Crédit photo en-tête de page : Yann Audic

Emmanuel Moynot, lauréat du Fauve Polar SNCF

Le 1er février, le Fauve Polar SNCF a été remis à Emmanuel Moynot pour son album « No Direction ». Interview de l’auteur, grand fan de Bob Dylan et Martin Scorcese, sur son rapport au polar et ses sources d’inspiration.

Publié le | Mis à jour le

Quelle est votre relation au polar ? 

C’est le centre névralgique de mon travail. S’il m’arrive de m’en écarter pour explorer d’autres genres, j’y reviens toujours. Je suis moi-même un grand lecteur de romans policiers et de romans noirs. 

Quels sont les auteurs qui vous ont le plus marqué ?

Je suis un grand admirateur de l’Américain Jim Thompson. Toujours aux États-Unis, j’ai beaucoup appris, en termes de rigueur stylistique, de Dashiell Hammett, découvert à l’adolescence. Et puis, bien qu’il ait peu écrit, Donald Ray Pollock, l’auteur de « Le Diable, tout le temps », est très important à mes yeux. Je me retrouve dans son désir de faire une littérature élaborée et de parler de la noirceur du monde, et en particulier de celle qui accable une certaine partie de la population.  

Quelle est votre chanson préférée de Bob Dylan ? 

C’est difficile…  Ah si, il y en a une qui a une résonance tout à fait personnelle pour moi, c’est « You’re gonna make me lonesome when you go », sur l’album « Blood on the tracks ». S’il n’en restait qu’une, ce serait celle-ci.

 

En savoir plus sur Emmanuel Moynot et l’album « No Direction ».

Espace Polar SNCF : les chiffres clés

  • Plus de 15 000 visiteurs
  • 15 rencontres entre les auteurs et le public
  • 30 animations