Crédit photo en-tête de page : Alex Profit

3 questions à Alain Krakovitch sur les voyages longue distance cet été

SNCF Voyages prévoit un retour à un plan de transport quasi-nominal pour les trains longue distance d’ici fin juin. Avec Alain Krakovitch, son directeur général, focus sur les mesures commerciales et de sécurité sanitaire accompagnant la reprise.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 4 min.

Avec la campagne de vente de billets à petits prix, voyager en TGV sera-t-il plus économique cette année que l’année dernière ?

Alain Krakovitch : Cet été, plus que jamais, notre priorité est d’offrir aux Français et aux touristes étrangers la possibilité de voyager dans nos trains en toute sérénité et avec un maximum de « petits prix ». Pour cela, nous avons lancé l’opération « 3 millions de billets à 49 euros maximum » qui marche très bien, avec environ 50 000 billets vendus par jour depuis le 3 juin ! Ces petits prix représentent 25 à 30% de notre offre contre 10 à 15% l’an dernier, c’est-à-dire deux fois plus. Toujours pour faciliter la vie de nos clients, les frais d’échange et de remboursement sont supprimés jusqu’au 31 août. Et pour nos trois millions de détenteurs d’une carte de réduction Avantage ou Liberté, deux choses. Tout d’abord, la validité des cartes est prolongée jusqu’au 31 août pour celles arrivant à expiration entre le 17 mars et le 31 juillet et, seconde chose, leurs détenteurs bénéficient sur leur prochain voyage de 30% de réduction supplémentaire avec la carte Avantage et de 40% de réduction supplémentaire avec la carte Liberté.

Dans la mesure où le Coronavirus circule toujours, est-il prudent de commercialiser l'ensemble des places ?

A.K. : Je tiens tout d’abord à rappeler que le port du masque est obligatoire à bord pour tous, voyageurs et agents. C'est absolument primordial. Depuis le 2 juin, nous pouvons proposer à la vente l’ensemble des places disponibles à bord de nos trains. Toutefois, nous gardons quelques places libres dans chaque train nous permettant d’isoler des clients qui ne se sentiraient pas bien et nous ne ferons pas de sur-réservation cet été. Notre objectif, je vous le rappelle, est d’offrir au plus grand nombre la possibilité de voyager avec nous en toute sérénité et en toute sécurité.

Notre priorité est d’offrir aux Français et aux touristes étrangers la possibilité de voyager dans nos trains en toute sérénité et avec un maximum de « petits prix ».

Alain Krakovitch, directeur général SNCF Voyages

On a entendu que des TGV devant circuler cet été avaient été annulés alors que des clients avaient réservé. Pourquoi ? 

A.K. : Comme vous le savez, la crise sanitaire a eu un impact très fort sur les projets de voyage des Français. Les réservations enregistrées à ce jour pour les mois de juillet et août sont encore faibles. Nous avons donc pris la décision de supprimer quelques trains dont les taux de réservation étaient très bas et ainsi mieux adapter notre offre à la demande. Les clients concernés par l’annulation de leur voyage (qui avaient réservé en mars, avant le label « TGV garanti ») ont tous été recontactés par mail ou par sms. Nous leur avons proposé soit de choisir un autre train partant le même jour, soit d’échanger leur billet sans frais et sans surcoût soit, et toujours sans frais, d’annuler leur billet. Je tiens à rassurer les Français et les touristes étrangers : tous les TGV INOUI, OUIGO et Intercités désormais disponibles à la vente sur nos différents canaux de distribution circuleront. 

Rappel sur les mesures sanitaires à bord

  • Les TGV INOUI, OUIGO et Intercités sont désinfectés tous les jours dans les technicentres et le nettoyage et la désinfection des trains durant le trajet est effectuée dans plus de 80% des TGV, contre 30% habituellement.  
  • Les TGV INOUI et OUIGO sont ventilés en permanence grâce à un système de filtrage ultra puissant qui permet de filtrer l’air des voitures toutes les trois minutes et de le renouveler intégralement toutes les neuf minutes. À bord des autres trains, notamment Intercités, l’air est intégralement renouvelé toutes les six minutes. Par ailleurs, la ventilation verticale de l’air évite la dispersion des postillons entres les voyageurs. Les infectiologues le disent : ce type de ventilation combiné au port du masque obligatoire rend le risque de propagation du virus quasiment nul.  

95% des clients sont satisfaits des mesures mises en place dans le cadre de la charte « Tous responsables ».