Crédit photo en-tête de page : Matthieu Raffard / SNCF

La mixité à la SNCF, une priorité

Jean-Pierre Farandou a érigé la mixité comme une priorité pendant son mandat à la tête de la SNCF. Le Groupe, qui compte 23% de salariées, œuvre de diverses manières pour faire avancer l’égalité entre les hommes et les femmes.

Mis à jour le

Lecture 3 min.

Égalité salariale, sexisme au travail, partage de la charge mentale… Les chantiers de l’égalité entre les hommes et les femmes sont multiples.

Si la SNCF, dont l’écart de salaire brut entre les hommes et les femmes est de 2% (contre 17 à 18% au niveau national), s’en sort convenablement en matière d’égalité salariale, il reste du chemin à parcourir. En effet, le groupe ferroviaire compte seulement 23% de femmes, dont 7% dans les métiers techniques qui sont majoritaires.

Parce que l’entreprise de demain repose sur la mixité, Jean-Pierre Farandou a décidé d’en faire une priorité.

Vers des quotas chez les cadres dirigeants ?

« La liste est longue des freins à l’ascension des femmes. » À l’occasion des dix ans de la loi Copé-Zimmermann1, le PDG de la SNCF a signé, avec d’autres chefs d’entreprise, une tribune dans le quotidien Le Monde et sur le réseau social LinkedIn en faveur de la mise en place d’objectifs de mixité chez les cadres dirigeants. En effet, la proportion de femmes dans les Comex des entreprises du CAC40 est, aujourd’hui, de seulement 22%.

« Il faut répliquer, sur les cadres dirigeants, la recette de la loi Copé-Zimmerman et fixer des objectifs de mixité sur cette population », écrivent les signataires du texte. Le but ? Déterminer un calendrier pour laisser aux entreprises le temps de constituer des viviers de talents, tout en créant des pénalités pour celles qui ne respecteraient pas les échéances fixées.

Lisez la tribune

  • 23 %

    de femmes dans le groupe SNCF

  • 28 %

    des cadres sont des femmes

  • 7 %

    de femmes dans les métiers techniques

  • Avec 3 femmes et 3 hommes, la direction du Groupe est paritaire

La mixité, une nécessité absolue

« Nous voulons rendre cette crise au moins utile et, par un engagement clair vers l’avancement des femmes, marquer un changement vers plus d’équité, qui va de pair avec une meilleure performance. » Soulignant que la crise sanitaire a jeté une lumière crue sur les inégalités entre les hommes et les femmes, les 7 patrons signataires2 de la tribune souhaitent ainsi créer un mouvement vertueux.

Et ce, en utilisant divers leviers :

  • l’engagement personnel et l’action des dirigeants
  • des indicateurs performants
  • des formations pour faire évoluer les mentalités
  • des politiques RH pour lutter contre le biais sexistes
  • des objectifs de mixité contraignants

9 000, c’est le nombre de membres que compte le réseau SNCF Mixité

Les engagements de SNCF Mixité

Lancé en 2012, SNCF Mixité est un réseau d’entreprise ouvert à tous. Il a pour mission « de faire bouger les lignes pour porter le changement, l’innovation et les valeurs de progrès social au service de la performance du groupe ».

En savoir plus sur SNCF Mixité

Ouverture, efficacité, engagement, les valeurs de SNCF Mixité correspondent donc à celles du groupe SNCF.

Pour être plus ouvert, le réseau compte :

  • encourager les hommes et les non-cadres à participer
  • partager ses bonnes pratiques avec les réseaux professionnels externes
  • diversifier davantage les thématiques
  • proposer des outils les plus innovants possible

Plusieurs pistes ont été définies pour rendre le réseau plus efficace :

  • travailler avec la DRH pour se donner des objectifs sur dix ans
  • former tous les managers à la culture de l’égalité
  • pousser les établissements à passer en revue leurs forces et faiblesses
  • lutter contre le sexisme conformément à la ligne éthique du Groupe

Enfin SNCF Mixité ambitionne de valoriser l’engagement aux côtés d’autres réseaux transverses dans l’entreprise. Parce que cet engagement représente un enjeu essentiel pour le Groupe mais aussi pour la société en général.

1La loi Copé-Zimmermann, votée en 2011, impose la parité dans les conseils d’administration.

2 Les signataires sont : Hélène Bernicot, directrice générale d’Arkéa ; Méka Brunel, directrice générale de Gecina ; Julien Carmona, directeur général délégué de Nexity ; Jean-Pierre Farandou, président-directeur général de la SNCF ; Hervé Hélias, président-directeur général du Groupe Mazars ; Gérald Karsenti, président France de SAP ; Anna Notarianni, présidente France Sodexo.