Crédit photo en-tête de page : scienceinhd / unsplash

Le solaire tous azimuts

Sur les toits et les parkings des gares, des technicentres ou sur des friches ferroviaires… Les panneaux photovoltaïques se multiplient comme des petits pains à la SNCF.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 2 min.

L’objectif de la trajectoire énergie de la SNCF est de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de manière drastique en 2030 : -30% en ce qui concerne le domaine des transports, et -50% dans le domaine de l’immobilier.

Cela repose entre autres sur un mix énergétique comprenant plus de renouvelable. Le photovoltaïque est l’un des moyens d’y parvenir.

Que ce soit par des panneaux installés :

  • Autour les gares, comme à Nîmes Pont-du-Gard qui comprend 8 000 m2 d’ombrières sur son parking ;
  • Autour des bâtiments industriels, comme c’est le cas à Hellemmes, avec 6 500 m2 de panneaux en toiture ;
  • Dans des fermes solaires de plusieurs hectares ;
  • Ou encore en signant des PPA, c’est-à-dire des contrats d’achat sur le long terme. Ainsi, SNCF permet la construction de champs photovoltaïques en s’engageant à acheter leur future production sur le très long terme (20-25 ans). Cela contribue à augmenter la part d’énergie renouvelable dans le mix français.

La SNCF et le photovoltaïque : chiffres clés

La SNCF et le photovoltaïque : chiffres clés

.