Publié le

Internet en haut-débit partout, tout le temps

SNCF Réseau aura équipé 65 km de tunnels ferroviaires des réseaux mobiles publics haut-débit 3G et 4G d’ici fin 2018. Le gestionnaire d’infrastructure vise une couverture complète de l’ensemble des tunnels sur lignes à grande vitesse et des tunnels parisiens d’ici 2019.

Télécharger le communiqué de presse (PDF, français, 696,29 ko)

En collaboration avec les opérateurs Bouygues Télécom, Free Mobile, Orange et SFR, SNCF Réseau modernise ses tunnels. Depuis 2017, six zones confinées ont déjà été équipées en réseaux 3G et 4G. Des travaux menés uniquement la nuit pour ne pas impacter la circulation des trains. Aujourd’hui, trois chantiers restent en cours pour des mises en service d’ici fin 2018 :

  • Quais de la gare Montparnasse (ligne N) : 500 m
  • Marne-la-Vallée-Chessy (interconnexion LGV Sud-Est) : 2,1km
  • Roissy-Charles de Gaulle LGV (interconnexion LGV Sud-Est) : 3,6 km


70% des tunnels sur les lignes à grande vitesse auront été couverts à la fin de l’année. D’autres projets suivront dès 2019 en fonction des accords avec les opérateurs.

Optimiser son temps de trajet

L’équipement des tunnels en réseaux haut-débit, c’est un meilleur confort et un meilleur service pour les clients. Cela permet par exemple une information voyageur plus rapide et plus pertinente pour les clients en cas d’aléas ou encore une communication plus fluide pour les agents SNCF intervenant dans les tunnels. On peut aussi visionner un film, travailler, surfer sur les réseaux sociaux, bref, optimiser son temps de trajet (96 minutes par jour en moyenne pour les franciliens).

Le modèle du RER C

Avec 540 000 voyageurs chaque jour et une traversée de Paris, la ligne C est à la fois une ligne du quotidien mais aussi une ligne particulièrement utilisée par les touristes. Il a donc été décidé qu’elle soit la première ligne de transport ferroviaire d’Ile-de-France à assurer une continuité de couverture 3G-4G en souterrain. Débutés à l’été 2016 et achevés début 2018, les travaux n’ont pas été simples : ils ont été réalisés dans une espace confiné et sans interrompre la circulation des 500 trains quotidiens. Aujourd’hui, les 18 km en tunnel du RER C dans Paris sont équipés du haut-débit mobile.