Publié le

« Je suis lancé dans la course aux Jeux
olympiques »

Avec cette récente victoire à l’Open de Glasgow, Vincent Limare se rapproche de son grand objectif : une qualification pour les prochains Jeux olympiques. Rencontre avec notre champion de judo, agent commercial en gare d’Asnières-sur-Seine.

Que représente ce succès à l’European Open de Glasgow ?

Du bonheur bien sûr, c’est toujours émouvant de monter sur le podium et d’entendre La Marseillaise. Cette compétition ne fait pas partie du grand chelem, n’est pas l’une des plus importantes mais cela reste un tournoi international. Ce qui offre une belle adversité.

Quelles étaient vos ambitions de départ ?

C’était, à mes yeux, une compétition de reprise, l’occasion de peaufiner certains réglages. Je voulais voir si l’entraînement intensif portait ses fruits, s’il y avait des ajustements à faire. Je partais donc plutôt serein et avec la volonté de me donner à 100%. Et ça a payé au-delà de la simple victoire… 

C’est-à-dire ?

Pour moi, le véritable enjeu de cette compétition était de me mesurer aux autres Français. Les championnats de France ont lieu dans un mois et j’étais absent lors des derniers… Je veux marquer les esprits, me faire remarquer par les sélectionneurs, montrer que je suis lancé dans la course aux Jeux olympiques.

Un combat vous a-t-il marqué en particulier ?

Celui contre l’actuel champion de France, Jolan Florimont avec qui je m’entraîne tous les jours à l’Insep. Nous nous connaissons donc extrêmement bien. C’était un combat très fermé, très tactique. L’important dans ce genre de confrontation est de faire le moins d’erreur possible, de laisser son adversaire s’exprimer au minimum.

Quelles sont vos prochaines échéances sportives ?

Les 3 et 4 novembre prochains, je participe aux championnats de France 1re division à Rouen. Tous les sélectionneurs seront présents, c’est une échéance très importante. Même si je ne suis pas dans l’armée, j’ai aussi été sélectionné pour les championnats du monde militaires de judo au Brésil. C’est le même mois.

Et à plus long terme ?

Les championnats d’Europe qui se dérouleront en avril 2019 ainsi que les championnats du monde l’année suivante. Et puis bien sûr, il y a les Jeux olympiques à Paris en 2024 auxquels je compte bien participer.

Que vous apporte le dispositif Athlètes SNCF ?

Je suis agent commercial en gare d’Asnières-sur-Seine depuis 2017. En temps normal, j’y travaille tous les mercredis mais lorsque j’ai beaucoup de compétitions, je regroupe mes jours afin de me consacrer entièrement aux entraînements. Cela répond parfaitement aux contraintes du haut niveau.

Et votre métier ?

Il est très varié et très enrichissant. J’ai ainsi suivi plusieurs formations concernant la vente au guichet ou l’aide aux usagers. Je suis bien entouré et cela compte énormément. Grâce à cet équilibre professionnel, j’ai l’esprit tranquille lorsque je vais à mes entraînements quotidiens.

Il y a un grand nombre d’événements autour du dispositif Athlètes SNCF, y avez-vous participé dernièrement ?

J’étais présent à la Fête du sport à Paris, les 21 et 22 septembre dernier. Cela s’est passé à Ground Control. C’était super de partager ma passion avec le public et d’initier les plus jeunes. J’espère même avoir suscité quelques vocations. J’ai aussi participé récemment à un séminaire interne regroupant 700 collaborateurs au Stade de France.

Vidéo : European Judo Open Glasgow – trailer