Crédit photo en-tête de page : Seb Godefroy

Comment nos snowboardeurs se préparent aux JO d’hiver

En snowboard cross ou en snowboard alpin, Chloé Trespeuch, Ken Vuagnoux et Sylvain Dufour sont pleinement tournés vers le même objectif : les Jeux olympiques d’hiver de Pékin. Comment prépare-t-on une telle échéance ? Quel soutien des équipes de la SNCF ? Réponses avec les trois membres de notre Dispositif Athlètes.

Note de la rédaction : Ken Vuagnoux ne s’est finalement pas qualifié pour les JO

Publié le | Mis à jour le

Lecture 4 min.

Chloé Trespeuch, Ken Vuagnoux et Sylvain Dufour enchaînent les compétitions pour décrocher leur place aux Jeux olympiques d’hiver de Beijing 2022 (du 4 au 20 février 2022). Quelques jours avant le début des épreuves de qualification, nous avons échangé avec nos trois snowboardeurs sur leur état d’esprit et la mobilisation de leurs collègues pour cette nouvelle aventure sportive.

Quels contacts avez-vous avec vos collègues durant cette saison olympique ?

Chloé Trespeuch, snowboardeuse cross et chargée de communication pour l’Établissement de Services aux Voyageurs TGV Rhône-Alpes

La veille de mon départ pour la Chine (où était organisée la 1re étape du circuit de la Coupe du monde, à la fin du mois de novembre, ndlr), j’avais un message d’une de mes collègues qui me souhaitait un bon voyage. Mon équipe, qui suit ma carrière depuis le début, est à bloc ! Je peux compter sur son soutien. Mes collaborateurs se rendent compte des sacrifices que nous faisons pour arriver au meilleur niveau et participer aux compétitions internationales. Leurs encouragements ont du poids. Ça fait plaisir qu’ils soient aussi investis et suivent mes performances.

Ken Vuagnoux, snowboardeur cross et correspondant relation client en Gare de Nice, Région PACA

La saison olympique est particulière. Je n’ai pas été à mon poste en gare de Nice depuis mai dernier en raison de ma blessure à la cheville et ma préparation aux épreuves de qualification pour les Jeux olympiques. J’ai eu peu de disponibilités mais j’ai essayé de passer au moins une fois par mois dans mon service. C’est important pour la cohésion d’équipe et rester informé de l’activité. Je communique aussi régulièrement par mail avec mon manager sur des questions relatives au travail et à mes épreuves sportives.

Sylvain Dufour, snowboardeur alpin et agent commercial Voyageurs à Strasbourg

Quand j’ai intégré le Dispositif Athlètes SNCF, en 2009, je ne connaissais personne. Aujourd’hui, je connais presque toute la gare. Quelques-uns de mes collègues me suivent sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Lors des derniers Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, diffusés sur grand écran, les agents ont regardé les épreuves et j’ai reçu de nombreux messages de réconfort et de soutien. Ils seront certainement de nouveau bien mobilisés pour les prochains jeux. D’autant plus que notre actualité et nos résultats sont de plus en plus relayés sur les réseaux sociaux de la SNCF et dans les médias. Ils savent combien l’engagement est total dans les sports de haut niveau et que nous nous entraînons tous les jours. Il m’est arrivé de faire des petites conférences pour leur présenter mon sport et échanger avec eux, ils posent beaucoup de questions notamment sur la préparation aux compétitions.

Chloé Trespeuch

Je partage beaucoup avec Laura Tarantola (rameuse dans le Dispositif Athlètes SNCF, ndlr). C’est une super alliée, qui relaie sur les réseaux internes toutes les informations concernant nos compétitions, nos performances ou encore comment nous suivre pendant les épreuves. Et, les retours sont bons. Nous travaillons également ensemble sur des projets autour du sport et de la qualité de vie au travail. Nous réalisons des mini-conférences, des articles sur ce thème mais également des vidéos pour expliquer notre double projet sportif et professionnel. À ce sujet, j’ai fait une vidéo pour présenter le programme snowboardcross. On organisera certainement une journée snowboard après les JO, comme on l'a fait cet été pour l’aviron, afin que les collègues puissent vivre les sensations de ce sport.

