Crédit photo en-tête de page : Sébastien Godefroy

Opti-conduite : énergie économisée, régularité préservée

Opti-conduite est un outil d’aide à l’éco-conduite qui permet notamment d’optimiser la consommation d’énergie des trains, l’une des priorités du programme Planète Voyages.

Mis à jour le

Lecture 3 min.

Une étude menée il y a une dizaine d’années a révélé que sur parcours et matériel identiques, et avec la même ponctualité à l’arrivée, la consommation d’énergie peut varier jusqu’à 30%. Pour la longue distance, qui demande des ajustements de vitesse permanents, et même si les conducteurs TGV ont déjà une forte expertise sur la conduite «au profil», il y avait encore beaucoup à gagner sur la consommation d’énergie, mais aussi sur la sollicitation du matériel.

Dès 2012, la Direction des opérations industrielles (DOI) a donc développé un outil permettant de lisser la vitesse tout en garantissant d’arriver à l’heure. Les premières versions d’Opti-conduite ont commencé à être déployées en 2016. Depuis, l’outil a fait l’objet d’améliorations continues, et cela continuera dans les années à venir (prises en compte des fortes détentes horaires, connexion à la gestion opérationnelle des circulations, etc.).  

La dernière à version en date, à l’ergonomie améliorée, est en cours déploiement auprès des conducteurs de toutes les activités : Transilien et TER, même si l’économie d’énergie est moindre pour les parcours comportant des arrêts fréquents, et bien sûr Voyages SNCF. Depuis mi-décembre, Opti-conduite indique d’ailleurs la nouvelle vitesse de référence dynamique aux 1 400 conducteurs des TGV INOUI et OUIGO.

Comment ça marche ?

À l’aide d’un algorithme intégré à Sirius, la tablette des conducteurs, Opti-conduite tient compte de nombreux paramètres (vitesse, position du train, profil de la voie, etc.) pour calculer et indiquer en temps réel au conducteur la vitesse optimale à respecter à chaque instant, pour que le train arrive parfaitement à l'heure tout en consommant le moins d'énergie possible.  

Illustration en vidéo avec Sébastien, conducteur sur l’axe TGV Est (Vidéo tournée avant la crise sanitaire liée à la Covid-19).

L'éco-conduite

Les bénéfices attendus d'Opti-conduite

  • 8 à 10% d’économie d’énergie chaque année pour TGV INOUI et OUIGO. Pour l’ensemble de la flotte TGV, cela représente 2 millions d’économies par mois sur la facture énergétique.  
  • Des engins moteurs plus fiables car moins sollicités et donc moins de maintenance corrective à terme.  
  • Pour les conducteurs, une conduite plus souple grâce à une vitesse lissée sur le parcours. 

Trois questions à Bertrand Deshumeur, conducteur TGV sur l’Axe Est

Quelle était votre perception de l’outil ? 

Bertrand Deshumeur : À la base j’étais sceptique. J’avais entendu tellement de critiques sur la première version : des estimations farfelues qui changent, du retard… L’outil porte toujours le même nom, donc les gens doivent avoir en tête les bugs de la première version ! J’ai été agréablement surpris quand j’ai découvert la version actuelle de l’outil. Je fais l’heure pile, je respecte les consignes de marche sur l’erre : ça marche super ! 

Comment l’avez-vous pris en mains ? 

B. D. : Au début ce qui est difficile c’est de se convaincre que quand l’outil dit 290 alors qu’on peut faire 320… et bien que l’on va faire l’heure malgré tout. Il y a un cap mental à franchir : je le suis ou je ne le suis pas ? L’outil fait un lissage de vitesse globale, en prenant en compte plein de paramètres. Au début on a des doutes, mais on voit bien avec les points de passage qu’en fait c’est cohérent. Il faut sauter le pas. Ce que je conseille pour prendre confiance en l’outil : quand il dit 290 au lieu de 320, commencer à 300… Pour se garder un tapis quoi, une petite marge, et se laisser convaincre ! 

Quel message souhaiteriez-vous faire passer à vos collègues ? 

B. D. : Pour nous ce qui est important c’est que l’outil permet de ne pas rouler à la vitesse limite. On peut vite dépasser sur TGV, la surveillance de la vitesse demande une attention extrême. Là c’est un vrai confort : on peut rouler sous le seuil de la vitesse limite, on craint moins le COVIT (contrôle de vitesse). Cela permet aussi de moins solliciter les engins, et pour les conducteurs cela fera immanquablement moins de panne à termes. On roule moins vite et on a moins de pannes : on est plus zen. Et puis l’économie d’énergie c’est un vrai plus. L’entreprise nous donne un outil pour qu’on joue notre rôle aussi, nous conducteurs, je trouve ça important.