Crédit photo en-tête de page : Charly Lataste

Comment diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre ?

Alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP21) a abouti à la signature d’un accord qui marque le début d’un processus de déploiement des solutions bas carbone, SNCF présente une étude sur les évolutions possibles de la mobilité des personnes en France à l’horizon 2050 et leurs impacts environnementaux.

Télécharger

Publié le

Cette étude s’appuie sur les réflexions d’experts français et internationaux ainsi que sur les résultats d’une enquête menée par l’IFOP en juin-juillet 2015 auprès de 1 800 Français. À partir d’hypothèses identiques d’évolution de l’économie, de la démographie et de la technologie, l’étude dégage trois futurs possibles,
fonction des évolutions de la demande de mobilité et de l’offre de transport. La réalisation de l’un ou l’autre des trois scénarios dépend des choix collectifs et individuels qui viendront accentuer les tendances fondamentales de mobilité observées actuellement. Un seul scénario, celui de la Proximobilité, permet d’atteindre l’objectif national de réduction par quatre des émissions de gaz à effet de serre au niveau national (Facteur 4). Compte tenu des coûts réels des différents modes de transport, ce scénario permet également à la collectivité d’économiser près de 100 milliards d’euros par an par rapport à la situation actuelle et aux autres scénarios.