Ken Vuagnoux

Mon manager est à fond pour les compétitions et fait le relais des informations auprès de mes collègues. Je n’ai pas de contact direct avec eux mais je sais qu’ils me suivent sur les réseaux sociaux. Ils se montrent toujours intéressés quand on évoque le sport de haut niveau. Cela leur permet, je crois, de sortir un peu du cadre professionnel et d’en savoir plus sur l’univers du snowboard.

Sylvain Dufour

En période d'entraînement, j’essaie de croiser mes collègues aussi souvent que possible. Je suis également en contact par téléphone avec mon manager pour me tenir informé et échanger sur des missions en cours. L’équipe du Dispositif Athlètes SNCF est aussi très soudée. Ceux qui sont là comme moi depuis longtemps se connaissent de mieux en mieux, certains sont même devenus des copains. Nous pratiquons des sports individuels. Alors, nous essayons entre athlètes de nous motiver, nous encourager et nous prodiguer des conseils lors de nos séminaires et sur notre groupe WhatsApp. »

Chloé Trespeuch

C’est ma 3e participation aux JO, la 2e en tant qu’Athlètes SNCF. Faire partie de cette équipe m’a ouverte et enrichie sur de nombreux sujets comme la préparation mentale et physique, comment gagner en force, en vitesse, comment s’inspirer d’autres sports pour progresser dans ma discipline… Nous venons tous de disciplines différentes, nous avons des parcours distincts mais le même objectif : aller chercher une médaille. C’est cette diversité qui fait notre force.

Ken Vuagnoux

J’ai intégré la SNCF en juillet 2020, je ne pensais pas que ce serait aussi bien ! Quand j’ai rejoint le Dispositif Athlètes SNCF, Chloé Trespeuch, avec qui je m’entraine, m’a beaucoup aidé. Elle m’a apporté des conseils tant au niveau sportif, à travers ses performances, qu’au niveau professionnel sur les relations avec ses managers. »

C’est le challenge ultime qui me fait avancer tous les jours et continuer le sport depuis quatre ans.

Sylvain Dufour

Comment appréhendez-vous les compétitions en vue des Jeux olympiques ?

Sylvain Dufour

J’ai cinq étapes pour me qualifier. Il y a tellement de détails dans une compétition mais je suis serein, je vais montrer le meilleur. C’est le challenge ultime qui me fait avancer tous les jours et continuer le sport depuis quatre ans. Je veux prendre ma revanche après avoir fait 4e aux précédents jeux (Pyeongchang en Corée du sud, ndlr). Si je n’avais pas eu la SNCF, ce qui me procure une sérénité incroyable, j’aurais arrêté la compétition il y a dix ans car c’était compliqué de gérer un travail et les entraînements. Vivre de ma passion est une chance énorme.

Chloé Trespeuch

C’est une grande excitation. Je commence à avoir de l’expérience pour les JO. Pour mes premiers (Sotchi en Russie, ndlr), je découvrais, j’avais la fougue de la jeunesse, c’était 100% plaisir ! Pour les deuxièmes (Pyeongchang en Corée du Sud, ndlr), j’étais très attendue alors je ressentais beaucoup de pression. Pour ceux qui arrivent, j’ai l’impression d’être très équilibrée, entre l’envie d’être à fond comme quand j’étais plus jeune et l’envie de vivre pleinement cette aventure grâce à mon expérience qui me permet de relativiser.

Ken Vuagnoux

J’ai fait ma préparation de bout en bout, mes blessures sont guéries. C’est la première année où j’arrive à supporter des charges d’entraînement aussi élevées. J’ai réussi à atteindre tous mes objectifs. Alors, je suis confiant sur ce que je peux fournir sur les courses. J’ai juste hâte de montrer le fruit de ma préparation et de ramener des médailles. 

Tous supporters des Athlètes SNCF aux jeux de Beijing