Crédit photo en-tête de page : Photo Lab Services

L’économie circulaire, on en parle ?

La SNCF est une industrie consommatrice de matériaux que ce soit pour l’entretien de son réseau, la création de nouvelles gares, le renouvellement du matériel roulant ou encore les équipements de ses salariés. Focus sur le recyclage des trains, des voies, des tenues et des ordinateurs.

Mis à jour le

Lecture 3 min.

La SNCF est une industrie consommatrice de matériaux que ce soit pour l’entretien de son réseau, la création de nouvelles gares, le renouvellement du matériel roulant ou encore les équipements de ses salariés (ordinateurs, smartphones, tenues et équipements professionnels...).

L’entreprise lutte contre l’épuisement des ressources et les impacts de la production de matière et de déchets sur l’environnement et la biodiversité à travers trois démarches :  

  • limiter sa consommation, 
  • réduire les déchets dans l’ensemble de ses processus d’exploitation,  
  • revaloriser les produits en fin de vie. 

SNCF s’inscrit dans une trajectoire zéro déchet non valorisé d’ici 2030 en exploitant toutes les possibilités : l’éco-conception, le réemploi des objets et la valorisation des matières constitutives des déchets ou produits en fin de vie.

Mikaël Lemarchand, directeur du projet d’entreprise et DESTE¹

Les matériels roulants : rien ne se perd, tout se transforme

Chaque année, des matériels roulants (voitures Corail Intercités, automoteurs Transilien, autorails TER, rames TGV, anciennes locomotives diesel ou électriques Fret…) en fin de vie sont retirés du service pour être démantelés puis valorisés. Les pièces détachées en bon état sont récupérées pour être réutilisées sur le parc en activité, permettant ainsi des économies de maintenance. Nous travaillons avec des fournisseurs qualifiés pour le démontage et la dépollution des matériels et plusieurs usines de démantèlement sont ainsi mises à contribution : 4 usines sont déjà opérationnelles, et 3 sont en cours de construction.

La mise en place de ces filières de démantèlement contribue à l’essor d’une nouvelle industrie de l’économie circulaire ferroviaire, avec la création d’environ 400 emplois dans les territoires. Près de 12 000 caisses de matériels roulants seront valorisées (réemploi de pièces et recyclage de matière) entre 2018 et 2028. En 10 ans, cela représentera, au minimum, l’équivalent d’un linéaire cumulé de 250 km de train.

SERD 2021 - Valorisation du matériel roulant

Le réseau ferré : un levier considérable de réduction des déchets

Les opérations de maintenance et de modernisation des lignes ferroviaires génèrent des quantités importantes de produits de dépose : rails, ballast, traverses en bois et en béton... Le réemploi et le recyclage permettent d’économiser les ressources minérales et végétales tout en diminuant l’empreinte environnementale, car elles évitent la phase d’extraction, forte consommatrice d’énergie et d’eau. L’économie circulaire permet aussi de lutter contre la raréfaction des métaux. Ainsi, par exemple, s’ils ne sont pas réemployés directement dans les nouveaux chantiers ferroviaires, les rails sont refondus, les traverses en béton sont concassées pour une utilisation dans le BTP, le ballast est valorisé en sous-couche routière.

En moyenne, chaque année, 3 millions de tonnes de matériaux sont déposés et prennent les chemins du réemploi ou du recyclage ; cela représente l’équivalent de 300 Tours Eiffel.

Pour les petits matériels (vis, écrous, matériel de signalisation...) une recyclerie a été créée à Beaune, en Bourgogne- Franche-Comté. Tous les produits récupérés y sont passés au crible par une petite équipe de travailleurs en insertion professionnelle. Un outil de traçage permet de suivre ces nouveaux stocks créés et les nouveaux approvisionnements qu’ils généreront.

SNCF Réseau s’est fixé un objectif de 100 % de valorisation des composants issus de ses chantiers de travaux d’ici 2025.

Remettre sur de bons rails

Que deviennent les ordinateurs ?

La SNCF a lancé,  en novembre 2019, « La Grande Collecte », une opération nationale de collecte et de nouvelle vie de ses anciens PC, smartphones ou tablettes à remplacer

Lorsque le matériel ne peut être ré-employé, certaines pièces sont réutilisées ou recyclées.

