Crédit photo en-tête de page : Direction de projet Eole SNCF

Eole un chantier qui n’a pas chômé pendant l’été

L’un des  plus gros chantiers d’Île-de-France a subi, le 16 mars dernier, le même coup d’arrêt que l’ensemble du pays, dû à la pandémie de Covid-19. Mais le prolongement du RER E vers l’Ouest a été l’un des premiers à reprendre dès le mois d’avril, de manière progressive. Chacun des intervenants avaient alors une priorité en tête : la sécurité sanitaire de tous sur les chantiers. Deuxième priorité : maintenir la programmation des travaux d’été. Avec succès : 100% des opérations prévues ont été réalisées.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 6 min.

Les avancées en images

  • 1. 3ᵉ voie entre Mantes et Epône-Mézières

  • 2. La gare d’Epône-Mézières, plus accessible

  • 3. La gare des Mureaux remise au goût du jour

  • 4. Double pont entre les gares de Houilles- Carrières-sur-Seine et de Nanterre

  • 5. Grande étape franchie en gare de Nanterre

  • 6. La Défense : architecture finalisée pour une gare emblématique d’Eole

  • 7. Virginie à mi-parcours

  • 8. Une usine flottante

  • 9. Porte Maillot et bientôt Hall Pereire

  • 10. Haussmann Saint-Lazare s'adapte au RER NG

  • 11. Rosa Parks : un autre chantier en zone dense

  • 12. Un bâtiment technique à Pantin

1. 3ᵉ voie entre Mantes et Epône-Mézières

Il s’agit d’élargir la plateforme ferroviaire sur plus de 4 kilomètres de longueur, pour augmenter la capacité sur l’axe. Dès 2024, il y aura une voie supplémentaire en heure de pointe dans le sens de la pointe, afin d’améliorer la régularité du RER E et de la rendre plus robuste en cas de perturbation. Une 4e voie est également prévue. Elle sera dédiée au projet de ligne Paris-Normandie.

Le terrassement a été lancé cet été. Les travaux de génie civil devraient être terminés en 2021, et la pose de la voie ferroviaire en 2023.

Le plus impressionnant selon Xavier Gruz, directeur de projet sur RER Eole : l’élargissement du tronçon sur la Seine, sur une longueur de 300 mètres. « On reconstitue le chemin de halage* le long de la Seine. Les travaux se font donc par barge .»

* Le chemin de halage permet de tracter les bateaux fluviaux depuis le rivage. Il s’agit de les faire avancer le long d’une rivière ou d’un canal au moyen d’une corde tirée par des moyens humains, par des chevaux ou encore des moyens mécaniques.

2. La gare d’Epône-Mézières, plus accessible

Outre les quais rallongés et rehaussés, une nouvelle passerelle accessible est mise en place le 14 juillet. Cela se passe en plusieurs étapes : le premier tronçon de la passerelle est transporté au-dessus des quais et caténaires par une grue située sur le parvis de  la gare. Il est ensuite déposé et fixé sur les piliers. Le second tronçon suit le même chemin. Ensuite, c’est au tour des trois escaliers d’être grutés au-dessus de la ville pour être fixés à la passerelle. Celle-ci comprendra également un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite. La fin des travaux est prévue en octobre 2020.

3. La gare des Mureaux remise au goût du jour

Là aussi les quais sont allongés et rehaussés. Les abris de quai qui dataient des années 1950 sont par ailleurs changés, et le souterrain est réaménagé. « Comme la plupart des travaux d’Eole, ils se déroulent sous exploitation, commente Xavier Gruz, ce qui les rend bien sûr complexes. Là, contrainte supplémentaire, la gare est perchée sur une colline et les quais sont situés au milieu des voies, ce qui oblige à faire passer le matériel nécessaire aux travaux des quais, au-dessus des voies. »
L’ensemble des travaux sera terminé en 2024 pour la mise en service.

En savoir plus

4. Double pont entre les gares de Houilles- Carrières-sur-Seine et de Nanterre

Pour relier les 47 km de lignes existantes aux 8 km de nouvelle infrastructure, un ouvrage d’art exceptionnel de par son architecture est en cours de construction. Le double pont enjambe la Seine sur 800 mètres de longueur, entre les gares de Houille-Carrières-sur-Seine et de Nanterre. Il comporte un pont ferroviaire et une passerelle « mode doux », pour vélos et piétons. Il s’agit de raccorder les voies du RER E sur les voies vers Mantes et la Normandie.

Les piles de pont ont été terminées fin juin, et le « tablier », partie métallique où s’effectue le passage, ont été « lancés ». Côte à côte sur les mêmes piles de pont se trouvent la voie ferroviaire d’un côté et de l’autre, la voie pour piéton et la piste cyclable. Le prochain gros lançage aura lieu le 24 septembre. Avec une mise en service en 2022.

