Crédit photo en-tête de page : SNCF Gares & Connexions – David Paquin

« Demain, j’aimerais… » : à vos craies !

Jusqu’à cet été, vous êtes invité à venir exprimer sur les murs de nos gares vos espoirs et vos envies sur les tableaux noirs que nous avons installés à cet effet. Venez partager vos attentes alors que la vie reprend ses droits.

Mis à jour le

Lecture 3 min.

Et vous, comment envisagez-vous l’avenir, maintenant que nos vies retrouvent un semblant de normalité ? Alors que la reprise s’amorce, après un an et demi de crise sanitaire, nous avons eu l’envie de vous inviter à la réflexion à travers des murs d’expression installés dans nos gares.

De quoi s’agit-il ? De grands tableaux noirs présents dans toutes les régions françaises, et sur lesquels vous pouvez laisser libre cours à votre imagination, en complétant la phrase suivante : « Demain, j’aimerais… ». Et ainsi partager vos attentes pour la période post-confinement qui s’ouvre.

Nos gares, lieux de vie à part entière

Les murs d’expression sont installés dans chaque région administrative française, vous pouvez les retrouver dans les gares suivantes :

  • Paris Est
  • Paris Gare de Lyon
  • Paris Gare du Nord
  • Paris Austerlitz
  • Lyon Part-Dieu
  • Marseille Saint-Charles
  • Lille-Flandres
  • Mulhouse
  • Rennes
  • Nantes
  • Tours
  • Dijon
  • Limoges
  • Rouen
  • Toulouse-Matabiau

Ils s’inscrivent dans une démarche destinée à faire de nos gares des agoras où chacun peut partager ses aspirations.

15

murs d’expression installés dans nos gares dans toute la France

Une étude sociologique inédite

Une fois ces témoignages sur nos murs d’expression recueillis par nos agents, nous les ferons analyser par une équipe de chercheurs menée par le sociologue et enseignant-chercheur Christophe Rioux.

À l’issue de cet événement, les résultats de cette vaste étude sociologique d’une autre genre seront ensuite dévoilés au grand public. Le but ? Utiliser cette forme ludique d’expression éloignée du sondage ou de l’étude classique pour tenter de capturer l’air du temps en cette époque si particulière.