Crédit photo en-tête de page : Maxime Huriez / SNCF

Chantal Joie-La Marle, mobiliser pour mieux innover

Responsable innovation au sein de SNCF Mobilités, Chantal Joie-La Marle est à l’origine du Lab dédié à tous les enjeux du Mass Transit. Portrait. 

Faire le pont entre sciences de l’ingénieur et sciences humaines

Des études d’ingénieur SupAéro mais aussi de psycho, socio, philo, co-design… Le parcours académique transdisciplinaire de Chantal Joie-La Marle en dit long sur sa curiosité d’esprit. Une soif d’apprendre insatiable puisque depuis septembre 2018, elle prépare également une thèse de doctorat sur l’impact du développement des soft skills liées à la transformation organisationnelle. 

Un sujet de choix pour celle qui, depuis toujours, veut faire le pont entre sciences de l’ingénieur et sciences humaines, savoir-faire métier et savoir-être relationnel, compétences techniques et intelligence émotionnelle, expression des talents individuels et performance collective. 

Principe d’interdisciplinarité 

Elle entre chez SNCF, en 2001, comme responsable de recherche à la direction Innovation & Recherche. Elle y développe des outils pour améliorer la performance, tel le système Aïda qui assure une analyse automatisée des boîtes noires des trains nouvelle génération. Elle rejoint ensuite Transilien où elle conçoit et déploie des outils d’analyse pour traiter des questions sensibles de robustesse et de régularité. 

En 2012, on lui propose un formidable défi : créer un Lab dédié à tous les enjeux du Mass Transit. L’objectif ? Proposer une expérience plus fluide et qualitative à des voyageurs toujours plus nombreux en zone urbaine hyperdense… Et cela, sans faire exploser les coûts. Au cœur de ce projet d’innovation frugale, Chantal Joie-La Marle impose le principe d’interdisciplinarité : tous les points de vue, tous les champs d’expertise, toutes les approches et méthodes de travail doivent être mobilisés. 

Raison pour laquelle le Lab’ Mass Transit accueille des représentants des différents métiers en interne mais s’ouvre aussi à des personnalités extérieures à l’entreprise via de nombreux partenariats académiques. « L’innovation appelle des façons de penser en rupture avec les modèles traditionnels… Et c’est un exercice complexe dans une entreprise comme SNCF, dont les métiers sont fortement contraints, en particulier pour des raisons de sécurité », expliquait récemment Chantal Joie-La Marle dans une interview au site EVE.

Faire à toutes et tous

L’initiative est remarquée. Chantal Joie-La Marle représente SNCF à la Fnep1 et participe à un collectif de travail à l’origine de l’ouvrage « Oser l’innovation – Pour construire une société d’innovateurs ».

Membre du réseau SNCF au Féminin depuis ses débuts, elle en devient ambassadrice pour Transilien et lance plusieurs groupes experts. Convaincue que la voix de toutes et tous est nécessaire à la créativité, elle entend contribuer à amplifier celle des femmes, encore trop rare dans le chœur des métiers de l’ingénierie, de l’industrie et de l’innovation. 

1 Fondation Nationale Entreprise et Performance