En savoir plus 

5. Grande étape franchie en gare de Nanterre

C’est l’une des 3 gares nouvelles du chantier Eole. Une grande étape a été franchie cet été puisque la future gare du RER E est passée au mode ferroviaire avec la pose des premiers rails. Désormais, la gare extérieure comprend 6 voies, 4 quais desservis par une passerelle centrale et un grand porche de 8 mètres sur 12.

6. La Défense : architecture finalisée pour une gare emblématique d’Eole

Autre étape franchie avec succès cet été : le terrassement a débuté à la future gare du RER E à la Défense ; et la « boîte », c’est-à-dire à l’enveloppe qui constituera le corps de la future gare, située sous le Cnit, est désormais raccordée au tunnel. C’est le fruit d’un chantier techniquement très délicat. En effet, il a fallu «reprendre en sous-œuvre» le bâtiment du Cnit, c’est-à-dire soutenir les 120 poteaux qui constituent les appuis du bâtiment existant, pour creuser de nouvelles fondations sous les fondations existantes. Puis créer la structure de la nouvelle gare, toit, piliers et le sol, sans interrompre l’activité du Cnit.

En savoir plus

7. Virginie à mi-parcours

Le tunnelier du projet Eole, Virginie, a dépassé le périphérique pour arriver à Paris le 5 septembre au niveau de la Porte Maillot. Parti de Courbevoie, il a ainsi réalisé la moitié de son parcours qui sera de 6 kilomètres. Ses dimensions impressionnantes – 11 mètres de diamètres, 90 mètres de long et 2 500 tonnes – ne l’ont pas empêché d’adopter un rythme soutenu : il creuse en moyenne 15 à 20 mètres par jour. Mais ces dernières semaines, il a battu son record de vitesse avec 32 mètres creusés en une journée.

En savoir plus

8. Une usine flottante

Les 400 tonnes de déblais excavés sont transportés en totalité par la Seine. « Preuve que le tunnelier a très bien avancé depuis le confinement, on a manqué de barges en août pour transporter la boue excavée », plaisante Xavier Gruz. La boue est transportée dans des conduites sous pression, jusqu’à une usine de traitement placée sur la Seine, où la boue est filtrée et les matériaux compactés. Cela évite le passage à Courbevoie (92) de 250 camions par jour.

9. Porte Maillot et bientôt Hall Pereire

Reliée depuis début septembre au tunnel, la gare de la Porte Maillot, futur Hall Pereire, sera le lieu de correspondance entre le RER E, le RER C et la ligne 1. Aujourd’hui, les volumes de la gare apparaissent et la voûte supérieure est terminée.

En savoir plus

10. Haussmann Saint-Lazare s'adapte au RER NG

Cet été les travaux dans la gare de Haussmann Saint-Lazare, ont nécessité une coupure de 7 semaines de circulation du RER E. « C’était indispensable pour réaliser le rehaussement des voies à destination du RER Nouvelle génération, (RER NG), attendu en 2022, témoigne Xavier Gruz. Le trafic a repris comme prévu le 31 août, avec 100% du travail fait. C’est une grande satisfaction car la pandémie avait mis un coup d’arrêt au chantier. C’est d’ailleurs le premier qui ait repris, dans les conditions sanitaires appropriées, dès le 6 avril. »

11. Rosa Parks : un autre chantier en zone dense

Le pont qui passe au-dessus de Saint-Denis a largement avancé cet été. Les travaux de génie civil seront terminés fin 2020, tandis que les travaux ferroviaires prendront fin en 2021. Le pont supportera deux voies de garage pour les rames du RER E venant de l’Ouest, ayant pour terminus Rosa Parks.

Les arches du pont ont été installées en juin. Puis le tablier, assemblé à Gennevilliers, a été transporté par barges sur la Seine. « La particularité de ce chantier est de se situer dans un quartier très dense », explique Xavier Gruz.

12. Un bâtiment technique à Pantin

Avancée également sur le flan Est, avec la réception des travaux techniques du Centre de commande unifié à Pantin, qui commandera tous les aiguillages de l’Est et de l’Ouest, RER E et Transilien de Mantes-la-Jolie à Chelles. Le bâtiment sera achevé à la fin de l’année pour une ouverture début 2022. « Ce laps de temps d’une année entre la fin des travaux et la mise en service s’explique par tous les essais nécessaires, notamment avec le système Nexteo, et la prise en main par les agents », indique Xavier Gruz.

Le projet Eole en chiffres

  • 55 km de ligne prolongée vers l’Ouest
  • 47 km de voies existantes rénovées réaménagées
  • Un nouveau tunnel de 8 km
  • 3 gares nouvelles : Porte Maillot, La Défense, Nanterre
  • 12  gares modernisées et adaptées au nouveau matériel roulant
  • 3,8 milliards d’euros investis, hors matériel roulant, par 8 financeurs (État, la Région Île de France, la Société du grand Paris, la ville de Paris, les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines, Île-de-France Mobilités et SNCF Réseau)