Crédit photo en-tête de page : JC Milhet / Fret SNCF

Pourquoi prendre le train est un geste écologique ?

Découvrez nos engagements en faveur d’une mobilité toujours plus respectueuse de l’environnement.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 4 min.

Le saviez-vous ? Préférer le train, c’est agir pour l’environnement. Vous émettez 30 fois moins de gaz à effet de serre qu’en voyageant seul avec votre voiture et 70 fois moins que si vous prenez l’avion sur une longue distance.

Le groupe SNCF s’engage depuis des années pour préserver la planète aujourd'hui comme demain. Nous agissons et multiplions les initiatives afin de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, économiser les énergies et protéger la biodiversité.

Ce sont, d’ailleurs, nos collaborateurs qui en parlent le mieux. Ils sont au cœur de cette démarche. Ils innovent et entreprennent au quotidien pour construire un avenir plus durable.

Vidéo : SNCF S'ENGAGE POUR LA PLANÈTE

Le TER à hydrogène

Face aux enjeux climatiques, la SNCF s'est engagée dans une trajectoire de neutralité carbone à horizon 2035.

Pour développer le train à hydrogène, nous sommes donc associés au constructeur Alstom ainsi qu’aux régions Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpe. L’objectif ? Convertir la flotte diesel de matériel roulant et ainsi accélérer la transition énergétique.

La 1re circulation en essai est prévue en 2023, sa mise en circulation commerciale en 2025.

Comment ça marche ?

Cette technologie consiste à remplacer les classiques moteurs diesels par des piles à combustible, des batteries et des réservoirs d’hydrogène pour une traction zéro émission de gaz à effet de serre et zéro émission polluante.

L’hydrogène stocké dans les réservoirs est mélangé à l’oxygène dans la pile à combustible pour obtenir de l’électricité. Électricité stockée ensuite dans les batteries et utilisée pour la traction du train. Le seul résidu de cette réaction ? De l’eau.

En savoir plus

Vidéo : SNCF s'engage - Le train à hydrogène

L’éco-conduite

Réduire son impact environnemental, c’est aussi maîtriser sa consommation énergétique. L’éco-conduite en est un exemple concret.

À l’aide d’un algorithme intégré à Sirius, la tablette des conducteurs, l’outil « Opti-conduite » calcule la vitesse optimale à respecter à chaque instant pour que le train arrive parfaitement à l'heure tout en consommant le moins d'énergie possible.

Il indique au conducteur la vitesse lui permettant d’optimiser la consommation d’énergie du train. Cette indication est actualisée en temps réel par l’algorithme présent dans le dispositif.

Vers une mobilité toujours plus durable

En cours de déploiement auprès des conducteurs de TGV, l’outil « Opti-conduite » a vocation à être progressivement utilisé dans les autres activités.

En optimisant le freinage et la sollicitation des moteurs, ce système d’aide à la conduite, utilisé sur les TGV INOUI et OUIGO, doit permettre de réduire de 8% l’énergie consommée, tout en améliorant la sécurité, la fiabilité du matériel et le respect des horaires.

Vidéo : SNCF s'engage - L'éco-conduite

L’ensemencement choisi

Comment entretenir et maîtriser la végétation sur plus de 95 000 hectares d’emprises ferroviaires tout en conciliant les enjeux de régularité et de sécurité des circulations, mais aussi de sécurité du personnel travaillant aux abords des voies ? SNCF Réseau met en œuvre une gestion raisonnée de la végétation sur ses voies et à leurs abords.

L’entreprise fait évoluer ses pratiques pour mieux préserver les écosystèmes et la biodiversité. Elle adapte ses méthodes selon les situations locales et expérimente différentes techniques comme l’éco-pâturage, la pose de géotextiles sur les voies,  la lutte contre les espèces invasives, la délégation de gestion aux collectivités ou, encore, l’ensemencement choisi.

En savoir plus sur l’ensemencement choisi

Vidéo : SNCF s'engage - L'ensemencement choisi

Nous innovons pour réduire nos émissions de C0₂, accroître notre efficacité énergétique, développer les énergies renouvelables, éviter le gaspillage des ressources, protéger les éco-systèmes dans tous nos territoires…

Mikaël Lemarchand, directeur de l’Engagement sociétal et de la transition écologique et directeur du Projet d'entreprise

Les autoroutes ferroviaires

Les flux de marchandises sont en constante augmentation et certains experts prévoient une progression de 30% d’ici 2030, soit une hausse du trafic routier d’un million de camions supplémentaires par an.

Face à l'ampleur des défis environnementaux, Fret SNCF ainsi qu'une quinzaine d’entreprises et de fédérations européennes de fret ferroviaire, tous réunis au sein de Rail Freight Forward, ont signé en décembre 2018 un manifeste en faveur du report modal de la route vers le rail. En ligne de mire ? Le doublement de la part du fret ferroviaire en Europe : de 18 à 30 % d’ici à 2030.

L’ambition de Fret SNCF, au sein de la coalition française 4F, est aussi de réduire les émissions de CO2 de 290 millions de tonnes et de doubler la part du fret ferroviaire en France de 9% à 18% en dix ans.

En savoir plus sur l’alliance 4F

109 000 camions en moins par an

Nos 6 autoroutes ferroviaires, qui permettent le chargement complet (tracteur, remorque et chauffeur) de camions sur un train, permettent à elles seules d’éviter 109 000 camions sur les routes chaque année.

En savoir plus sur les autoroutes ferroviaires

Vidéo : SNCF s'engage - Les autoroutes ferroviaires