Crédit photo en-tête de page : Seb Godefroy

Sylvain Dufour raccroche sa planche

À 39 ans, notre snowboardeur alpin met un terme à sa carrière sportive. Un choix que lui impose son corps, qui n’empêche pas l’athlète SNCF d’imaginer son futur au sein de notre Groupe. Le Vosgien nous explique sa décision.

Mis à jour le

Lecture 3 min.

Son objectif se trouvait à Beijing pour les Jeux Olympiques d’hiver 2022, mais Sylvain Dufour a vite déchanté en raison d’une lourde blessure au pied. Deux possibilités s’offraient alors à lui : faire opérer sa fracture, ce qui l’aurait privé de toute chance de qualification aux JO, ou tenter de remporter son ticket pour la Chine malgré ce handicap.

Un fardeau finalement trop grand, presque insurmontable, qui n’a pas permis à Sylvain Dufour de décrocher son ticket pour les Jeux : « Mes résultats en début de saison étaient de moins en moins bons, mais je voulais absolument ma sélection à Pékin. Me casser le pied n’a pas arrangé les choses… ». Notre champion aurait participé à sa quatrième olympiade, après Vancouver en 2010, Sotchi en 2014, et Pyeongchang en 2018. Le moment parfait pour tirer sa révérence.

Pendant toutes ces années, j’ai connu une équipe fantastique. Un grand merci à eux pour leur soutien, et pour leurs messages touchants

Sylvain Dufour

« Il faut savoir accepter son sort »

Souffrant toujours de cette blessure aujourd’hui, le septuple champion de France et double vice-champion du monde de snowboard alpin n’a plus d’autre solution que de se faire opérer. « Je vais devoir passer sur le billard, et à 39 ans il faut être cohérent, je ne pourrai jamais récupérer à 100%. Il faut savoir accepter son sort », analyse le Vosgien qui met ainsi un terme à sa carrière sportive.

Sylvain Dufour quitte donc le Dispositif Athlètes SNCF, mais n’en demeure pas moins collaborateur de notre Groupe et ce, désormais à temps plein. Arrivé en 2009, il avait commencé au guichet en gare de Strasbourg, avant de devenir en quelque sorte l’assistant du Dirigeant de Proximité de la gare. Son recrutement, qu’il qualifie de « bénédiction », lui a apporté la sérénité qui lui manquait, et un rythme de vie beaucoup plus agréable, comme il l’explique : « avant la SNCF, je travaillais tout l’été pour financer mon hiver. La stabilité que m’a apportée l’entreprise est incomparable ».

La moitié de sa vie en équipe de France, un futur à la SNCF

En équipe de France depuis ses 15 ans, soit plus de la moitié de sa vie, Sylvain envisageait pourtant d’arrêter il y a bien longtemps. Très fier, il explique : « La SNCF m’a offert 13 années bonus, je voulais arrêter en 2009 pour construire mon avenir professionnel, mais grâce au dispositif, j’ai pu allier sport et travail. Pendant toutes ces années, j’ai connu une équipe fantastique. Un grand merci à eux pour leur soutien, et pour leurs messages touchants »

Le snowboardeur a ce souhait de rester au sein de notre Groupe. Mais il aimerait aussi découvrir une autre mission, essayer autre chose, se fixer de nouveaux objectifs. « J’ai plusieurs idées pour mon futur poste, qui sont encore à l’état de vœux. À voir donc ce qu’il est possible que je fasse pour ce nouveau challenge ! »

Un engagement sans faille auprès des athlètes

Nous sommes engagés depuis 1982 auprès des sportifs de haut niveau. À travers le Dispositif Athlètes SNCF, notre groupe est celui qui recrute le plus d’athlètes en CIP. À ce jour, 80% des sportifs passés par le dispositif ont fait le choix de continuer leur parcours professionnel au sein du Groupe SNCF.