Près de 40 000 PC (plus de 60 000 matériels si on compte les smartphones et tablettes) ont ainsi pris le chemin de l'économie circulaire et de la société Olinn, une entreprise du secteur qui assure les opérations d’audit, de reconditionnement et de remise en vente du matériel  sur le marché à des prix très attractifs.

« La Grande Collecte » s’inscrit aussi dans une démarche responsable et solidaire. Son succès a permis à la SNCF de réinvestir une partie de ses bénéfices dans le soutien de projets associatifs. Près de 90 000 euros ont été reversés à des projets associatifs notamment en faveur de l’inclusion numérique des plus fragiles ou de la préservation de l’environnement dans les territoires.

La plateforme « Pour un numérique engagé »

Dans le droit fil de « La Grande Collecte », nous avons lancé avec Olinn une plateforme internet nationale « Pour un numérique engagé ». Le but ? Inviter toutes les entreprises qui le souhaitent à se joindre à notre démarche d’économie circulaire et solidaire en s’appuyant sur la filière que nous avons créée pour réemployer le matériel informatique. Plusieurs entreprises, comme ICF Habitat, IT Novem et TGV Lyria nous ont déjà rejoint.

Découvrir la plateforme

SERD 2021 - Valorisation du matériel informatique

Que deviennent les tenues des agents ?

Les vêtements professionnels doivent subir un traitement spécial quand ils ne sont plus utilisés. Ils représentent une fonction, et pour des raisons de sécurité, ils ne peuvent être collectés dans les bacs de la filière textile grand public avec les vêtements dits domestiques. 

Ils sont en général d’excellente qualité et pour leur assurer une fin de vie plus respectueuse de l’environnement que l’incinération ou l’enfouissement, SNCF a été en 2014 à l’initiative, avec l'association OREE, de la création d’une nouvelle filière de collecte et de traitements dédiée : FRIVEP (Filière de Recyclage/Réemploi Industrielle des Vêtements Professionnels).

Cette filière bénéficie de la collaboration de 6 entreprises partenaires, d’industriels, de partenaires institutionnels ainsi que de l’agence de la transition écologique ADEME.

SNCF industrialise le recyclage de ses vêtements professionnels. Pendant 18 mois d’expérimentation, 25 tonnes de tenues professionnelles (dont 5 tonnes pour la SNCF) ont été soumises à des tests de recyclage. L’expérimentation avait pour but :

  • de rendre les matières secondaires préparées utilisables par l’industrie textile
  • de valoriser les gisements par des techniques qui produisent des matières utilisables par l’industrie

SNCF industrialise le recyclage de ses vêtements professionnels

En janvier 2019, un centre expérimental de tri et de démantèlement des textiles professionnels a été inauguré par les secrétaires d'Etat de l'environnement et de l'industrie, dans le cadre de FRIVEP, marquant les prémices d’une filière industrielle innovante de recyclage des textiles professionnels.    

La SNCF continue son soutien à cette filière émergente et participera à la prochaine phase expérimentale FIREX (Filière Industrielle de Recyclage des textiles) qui devrait se mettre en place en 2021.  Quelques exemples de nouveaux usages ? l’intégration dans des feutres isolants ou la fabrication de fil recyclé.  

Donner du fil à recoudre ?

La Boutique Éco : notre initiative inédite au service du réemploi

Équipements de protection, mobilier de gare, de bureau, fournitures ou petit électroménager… Avec la Boutique Éco, nos collaborateurs s’impliquent concrètement et personnellement dans la réduction des déchets. Ce site interne au Groupe permet, en effet, à chacun de nos salariés de céder divers objets en bon état dont ils n’ont plus l’usage.

La plateforme compte à ce jour plus de 35 700 inscrits. Au total, depuis 2018, ce sont 8 500 objets qui ont été cédés en vue d’un réemploi pour une valeur estimée à 980 000 €. Le million sera atteint cette année.

En savoir plus sur la Boutique Éco

 1 Direction de l’Engagement social, territorial et environnemental