Crédit photo en-tête de page : Jérôme Masi / SNCF

La SNCF s’engage contre les violences faites aux femmes

Notre Groupe est engagé de manière très concrète dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Tour d’horizon des dispositifs mis en place.

Publié le

Lecture 5 min.

En France, près de 213 000 femmes1 âgées de 18 à 75 ans ont été victimes, en 2019, de violences physiques et/ou sexuelles commises par leur conjoint (actuel ou ancien).

En 2020, les différents confinements ont entraîné une hausse de 10% des violences conjugales, selon le Ministère de l’intérieur. Ces violences conduisent parfois à la mort : 102 femmes ont péri sous les coups de leur conjoint la même année.

Afin de combattre les violences sexistes et sexuelles, le groupe SNCF, qui emploie 275 000 salariés dans le monde, a mis en place divers dispositifs de lutte et de prévention.

  • 200 000 victimes par an de violences commises par leur conjoint

  • 102

    femmes ont été tuées par leur conjoint en 2020

Pourquoi l’entreprise a un rôle à jouer

L’entreprise est parfois le seul endroit où une victime de violences conjugales est en sécurité. Sous l’emprise de leur conjoint, les victimes sont très souvent en situation de grand isolement dans leur vie privée. Le travail est donc l’un des seuls endroits où elles peuvent maintenir du lien social, et par là même trouver de l’aide.

Cependant, les violences passent inaperçues au travail, d’où le besoin de former les managers et les collègues à l’observation et à la détection des signaux, faibles ou forts. Il faut d'abord faire comprendre aux salariés qu'on ne parle pas uniquement de violences physiques d'une part, et qu'elles affectent toutes les classes sociales et toutes les cultures d'autre part.

Notre action permet également de contrer les répercussions que les violences conjugales peuvent avoir sur la vie professionnelle : retards, difficulté à se concentrer, perte d'efficacité, stress, absentéisme… Face à la gravité de ce phénomène et son impact sur la vie professionnelle, la SNCF s’est engagée de manière très concrète dans la lutte contre les violences faites aux femmes, et a mis en place divers dispositifs de lutte et de prévention.

Notre plan d’action

Cette année, nous lançons pour la première fois une semaine d’actions avec :

  • Un e-learning de prévention de l’impact des violences conjugales au travail réalisé par le réseau « Une femmes sur trois » et donnant des clés pratiques pour aider une ou un collègue victime de violences. 
  • Une campagne d’affichage nationale « Comment réagir face à une ou un collègue victime de violences conjugales » à diffuser sur les lieux de passage des salariés.
  • Une série de podcasts sur l’impact des violences conjugales au travail avec des témoignages de femmes ayant subi des violences, un manager témoin, une assistante sociale et une association spécialisée.
  • Des formations à distance « Stand-Up » pour apprendre comment réagir, que l’on soit victime ou témoin de harcèlement de rue. 
  • Un atelier interactif à distance « Violences conjugales : comprendre pour agir » pour permettre de mieux appréhender les mécanismes des violences conjugales, identifier leurs impacts sur les enfants et sur le travail et orienter vers les bons interlocuteurs. 

Les femmes victimes de violence doivent pouvoir trouver de l’aide dans l’entreprise.

Jean-Pierre Farandou, Président-directeur général de la SNCF

L’Action sociale SNCF

L’Action sociale SNCF est un service interne rattaché à notre structure Optim’ Services. Sa mission est d’accompagner et de soutenir nos salariés en difficulté, et de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie au travail. À ce titre, les violences faites aux femmes entrent dans son champ d’action.

En 2019, l’Action sociale a organisé une journée autour de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail et dans la sphère familiale. Un événement qui a permis la sensibilisation de plus de 1 000 managers et acteurs RH ainsi que le déploiement de nouveaux outils de prévention.

Avec son réseau de travailleurs sociaux, psychologues et personnels médicaux et paramédicaux implantés sur l’ensemble du territoire, l’Action Sociale accompagne, soutient, aide et conseille les salariées et les salariés victimes de violences. Elle peut aider à identifier ce type de violences et, le cas échéant, intervenir dans la recherche ou le financement temporaire d’un hébergement d’urgence.

SNCF Mixité

Fort de ses 10 000 membres, le réseau SNCF Mixité est un espace d’expression privilégié. Parce qu’il se fait fort de sensibiliser aux inégalités de genre, il contribue également à une prise de conscience des violences subies.

Sur la question des violences sexistes et intrafamiliales, le réseau met à disposition des victimes, mais aussi des collègues témoins - managers à qui l’on s’est confié ou agresseurs qui veulent s’en sortir - son réseau d’ambassadrices et ambassadeurs. Outre un premier soutien, ces derniers peuvent les orienter vers les bons interlocuteurs.

En savoir plus sur SNCF Mixité

Une formation pour réagir face au harcèlement

Tout le monde n'est pas victime de harcèlement de rue mais nous en avons, toutes et tous, déjà été témoins, que ce soit dans la rue, dans un bar ou bien dans les transports en commun. 

