Crédits photo en-tête de page : SNCF

Covid-19 : qu'en est-il de la climatisation ?

Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, qu’en est-il de la climatisation ? Quelques cas de transmission suspectés ont fait naître le doute*. Est-elle un facteur de propagation du virus ? Non, répond Cyril Verdun, pilote des experts climatisation à l’ingénierie SNCF.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 5 min.

Quelles sont les recommandations actuelles en termes de santé ?

Dans le contexte de Covid-19, le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP)** a fait deux recommandations sur la climatisation : renouveler l’air intérieur au maximum par un apport d’air extérieur, et favoriser les systèmes de ventilation indirects.

Comment la SNCF répond à ces préconisations ?

Pour la première recommandation, les systèmes de ventilation dans les trains sont très performants puisqu’ils prélèvent systématiquement de l’air à l’extérieur. La climatisation fonctionne de la manière suivante : de l’air est aspiré à l’intérieur, filtré, mélangé à de l’air flitré provenant de l’extérieur, puis ce mélange est réchauffé ou refroidi selon la saison, puis diffusé à l’intérieur du train. En termes de proportion d’air extérieur, cela change selon les matériels. Pour les TGV Inoui et Ouigo, c’est environ un tiers d’air extérieur et deux tiers d’air intérieur qui est refiltré toutes les 3 minutes. Ce qui donne un air renouvelé entièrement toutes les 9 minutes.

Dans les matériels TER, la proportion d’air extérieur est de 40% en moyenne pour 60% d'air intérieur. L’air est donc entièrement renouvelé toutes les 5 à 8 minutes selon les modèles de rame.

La deuxième recommandation est d’éviter la ventilation trop directe. En effet, deux cas de contagion ont mis en question la ventilation directe (sans preuve certaine jusqu’à présent)*. Les gouttelettes provenant d’une personne infectée pourraient être propulsées par la ventilation en direction de quelqu’un d’autre et lui transmettre ainsi le virus (si ce dernier ne porte pas de masque). Mais c’est un cas de figure exclu dans les trains, où il n’y a pas de ventilation directe. Pour le confort des voyageurs, la ventilation indirecte et la diffusion légère sont systématiquement préférées. L’air est diffusé du bas vers le haut, limitant encore les risques.

Y a-t-il des mesures sanitaires spéciales qui ont été prises ?

Les mesures de nettoyage et de maintenance (dont le renouvellement des filtres) en vigueur actuellement sont largement suffisantes pour assurer une qualité d’air optimale dans nos trains. Le pas de maintenance de changement des filtres est en moyenne effectué tous les 90 jours. Une nouveauté cependant : au moment du changement de filtre, la bouche et le circuit d’aération sont désinfectés entièrement.

*Un cas de transmission suspectée a eu lieu en janvier dans un restaurant de Canton (Chine).

** Le Haut Conseil de Santé Publique est l’instance gouvernementale qui, entre autres missions, conseille l’État en matière de stratégie de santé publique. En savoir plus

Un point sur la qualité de l'air dans nos trains

Un point sur la qualité de l'air dans nos trains

.