Crédit photo en-tête de page : Alfred Cromback

«La décarbonation de la logistique, un critère de choix pour les clients»

La démarche d’éco-conception des prestations logistiques de GEODIS a été validée par un organisme expert. Le point sur une approche qui répond aux préoccupations environnementales des entreprises.

Mis à jour le

Céline Chatelain est directrice Business Excellence de la région Europe de l’Ouest, Moyen-Orient et Afrique (WEMEA) de GEODIS. Elle nous en dit plus sur la démarche d’éco-conception des prestations logistiques développée par GEODIS que L’Association française pour l'amélioration et le management de la qualité (Afaq) a analysée et validée en février dernier.

En quoi consiste l’éco-conception des offres de prestations logistiques que réalise GEODIS ?

Céline Chatelain : L’éco-conception est un processus qui a pour but de réduire les impacts environnementaux d’un produit ou d’un service tout au long de son cycle de vie. Concrètement, pour une offre logistique, GEODIS va étudier l’ensemble du cahier des charges envoyé par le client au moment d’un appel d’offres et identifier les différents impacts environnementaux sur la durée du cycle de vie, c’est-à-dire du moment de la réponse à l’appel d’offres jusqu’à la fin du contrat ou la fermeture d’un site. Tout va être analysé en détail : le type de bâtiment, les équipements dans l’entrepôt (les chariots élévateurs, les tables, les racks, les équipements informatiques et télécom…), l’énergie (quel type d’énergie on va utiliser, comment optimiser la consommation) ou encore les déchets produits. Tout cela est ensuite transformé en émissions de CO2 théoriques, que l’on va chercher à réduire. Prenons l’exemple de l’un de nos clients du secteur des biens de grande consommation qui disposait déjà d’un entrepôt et souhaitait externaliser son activité de logistique. Nous lui avons proposé une approche permettant de réduire de 50% les émissions de CO2 par rapport à l’existant grâce à un bâtiment certifié Haute performance environnementale avec des panneaux solaires qui permettent une auto-consommation au site, un éclairage à LED et des solutions nouvelles pour la gestion des déchets.

Cette approche constitue-t-elle un atout pour GEODIS ?

C.C. : La démarche de réduction des émissions de CO2 correspond à une réelle demande. Les questions «Avez-vous une politique de décarbonation ? Comment pouvez-vous nous accompagner pour décarboner nos activités logistiques ?» nous sont posées dans 95% des appels d’offres. Cela devient un facteur différenciant pour les acteurs de la logistique et un critère de choix pour nos clients. Ils y sont tous sensibles, qu’ils soient situés en Europe de l’Ouest, au Moyen-Orient ou en Afrique. Notre approche est commune à tous les pays et nous l’adaptons en fonction du cahier des charges des clients et des contraintes techniques locales.

Aujourd’hui, seules 20% des entreprises utilisent l’approche d’éco-conception et principalement pour la conception de produits, car il existe très peu d’outils d’analyse des émissions au cours du cycle de vie pour les services. La validation de notre démarche par l’Afaq, un acteur engagé sur le sujet depuis plus de 15 ans et à l’expertise reconnue, nous permet d’attester que nous avons bien respecté toutes les étapes de l’éco-conception. Si cette reconnaissance est valable pour les secteurs géographiques de l’Europe de l’Ouest, du Moyen-Orient et de l’Afrique, l’approche que nous appliquons est basée sur l’expertise de nos ingénieurs et tend à s’appliquer sur d’autres périmètres géographiques où GEODIS est implanté. Elle complète le travail réalisé par les activités de transport de GEODIS, qui ont mis en place énormément d’initiatives en matière de réduction des émissions de CO2 des bâtiments et des flottes de véhicules, d’organisation des tournées et de typologies de carburants ou sources d’énergie utilisées.

Les collaborateurs de GEODIS sont-ils sensibles à la démarche d’éco-conception et impliqués dans celle-ci ?

C.C. : Oui. Toutes les équipes qui ont participé au projet ont toujours fait des retours très positifs. Nous en avons également parlé en interne, par exemple dans le cadre de «challenges innovation» ou de «cafés communication» et les réactions ont là aussi été très positives. Cela apporte du sens à la mission de GEODIS au quotidien, et les collaborateurs sont assez fiers de travailler pour une entreprise qui cherche à réduire son empreinte carbone. Sur les sites logistiques de GEODIS, les collaborateurs sont impliqués sur ces thématiques par un processus d’amélioration continue pendant toute la durée de vie du contrat. Grâce à des projets pensés et menés par les collaborateurs des sites, nous arrivons à réduire encore plus nos émissions de CO2 que ce que nous avions prévu durant la conception de l’offre.