Crédit photo en-tête de page : Shutterstock

Fer contre carbone : un plaidoyer pour le train

La SNCF fédère une trentaine d’entreprises ferroviaires européennes autour d’un plaidoyer commun pour une mobilité plus attractive, plus durable, plus inclusive et plus innovante. 

Consultez le plaidoyer en français

Consultez le plaidoyer en anglais

Publié le | Mis à jour le

Lecture 3 min.

L’objectif de ce plaidoyer : mobiliser les acteurs européens du ferroviaire et les pouvoirs publics européens et nationaux autour de l’objectif d’un accroissement de la part modale du ferroviaire pour lutter contre le changement climatique. L’éclairage de Jérémie Pélerin, directeur des Affaires européennes et représentant du groupe SNCF à Bruxelles.

Que contient le plaidoyer pour une mobilité plus attractive, plus durable, plus inclusive et plus innovante ? À quoi va-t-il servir ?

Jérémie Pélerin : Le plaidoyer vise à mobiliser conjointement les acteurs européens du ferroviaire et les pouvoirs publics européens et nationaux autour de l’objectif d’un accroissement de la part modale du ferroviaire. Atteindre cet objectif permettra de lutter contre le changement climatique en limitant les émissions des transports. Pour y parvenir, plus de 30 opérateurs et gestionnaires d’infrastructure européens présentent des engagements autour de quatre enjeux : attractivité, développement durable, inclusivité et innovation. Ceux-ci visent à démontrer que les acteurs ferroviaires européens sont pleinement engagés sur ces sujets et souhaitent faire davantage dans les années qui viennent pour leurs clients, pour la planète, pour leurs employés. Le plaidoyer appelle ensuite l’Union européenne et les États à apporter leur soutien au développement du ferroviaire via des mesures concrètes, notamment la fixation d’objectifs de report modal ou des investissements massifs dans le réseau pour permettre ce report modal.

Dans quel contexte législatif européen cette initiative s’inscrit-elle ?

J.P. : L’Union européenne est en ce moment active sur de nombreux sujets qui ont un impact sur le ferroviaire. Parmi les plus importants, on peut citer le paquet législatif « Fit for 55 », qui vise à réviser la législation climatique et énergétique pour l’adapter au nouvel objectif de réduire les émissions de 55% d’ici 2030, notamment dans le domaine des transports, ou la révision du règlement sur le réseau transeuropéen de transport, qui va fixer les spécifications à atteindre sur le réseau aux échéances 2030, 2040 et 2050.

Dans quelle mesure cette initiative européenne complète-t-elle celle, nationale, de Jean-Pierre Farandou, qui a récemment soumis au débat public sa proposition de doubler la part du train dans les deux prochaines décennies ?

J.P. : Les deux initiatives sont intimement liées et servent un même objectif : le report modal vers le ferroviaire est une solution incontournable pour contribuer à la lutte contre le changement climatique. Cependant, les chemins de fer ne peuvent y arriver seuls. Ils ont besoin d’un soutien massif de l’Europe et des États membres, sur les plans financier et réglementaire, pour les y aider.