Publié le

La donnée, nouvelle étape de la transformation digitale de SNCF

Benoît Tiers, directeur général e.SNCF, a inauguré ce mercredi 29 août le 5ème «Espace 574» du groupe SNCF, implanté au cœur du technicentre d’Hellemmes (Nord). L’occasion de faire un point d’étape sur la stratégie numérique du groupe : construire l’entreprise de demain grâce à la donnée.

English version

SNCF poursuit son programme de transformation digitale, lancé en 2015, afin d’augmenter le pouvoir de mobilité des clients et de mettre le meilleur du numérique au service de la performance ferroviaire. Dans cette perspective de transformation, la donnée (ou data) se place comme un levier de performance industrielle au service des clients. En effet, SNCF possède des données historiques comme les horaires, les données industrielles archivées de toutes les interventions sur les 15 000 trains, les 30 000 kilomètres de voies et dans les 3 000 gares. Mais l’entreprise dispose également des données que les clients lui confient pour améliorer l’expérience de voyage ainsi que celles générées dans les applications client et métier (comme les données prédictives ou de localisation). Par ailleurs, l’application SNCF est aujourd’hui la plus téléchargée en France dans la catégorie transport, avec 10,8 millions de téléchargements. Pour Benoît Tiers, "ce patrimoine est inédit, structuré, exploité et protégé". Les nouvelles technologies, comme l’IoT ou le Big Data, permettent à SNCF d’aller encore plus loin : "Nous sommes désormais en capacité de gérer une quantité de données beaucoup plus importante, de les croiser pour proposer de nouveaux services", précise-t-il.

English version

English version interview Benoît Tiers

Vidéo : La donnée, nouvelle étape de la transformation de SNCF

Vidéo : Le technicentre d'Hellemmes : l'usine du futur

Les enjeux d’une utilisation intelligente des données

La data est mise au cœur de la création de valeur car elle est exploitée de façon à répondre aux besoins spécifiques de chaque client SNCF. Dans le cadre du projet Data Flux Voyageurs, par exemple, les données de géolocalisation client sont utilisées pour faciliter la recherche des trajets, rendant l’application SNCF plus intelligente et personnalisée. Une fois que l’utilisateur a donné son autorisation de géolocalisation, l’appli est capable de suggérer le prochain endroit où il pourrait se rendre, et ainsi, lui proposer les moyens de transport les mieux adaptés.

English version

English version interview David Assouline

Vidéo : Présentation de Data Flux

Vidéo : Data Flux Voyageurs, le big data au service de la mobilité des voyageurs

Prévenir les pannes grâce aux données

La maintenance prédictive participe à améliorer la robustesse du réseau ferroviaire, et pour preuve, le projet Vibrato. Une expérimentation qui consiste à récolter les données de vibration géolocalisées, via les gyroscopes et accéléromètres des smartphones embarqués dans les trains du quotidien (TER, Transilien, Intercités). L’entreprise est ainsi capable d’inspecter la condition des voies ferrées et réaliser les opérations de maintenance, avant que les pannes surviennent.

English version

Vidéo : Présentation de l'application Vibrato

Un réseau ferroviaire virtuel

Autre projet data majeur de SNCF Réseau : la duplication virtuelle du réseau ferroviaire, afin de piloter au mieux toutes les opérations. Le réseau est «scanné» grâce à la technologie Lidar : doté des logiciels de reconnaissance automatique, l’outil permet de créer des nuages de point en 3D. Cette acquisition de données plus efficace contribue également à la robustesse industrielle, rendant la maintenance et les travaux plus performants.

English version

English version interview Bruno Landes

Vidéo : Présentation du projet Lidar

Vidéo : Interview de Bruno Landes sur le projet Lidar

Des innovations qui simplifient les processus

Dans d’autres cas d’usage, les données aident à rendre les activités du groupe plus souples. Par exemple, pour la révision d’un TGV, les agents installaient des passerelles temporaires afin d’effectuer l’inspection des toitures. Maintenant, le numérique rend ce procédé plus simple et moins coûteux : au Technicentre d’Hellemmes, la même tâche se fait grâce à un drone piloté par les agents. "Cette innovation, c’est un gain de sécurité et moins de pénibilité pour nos agents. Nous avons supprimé une manœuvre dangereuse, pénible et longue de leur quotidien, leur permettant ainsi de se consacrer à d’autres tâches", explique Nicolas Lesieurs, Responsable production au Technicentre d’Hellemmmes. "Nos agents sont formés en pilotage de drone par les collègues d’Altametris (filiale de SNCF Réseau dédiée aux drones, ndlr), améliorant ainsi significativement le process de maintenance".

English version 

English version interview Hassan Zarouri

Vidéo : #DIGITALSNCF - Drone, les données en temps réel pour une maintenance plus agile

Des lunettes connectées pour la maintenance des trains

Les chefs de projets du Matériel proposent, quant à eux, des lunettes connectées pour faire de la «chirurgie» des trains à distance. Concrètement, lorsqu’un problème de maintenance est détecté, le technicien sur place peut envoyer les vidéos et les photos à un expert à distance, et, grâce aux lunettes, recevoir ainsi de l’aide en temps réel.

English version

English version interview Patrick Lindenschmidt

Vidéo : Lunettes VR, téléassistance entre technicentres industriels et dépannage terrain