Crédit photo en-tête de page : Alstom_Coradia Polyvalent pour Regiolis

SNCF s’engage résolument dans le train à hydrogène

L’arrivée prochaine des rames TER H2 s’inscrit dans notre plan en faveur de la transition énergétique, du verdissement du ferroviaire et de la neutralité carbone en 2050.

Mis à jour le

Une alternative verte aux TER diesel

Apporter à chacun la liberté de se déplacer facilement en préservant la planète est la raison d’être de notre groupe. Depuis plusieurs années, nous travaillons avec les constructeurs au développement de matériel TER toujours moins polluant. La mise en circulation commerciale, dès 2025, de rames à hydrogène figure au cœur de cet engagement. Dans un premier temps, ce sont 14 rames Régiolis H2 qui seront commandées.

Traduction concrète de nos investissements en faveur des technologies sans émission de carbone, l’arrivée des trains à hydrogène vise à remplacer les locomotives et les automoteurs TER diesel circulant sur les parties non électrifiées du réseau. Le diesel représente, en effet, encore 25% de l’énergie consommée par TER et est responsable de 75% de leurs émissions de CO2.

En savoir plus sur TER

14

rames Régiolis H2 commandées

SNCF s’engage - le train à hydrogène

Un projet ambitieux au cœur des territoires

Depuis 2018, la SNCF accompagne les Régions dans la définition des futurs écosystèmes ferroviaires H2. Les Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne Franche Comté, Grand Est et Occitanie ont confirmé leur intérêt à ce projet avec une intention de passer commande de 14 rames auprès du constructeur Alstom.

Les premiers essais des TER à hydrogène, développés parallèlement au TER hybride, au TER batterie  et aux recherches sur les biocarburants, sont ainsi prévus pour 2023.

Découvrez le train Régiolis hybride

Le train à hydrogène, comment ça marche ?

Cette technologie consiste à remplacer les classiques moteurs diesels par des piles à combustible, des réservoirs d’hydrogène, et des batteries pour une traction sans émission de gaz à effet de serre.

L’hydrogène stocké dans les réservoirs est mélangé à l’oxygène présent dans l’air ambiant dans la pile à combustible située en toiture du train pour obtenir de l’électricité. Par ce mélange, la pile produit l’électricité nécessaire à la traction de la rame. Électricité stockée ensuite dans les batteries et utilisée pour la traction du train. Le seul résidu de cette réaction ? De l’eau.

Fabriqué par Alstom, le train est donc bimode (électrique et H2) et peut atteindre une vitesse maximale de 160 km/h en transportant jusqu’à 220 passagers pour une autonomie comprise entre 400 et 600 km.

SNCF s’engage pleinement dans la transition énergétique

En prenant le parti des énergies responsables, nous visons à améliorer, d’ici 2025, notre performance énergétique de 20% et à réduire de 25% nos émissions de gaz à effet de serre.

Pour ce faire, notre groupe s’appuie sur différents leviers d’action :

  • sobriété énergétique : équipement de nos locomotives de compteurs d’énergie, aide au conducteur pour l’optimisation de sa conduite, incitations de nos salariés aux économies d’énergie via une plateforme dédiée
  • verdissement et décarbonisation : installation de panneaux photovoltaïques sur nos sites, hybridation des TER, recours aux biocarburants, mise en place du train à hydrogène
  • mobilité propre : promouvoir l’usage du train en rappelant que le ferroviaire est le mode de transport le plus vertueux en France, le train émettant seulement0,4% des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports