Crédit photo en-tête de page : Alex Profit

Le 1er train hydrogène en 2022

Le président de SNCF a annoncé la signature imminente d’un contrat pour construire d’ici à 2022 une quinzaine de trains à hydrogène. Retour sur les événements qui ont conduit à cette ambition.

Publié le

SNCF s'engage auprès des régions pour accélérer le déploiement du train à hydrogène

Communiqué de presse

Publié le 05 décembre 2018 à 17h42

SNCF a réuni les Régions pour préparer la mise en circulation du 1er train TER hydrogène d’ici 2022. SNCF a réaffirmé son engagement pour un déploiement rapide de l’utilisation de l’hydrogène.

Le 29 août, Guillaume Pepy, Président de SNCF, a annoncé sur BFM TV et RMC chez Bourdin direct sa volonté «qu’il n’y ait plus un seul diesel sur les rails français dans 15 ans». Il a d’ailleurs annoncé la signature imminente d’un contrat pour construire d’ici à 2022 une quinzaine de trains à hydrogène pour n’émettre aucun polluant tout au long du trajet du train.

Retour chronologique : le 1er juin 2018, Nicolas Hulot, alors Ministre de la Transition écologique et solidaire, annonçait un plan de déploiement de l’hydrogène pour la transition énergétique. Ce rapport a été suivi en novembre 2018 par celui du député de Gironde, Benoît Simian, sur le verdissement des matériels roulants du transport ferroviaire en France.

Le 5 décembre 2018, Frank Lacroix, Directeur général TER, rencontrait les Régions pour préparer ensemble le déploiement du train à hydrogène dès 2022. Il a été convenu alors que SNCF apporterait son expertise scientifique et technique d’opérateur ferroviaire et en maintenance de matériels roulants. L’entreprise s'est ainsi engagée à financer une première étude, et notamment de définir le cahier des charges du futur TER à hydrogène au vu des attentes exprimées par les Régions.

Le choix des lignes sur lesquelles circulera ce matériel est majeur. Certaines ont déjà été identifiées par les Régions et ce travail est à poursuivre pour déterminer les premiers sites d’essai envisagés en 2021/2022.

Un comité de pilotage regroupant les différents acteurs travaille actuellement pour suivre l’avancement des différentes étapes, pour partager le lancement des premières actions (cahier des charges du premier  train, sites de distribution de l’hydrogène…) et pour préciser le contenu et le financement du projet.

Pour mener à bien ce projet, les politiques énergétiques territoriales doivent être respectées. Des investissements seront également indispensables pour assurer la maintenance des trains à hydrogène dans les technicentres.

"Avec les Régions, nous devons trouver les conditions pour que l’intégration de ce nouveau matériel, favorable à la transition énergétique, participe également à l’amélioration de la fiabilité du TER, à sa compétitivité, son attractivité et au maintien du plus haut niveau de sécurité pour les voyageurs, dans la logique de notre programme CAP TER 2020" a expliqué Frank LACROIX. "L’hydrogène possède d’indéniables atouts pour le TER et les Régions. C’est une alternative aux coûteux travaux d’électrification des lignes."

Focus

L’enjeu du verdissement du ferroviaire est grand pour SNCF, notamment pour l’activité TER la plus exposée au diesel. Actuellement, 50 % du parc TER est équipé de traction thermique et 20% est bi-mode (électrique et thermique). Près de la moitié des coûts d’énergie consommée par TER est d’origine thermique. L’objectif de SNCF est de sortir du diesel d’ici 2035.
En France, le diesel représente 25% de l’énergie consommée par TER et est responsable de 75% de leurs émissions de CO2. Le train régional, déjà 5 fois moins émetteur que la voiture individuelle, peut encore progresser.