau de connaissance des principaux sujets comme des projets de l’entreprise, c’est essentiel pour Ken. Le lien a été constant tout au long de l’année. Et des deux côtés, on a su faire preuve de créativité et de souplesse.

Dans quelle mesure ?

Christophe Machado : Avec la crise sanitaire et un calendrier sportif bousculé, il a fallu adapter les missions de Ken. En plus d’être disponible seulement 57 jours par an pour l’entreprise du fait des entraînements, il y a eu la baisse d’activité liée au covid… Bref, cette année, cela n'a vraiment pas été évident pour Ken. Difficile, dans ces conditions, de faire connaissance avec l’ensemble des équipes. Nous l’avons donc orienté vers des missions de communication interne avec toujours cette volonté qu’il ait bien en tête les différents sujets qui nous préoccupent. Je pense, par exemple, à la refonte de notre gamme tarifaire TGV.

Est-ce que le management d’un sportif de haut niveau est différent d’un autre salarié ?

Christophe Machado : Avant toute chose, la priorité du moment est sa carrière sportive. Celle-ci ne dure qu’un temps contrairement à celle professionnelle. Ken ou tout autre athlète peut mener ensuite, s’il le souhaite, toute sa carrière chez nous en CDI. C’est un engagement pris auprès des athlètes. Donc, pour Ken, et contrairement aux autres agents, la priorité, ce sont bel et bien les Jeux olympiques. Ce qui ne signifie pas que nous ne veillons pas à l’intégrer au fur et à mesure. Il est essentiel de bien préparer le retour en entreprise. En tant qu’employeur, il s’agit, dès lors, de donner des missions de courte durée compte tenu des engagements sportifs et des périodes de détachement récurrentes.

Pour Ken, la priorité, ce sont bel et bien les JO. Ce qui ne signifie pas que nous ne veillons pas à l’intégrer au fur et à mesure.

Christophe Machado, manager de Ken Vuagnoux

Et où se trouve, ici, l’intérêt de l'entreprise ?

Christophe Machado : L’objectif est de faire de Ken Vuagnoux un porte-drapeau, une sorte de mascotte, de pouvoir utiliser son image afin de diffuser un message positif auprès des équipes et au-delà. Je suis fan de sport en général et il y a beaucoup de valeurs sportives applicables sur le terrain, à la SNCF…

Par exemple ?

Christophe Machado : Le goût de l’effort et l’endurance que les agents de la SNCF partagent en assurant quotidiennement le service du premier au dernier train mais aussi le sens de la compétition et de la concurrence.. Car, à mes yeux, être à la SNCF, c’est constamment se challenger. Il y a aussi le goût de la victoire qui peut être comparé, nous concernant, à la quête perpétuelle de la satisfaction client. Satisfaction client que nous mesurons régulièrement via de multiples enquêtes. Ken, en tant que sportif de haut niveau, échange avec nous sur la manière dont il se prépare pour ses compétitions. L’idée, quand cela sera possible, est qu’il aille plus à la rencontre d’un plus grand nombre de collègues afin de partager son expérience. Et puis, les agents dans mes équipes sont les premiers supporters de Ken, c'est fédérateur. Cela ressert les liens entre nous. Enfin, beaucoup plus concrètement, Ken nous permet d’améliorer notre vision sur la clientèle. Il a apporté une vision neuve et extérieure sur des choses encadrées depuis longtemps à la SNCF.

C’est ta première expérience professionnelle, Ken…

Ken Vuagnoux : C’est effectivement ma première vraie expérience. Depuis mon stage chez TER en 2018-2019, j’ai ainsi pu observer beaucoup de changements au sein de l’entreprise.

Christophe Machado : Tu as été à l’aise d’entrée, tu as cette faculté à être rapidement proche des gens. Les différentes équipes t’ont, de suite, intégré. Cette acclimatation est facilitée, je pense, par le tutoiement de rigueur au sein de la SNCF.

Ken Vuagnoux : Tous les collaborateurs ont été sympas, ils ont compris mon emploi du temps particulier. Et c’est sûrement grâce au travail en amont de Christophe. Pour être franc, avec le sentiment de ne pas être aussi légitime que mes collègues, je ressentais une certaine appréhension à échanger d’égal à égal avec eux.

Christophe Machado : Maintenir le collectif n’est pas chose simple. Les échanges avec Olivia Klein (la responsable du Dispositif Athlètes SNCF, Ndr) ont été utiles pour mieux appréhender le fonctionnement du dispositif. Aujourd’hui, j’ai pleinement conscience de l’investissement et de l'implication nécessaire pour le sport à haut niveau.

Découvrez le portrait de Ken Vuagnoux