Crédit photo en-tête de page : DR

Pour la première fois, un cœur devant être greffé est transporté en TGV

La SNCF transporte chaque année près de 1 000 greffons, mais c'est la première fois que l'entreprise se voit confier la mission de transporter un cœur destiné à être greffé.

Mis à jour le

Lecture 2 min.

Quand le train aide à sauver des vies

Entre le moment où un cœur est prélevé et le moment où il est greffé, il ne faut pas dépasser 3 à 4 heures. C'est la raison pour laquelle le transport s'effectue généralement par hélicoptère ou avion. Mais au début de cette semaine (1), lorsqu'un homme décède à l'hôpital de Nancy et que sa famille donne son accord pour le prélèvement, l'épais brouillard qui enveloppe la Moselle rend impossible le transfert par les airs. Pour la première fois en France, c'est donc le rail qui est choisi pour transporter le cœur vers sa nouvelle vie, à quelques centaines de kilomètres.


Ultra-conditionné, l'organe a voyagé à côté du conducteur avant d'être acheminé sous escorte policière jusqu'à l'hôpital de destination, où le receveur était déjà au bloc opératoire. Il a pu être implanté in extremis.

Sans la SNCF, la France n'aurait pas l'un des meilleurs taux de greffe de rein d'Europe

Si le transport d'un cœur est une première, la SNCF, signataire en 2010 d'une convention avec l’Agence de biomédecine, transporte chaque année bénévolement de nombreux autres greffons, confiés aux chefs de bord. Grâce à son maillage unique du territoire et à la fréquence de ses circulations, le train représente en effet un moyen idéal pour faire parvenir ces précieux colis à bon port, en temps et en heure.

1. Le don d'organe étant anonyme en France, les dates exactes de l'intervention et l'endroit où le cœur a été greffé ne peuvent être divulgués.