C’est pourquoi, en partenariat avec la Fondation des Femmes, nous organisons, en interne, des sessions de formation Stand Up. Cette dernière repose sur la technique des 5D inventée par l’ONG Hollaback! et qui apprend à réagir face au harcèlement de rue, que l’on soit témoin ou victime.  

En raison des contraintes sanitaires, celles-ci se déroulent désormais à distance, via des supports vidéo.

En savoir plus sur Stand Up

S’inscrire à une formation grand public

Le réseau « Une femme sur trois »

La SNCF a signé, en 2018 et via son Département Qualité de vie au travail et Diversité, la charte d’engagement du réseau « Une femme sur trois2 », qui s’inscrit dans l’initiative européenne CEASE. C’est le premier réseau européen d’entreprises engagées contre les violences conjugales avec le soutien de la Commission européenne. « Une femme sur trois » fait référence à la statistique suivante : un tiers des femmes a été victime de violences physiques et/ou sexuelles au moins une fois dans leur vie.

Les entreprises réunies au sein de cette organisation s'attachent à partager les meilleures pratiques en la matière : formation des managers et des salariés, communication interne régulière sur les dispositifs d'aide disponibles, etc.

Ce réseau entend ainsi non seulement sensibiliser les employeurs mais également leur donner des outils pour lutter contre ce type de violences et leur impact sur le travail. Cette démarche collective a permis notamment la création du guide à destination des salariés « prévenir l'impact des violences conjugales ». Cette année, une formation e-learning à destination des managers a aussi été lancée. Son objectif ? Les aider à mieux comprendre les causes et impacts des situations de violences sexistes et sexuelles, et leur faire connaître les principaux acteurs et dispositifs d’aide.

L’Agence logement SNCF

Les violences constituent le 1er critère de priorisation pour l’accès au logement accompagné par l’entreprise.
En collaboration étroite avec plusieurs acteurs du secteur, dont ICF Habitat et l’association Parme, l’Agence logement SNCF a mis en place un dispositif d’hébergement d’urgence pour les salariées de l’entreprise victimes de violence.
Lors des différents confinements de l'année 2020, elle a ainsi pu apporter très rapidement des réponses adaptées, soit en résidence meublée soit en appartement familial, à toutes les demandes qui lui ont été adressées.

ICF Habitat et l’Union Sociale pour l’Habitat

ICF Habitat, filiale du groupe SNCF, est propriétaire de plusieurs résidences gérées par le milieu associatif qui peuvent offrir des hébergements de transition à des femmes en difficulté. À titre d’exemple, l’opérateur a ainsi ouvert, à Nantes, une petite structure gérée par l’association nantaise G-Xiste, et destinée à recueillir des femmes sans domicile fixe, souvent victimes de violence et souffrant d'addictions.

En savoir plus sur cette opération

ICF Habitat fait également partie de l'Union Sociale pour l'Habitat qui a pris « dix engagements pour faire avancer la cause du logement des femmes victimes de violences conjugales ».
Cette action repose sur 3 axes forts :

  • la mise à disposition d’une offre de logements accompagnés
  • la formation des professionnels sur les violences conjugales
  • le renforcement de l’accompagnement professionnel des acteurs

La Fondation SNCF

Au printemps 2020, notre fondation a apporté, via une aide financière de 100 000 euros, son soutien à la Fondation des Femmes qui agit contre les violences sexistes, en nette recrudescence durant les périodes de confinement.

En savoir plus ce soutien

Le nouvel accord égalité professionnelle, un levier de plus

Le 9 novembre 2021, la SNCF et l’ensemble des organisations syndicales représentatives ont signé un accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et à la mixité. L’un des axes était la lutte contre toutes formes de violences sexistes et sexuelles et contre les violences conjugales et intrafamiliales, afin de garantir le respect et l’intégrité de chaque salarié et salariée.

Cet accord introduit de nouveaux droits : les personnes victimes de violences conjugales et intrafamiliales pourront ainsi bénéficier de trois journées d’autorisation d’absence pour aller déposer plainte, se rendre à une convocation du tribunal, chez un avocat ou encore à un rendez-vous auprès d’associations spécialisées.

Violences femmes infos : 3919

Géré par la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), le 3919 est une ligne téléphonique dédiée à la prise en compte et l’accompagnement des victimes de violences conjugales.

Destinée aux femmes, à leur entourage mais aussi aux professionnels, cette ligne téléphonique anonyme et gratuite garantit à tous ceux qui en ont besoin une écoute, une information et une orientation vers des dispositifs locaux de prise en charge. Ce service prend en compte toutes les violences : conjugales, sexuelles, professionnelles, mariages forcés, mutilations sexuelles...

Le numéro est accessible 24h/24 et 7j/7 (appel anonyme et gratuit).

En savoir plus

1 D'après le site gouvernemental « Arrêtons les violences » :

https://arretonslesviolences.gouv.fr/je-suis-professionnel/chiffres-de-reference-violences-faites-aux-femmes

2 « One in three women »