Crédit photo en-tête de page : Fredrika Carlsson

COP 26 : ceux qui l'aiment prendront le train

Six ans après le sommet sur le climat de Paris, la COP 26 prend le relais du 1er au 12 novembre à Glasgow, en Écosse. Le groupe SNCF organise des débats au cours de deux voyages à très grande vitesse, à destination de Londres.

Publié le | Mis à jour le

ONG, Think Tank, scientifiques, experts, chercheurs, entreprises, jeunes, délégations officielles, représentant du secteur ferroviaire seront à bord d’Eurostar, entre Amsterdam/Bruxelles/Londres et entre Paris/Londres avant de se rendre à Glasgow pour la COP 26. L'objectif : saisir une occasion unique d'agir ensemble et rapidement pour limiter les hausses de température et le changement climatique.

Selon les recherches du groupe d'experts climatiques de l'ONU, le GIEC, si nous continuons à ce rythme, le réchauffement s'élèvera à 3 degrés d'ici à 2100. Ce qui aurait des conséquences catastrophiques en entraînant une forte augmentation du niveau de la mer et des conditions météorologiques plus extrêmes. Les experts s'accordent à une limite souhaitable de +1,5 degré en 2100.

Pour un monde plus vert grâce à la mobilité durable

Pendant le voyage Paris-Londres, le Groupe SNCF organise une série de débats pour attirer l'attention sur le rôle clef que le rail et le voyage durable peuvent jouer dans la réalisation des objectifs mondiaux en matière de changement climatique. Sont présent à ces débats :

  • Embarquement à bord de l'Eurostar, direction Londres avant de rejoindre Glasgow en train. De g. à d. : Lola Vallejo (IDDRI), Alexandra Deprez (IDDRI), Lauren Harry-Villain (IDDRI), Marie Cohuet (RAC-ALTERNATIVA), Clément Senechal (RAC – GREENPEACE)

  • Sur le quai : Mikaël Lemarchand (DESTE), Frédéric Delorme (PDG de Rail Logistics Europe), Lola Vallejo (IDDRI), Alexandra Deprez (IDDRI), Lauren Harry-Villain (IDDRI), Emmanuel Mroz (Deste SNCF) ; Anne-Blandine Dassencourt (SNCF Réseau)

  • Débats à bord : Alexandra Deprez (IDDRI), Emmanuel Mroz (Deste SNCF), Valérie Masson-Delmotte (GIEC), Clément Senechal (RAC – GREENPEACE), Mikaël Lemarchand (directeur de la Deste SNCF), Sonia Seneviratne (GIEC)

  • Mikaël Lemarchand (directeur de la Deste SNCF), Marie Cohuet (RAC -ALTERNATIVA), Alexandra Deprez (IDDRI)

  • Mikaël Lemarchand (directeur de la Deste SNCF), Valérie Masson-Delmotte (GIEC)

  • Alexandra Deprez (IDDRI), Florence Cousin (SNCF), Gina Cortes Valderrama (WOMEN ENGAGED FOR A COMMUN FUTUR), Gabriel Goll (LE RESES – SCIENCES-PO) ; Mariana Castano-Cano (journaliste), Anaïs Terrien et Emma Biard (Fresque du Climat)

  • Mikaël Lemarchand (Deste), Frédéric Delorme (PDG de Rail Logistics Europe)

  • Mikaël Lemarchand (directeur de la Deste SNCF), Sonia Seneviratne (GIEC), Mariana Castano-Cano (journaliste)

Transports Day le 10 novembre

Le 10 novembre, date du Transport Day de la COP, une table-ronde co-organisée par l’UIC, Alstom, l’IDDRI et des représentant de la SNCF, intitulée "Vers un transport zéro émission – Point sur les progrès", portera la voix du ferroviaire.

La SNCF engagée dans la transition écologique

En France, le secteur des transports représente 30 % des émissions totales de gaz à effet de serre alors que le mode ferroviaire ne représente que 0,3% des émissions pour 10% du trafic. La SNCF s’est engagée à prendre tout sa part en rendant le ferroviaire plus attractif et plus performant. Elle a pour ambition de doubler la part de marché pour le trafic fret comme pour le trafic des voyageurs en train d’ici 2030 au bénéfice de l’ensemble de l’écosystème, en faisant du train l’ossature des chaînes logistiques et des mobilités durables.