Crédit photo en-tête de page : DR

Solidarité après la Tempête Alex : 48h pour inventer le «TER cargo»

De Nice à Breil-sur-Roya, TER Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, avec le soutien de la Région Sud, fait circuler depuis samedi 3 octobre des trains chargés d’eau potable et de vivres. Grâce à la mobilisation des équipes du technicentre TER Sud, la démarche a été industrialisée… en 48 heures chrono.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 4 min.

Aménagement du TER Cargo

Une démarche industrialisée en 48h chrono !

Comment transformer un AGC en train de marchandises, en considérant la charge maximale supportée par m2, et avec l’objectif que la masse totale de l’engin chargé soit égale à celle du train rempli de voyageurs ? C’est un sujet d’études que Marc Ciais, DUO Maintenance TER Azur, avait soumis il y a quelques temps aux élèves ingénieurs de l’Estaca, où il intervient régulièrement en tant qu’expert en technologie ferroviaire. 

Samedi soir, lorsqu’il apprend que les collègues de TER Sud et de la Sûreté ferroviaire sont en train de charger des milliers de bouteilles d’eau dans un train voyageurs à destination de Breil, il fait très vite le rapprochement : on peut largement augmenter la quantité de palettes embarquées et industrialiser un «TER solidaire» en adaptant au transport de marchandises l’aménagement intérieur des trois voitures d’une rame AGC. 

Pourquoi ne pas faire directement rouler un train fret jusqu’aux portes de la vallée de Roya ? Cette option soulève plusieurs problématiques, notamment liées à la hauteur des quais en gare de Breil, et la solution envisagée par Marc Ciais présente l’avantage de pouvoir être mise en œuvre rapidement : la rame «cargo» étant raccordée en unité multiple à une rame Voyageurs, les sillons et la majorité des ressources humaines nécessaires à sa production sont déjà prévus. 

Dimanche en début d’après-midi, Marc propose donc au directeur Exploitation TER d’étudier, avec son équipe de l’UO maintenance TER Azur, la possibilité de déposer les aménagements intérieurs d’un AGC et d’en adapter les planchers pour transporter le maximum de marchandises possible en sécurité.

«À ma connaissance, c’est une première»

«Nous avons obtenu le «Go» pour modifier la rame lundi dans la soirée», précise Marc. Le rendez-vous est fixé hier à 7h, à l’atelier de maintenance de Nice-Saint-Roch. L’équipe est composée d’une dizaine d’agents de l’UO, épaulés par des collègues du site de Cannes et par des experts Méthodes et Logistique. «Quand on a commencé à regarder dans le détail le schéma de la rame, certaines collègues m’ont regardé d’un air de dire : «T’es sûr qu’on peut le faire ?» Et c’est vrai qu’on n’était pas certains de pouvoir entièrement réaménager la rame dans les temps. Mais je n’ai eu besoin de motiver personne. L’atelier de Nice-Saint-Roch est juste en bas de la ligne qui monte vers Breil, et beaucoup d’entre nous avons de la famille ou des amis là-haut», poursuit le DUO. 

Pour créer les espaces nécessaires au stockage des marchandises, un tiers des sièges (60 sur 170), les porte-bagages et les parois vitrés intérieurs sont déposés et restockés en sécurité dans des espaces réservés du train, sa masse à vide ne pouvant être modifiée pour des raisons de sécurité. Il faut aussi poser un plancher de protection pour ne pas endommager la rame. «Quand j’ai vu qu’on a avait déjà fait la moitié du travail à 12h, je me suis dit que c’était gagné. Peu après 16h, le réaménagement était terminé».

Premier départ prévu ce midi de Nice-Ville

Le TER ainsi adapté peut embarquer l’équivalent de 25 palettes, ce qui représente environ 10 à 12 tonnes de marchandises. À partir d’aujourd’hui, le chargement a lieu tous les matins à Nice-Saint-Roch. Le TER quitte Nice en direction de Breil à 12h09, avec un retour prévu vers 20h. TER Sud se met en capacité de le faire circuler tant que cela sera nécessaire au ravitaillement des habitants de la vallée de la Roya.  

Engagement, efficacité, ouverture : avec la création du «TER solidaire» en 48h, les équipes de TER Sud offrent une belle démonstration des valeurs de la SNCF à l’action. Bien sûr, cette initiative est aussi rendue possible grâce à la mobilisation des équipes de SNCF Réseau pour assurer la sécurité des circulations.