Sortie de voie d'un TGV entre Strasbourg et Paris le 5 mars

Ce que l’on sait sur les circonstances et conséquences de la sortie de voie d'un TGV Colmar - Paris-Est, survenue le jeudi 5 mars à 7h45 dans le secteur d’Ingenheim (Bas-Rhin).

Publié le | Mis à jour le

Vidéo : Point presse du 5 mars avec Jean-Pierre Farandou

Prise en charge des blessés et des voyageurs

L’accident a fait trois blessés : le conducteur du TGV, le chef de bord qui se trouvait dans la première voiture et un passager, légèrement blessé au visage. Dix-huit voyageurs ont par ailleurs été entendus par les secours, afin de gérer un éventuel choc psychologique.

«J’ai une pensée très forte pour les voyageurs et nos collègues cheminots présents à bord», a déclaré Jean-Pierre Farandou, qui s’est rendu au plus vite sur les lieux de l’accident, accompagné par Luc Lallemand, PDG de SNCF Réseau, et par Stéphanie Dommange, directrice régionale SNCF Grand-Est.

« Je voudrais saluer l’extraordinaire réaction de tous les moyens de secours et des cheminots à bord. Énormément de monde s’est très vite mobilisé.»

L’agent de conduite a été évacué par hélicoptère. Il est hospitalisé au CHU de Strasbourg Hautepierre. Ses jours ne sont pas en danger. «Il s’est comporté de manière admirable. Il a conservé son sang-froid et pris les mesures de sécurité nécessaires après le choc», a expliqué Jean-Pierre Farandou, qui a pu lui rendre visite et échanger avec lui cet après-midi à l’hôpital. Le chef de bord, qui souffre de douleurs au dos, est hospitalisé à Saverne.

Les 348 voyageurs du TGV ont été pris en charge puis évacués par bus pour rejoindre la salle des fêtes d’Ingenheim, où une cellule psychologique a été mise en place. Ils ont ensuite été acheminés vers Strasbourg, où une salle était à la disposition des proches et familles, puis vers Paris-Est pour ceux qui le souhaitaient.

Les faits : ce que l’on sait

Le TGV, qui circulait sur LGV à environ 270 km/h au moment du choc, n’était pas en survitesse.

L’accident est lié à l’important glissement de terrain d’un talus longeant la voie. Le talus s’est affaissé sur une soixantaine de mètres de longueur et sur environ les deux tiers de sa hauteur totale (22 mètres), constituant ainsi un obstacle sur la voie. Le train a heurté l’amas de terre, ce qui a entrainé la sortie de voie de la motrice et des quatre voitures de tête.

La conception du TGV, dont les huit remorques voyageurs liées confèrent une rigidité mécanique à la rame, ainsi que les dispositifs de sécurité, ont pleinement joué leur rôle, permettant au train de rester debout.

Aucune anomalie sur la voie n’avait été constatée par les cinq trains qui ont précédé ce matin le TGV accidenté.

Depuis sa mise en service en décembre 2016, l’ouvrage en terre fait l’objet d’une surveillance renforcée, combinant :

  • des inspections approfondies (la dernière a eu lieu en décembre 2018) ;
  • des tournées en hélicoptère (la dernière a eu lieu en novembre 2019) ;
  • des observations lors des tournées de surveillance périodiques à pied (la dernière a eu lieu le 8 février 2020).

Aucune inspection n’a montré de risque vis-à-vis de la circulation des trains.

L’enquête technique immédiate déclenchée par la direction des Audits SNCF, ainsi que l’enquête engagée par le BEA-TT, permettront de déterminer les circonstances exactes de cet accident. Par mesure de précaution et sans attendre les résultats des enquêtes, SNCF Réseau décide d’une campagne de surveillance renforcée des ouvrages semblables de la LGV Est Européenne.

Conséquences sur le plan de transport

La LGV Est Européenne est fermée à la circulation entre Saverne et Vendenheim pour permettre les travaux de confortement du talus et de réfection des voies. Des experts sont sur place pour mesurer l’importance des dégâts et évaluer les mesures provisoires à prendre pour rétablir la circulation. Les travaux, dont la durée reste à déterminer, prendront certainement plus d’une semaine.

L’ensemble du trafic TGV entre Paris et Strasbourg est détourné sur ligne classique entre Vendenheim et Baudrecourt, ce qui implique un rallongement de temps de parcours de 45 minutes.