Publié le

Plan Grand Froid : faire face aux conditions météo hivernales

Les fortes chutes de neige, la baisse importante des températures ont un impact important sur les différents modes de transport. Pour anticiper au mieux ces perturbations, SNCF active son " plan Grand Froid ". Il concerne principalement la préparation, l’entretien du matériel et du réseau ferré national, la mobilisation des équipes, les dispositifs d’information et de prise en charge voyageurs.

Télécharger l'infographie (Pdf, français, 2Mo)

Consulter la carte de vigilance météo

Les conséquences du froid sur la voie ferrée

  • l’accumulation de neige dans les aiguillages empêche les manœuvres et bloque les circulations
  • les chutes de neige abondantes peuvent obstruer la voie
  • l'accumulation de glace autour de la caténaire perturbe le passage du courant et peut provoquer l’arrêt des circulations sur certaines lignes
  • avec le froid, l’acier se rétracte et provoque des fissures qui peuvent engendrer des ruptures de rails
  • l’enneigement des quais rend l’accès des voyageurs impossible ou dangereux
  • les blocs de neige glacés par le souffle des trains et projetés agissent comme des projectiles dangereux. Plusieurs centaines de vitres sont cassées chaque année
  • l’ampleur et les conséquences des chutes de neige restent imprévisibles. Selon les conditions météo, la vitesse des trains peut être réduite, des trains peuvent même être supprimés

Vidéo : Les conséquences de la neige sur le réseau

Les moyens pour combattre les conditions hivernales

  • les aiguillages bénéficient d’une surveillance accrue par des agents en période de neige
  • des réchauffeurs d’aiguilles sont aussi mis en place. Pour dégager les voies, 57 engins « chasse-neige » sont pré positionnés aux endroits à risques
  • sur les lignes classiques, un train dit « racleur » circule équipé de pantographes avec bandes d’archet en acier pour agir sur l’accumulation de glace sur la caténaire. L’acquisition de 12 nouveaux engins est prévue pour l’hiver 2017 (contre 9 engins en 2016 et 5 en 2015)
  • sur d’autres lignes, des installations de dégivrage électrique sont utilisées pour réchauffer la caténaire
  • les rails sont régulièrement contrôlés par des trains spéciaux ou par des agents munis d’appareils portatifs
  • le déneigement des quais nécessitent une main d’œuvre importante : SNCF fait appel à son personnel et aussi à des entreprises prestataires. 4 millions d'euros ont été investis en 2017 pour le déneigement et le déglaçage des quais, la main d’œuvre et les produits et les équipements de déneigement (sel, sable, pelles, balais, gants, lunettes...)

FONGLASLIK, un produit traçable et projetable est actuellement en test sur les lignes D et R. Il s’agit d’un produit liquide qui se répand à l’aide d’un pulvérisateur, permettant de dégeler les quais et les bordures. Ce type de produit est également utilisé dans l’aérien pour dégeler les pistes.

Pour les trains, des protections sont installées autour des organes sensibles. La technique Carglass est utilisée pour réparer les bris de vitres (réparation des vitres par injection de résine). Lorsque cela semble nécessaire, la vitesse des trains est réduite, à 220 voire 160 km/h pour les TGV et à 120 km/h pour les Intercités et les TER

En 2017, l’experimentation PREVINEIGE est reconduite sur les axes TGV EST (étendue également sur la portion Baudrecourt-Vendenheim) et SUD-EST. Grâce à un retraitement des données METEOFRANCE, des préconisations de limitation de vitesse seront faites aux acteurs qui prépareront leur mise en œuvre ainsi que les mesures préventives.

  • Les blocs de glace formés avec les chutes de neige peuvent endommager le matériel : fissures et bris de glace sont constatées

  • Un train chasse-neige en Auvergne

  • Un train chasse-neige en Auvergne

  • Lors des chutes de neige, de blocs de glace se forment sous les bas de caisse des trains. La vitesse des trains est alors réduite pour éviter les projections et les dégâts matériel.

  • Le 7 février, des chutes d'arbres sur des caténaires ont occasionnés des perturbations en Ile-de-France. Il s'agit ici d'une chute d'arbre à Sèvres-Ville d’Avray (92) sur les lignes L et U.

  • Des agents SNCF Réseau à l’œuvre pour réchauffer les aiguilles dans l’avant-gare d’Austerlitz (ligne C).

  • Des agents SNCF Réseau à l’œuvre pour réchauffer les aiguilles dans l’avant-gare d’Austerlitz (ligne C).

  • Les agents de SNCF Réseau en intervention après avoir découpé une partie de l’arbre qui perturbait la circulation

  • Les blocs de glace formés avec les chutes de neige peuvent endommager le matériel : fissures et bris de glace sont constatées

  • Le 7 février, des chutes d'arbres sur des caténaires ont occasionnés des perturbations en Ile-de-France. Il s'agit ici d'une chute d'arbre entre Meaux et Trilport.

  • Intervention des équipes SNCF Réseau pour permettre la circulation des trains

  • Intervention des équipes SNCF Réseau pour permettre la circulation des trains

  • Intervention des équipes SNCF Réseau pour permettre la circulation des trains

Vidéo : Les actions du plan Grand Froid

Information et prise en charge des voyageurs

Pendant l’hiver, selon les conditions climatiques, SNCF peut décider de réduire la vitesse des trains voire d’en supprimer certains pour des raisons de sécurité. Dans tous les cas, l’entreprise veille à transmettre  aux voyageurs l’information la plus pertinente possible :

  • si la chute de neige est prévisible (c’est-à-dire si l’alerte météo est donnée 36 heures à l’avance), une information fiable sera délivrée au plus tard 24 heures avant le début de la perturbation
  • si l’information n’est pas prévisible (alerte moins de 36 heures avant la chute de neige), l’information sera fiable mais elle sera donnée avec moins d’anticipation

SNCF dispose de visuels permettant de communiquer sur les plans de transports adaptés, affichés ou distribués sous forme de tract en gare.

Dans les trains, les contrôleurs sont équipés de smartphone pour fournir de l’information aux voyageurs en temps réel. Un plateau d’assistance ouvert tous les jours de 6h à 22h est à la disposition de ces agents.

Dans le cas de difficultés de rapatriement de voyageurs, 50 gares dites " d’accueil " peuvent accueillir les voyageurs. Ces gares ont la capacité de recevoir des rames et disposent de personnel disponible en gare ou de Volontaires de l’Information ainsi que des possibilités d’avitaillement. De plus, des stocks d’avitaillement sont disponibles dans les 250 gares principales : 27 000 couvertures, 13 000 coffrets Chaud’Collation (avec boissons chaudes), 125 000 coffrets repas, 10 600 kits de nuit…

Data de l'hiver

  • 57 engins "chasse-neige"
  • 4 millions d'euros, c'est le prix d'achat d'un engin chasse-neige automoteur
  • 4 millions d'euros investis en 2017 en produits et moyens de déneigement
  • 50 gares d'accueil
  • 27 000 couvertures
  • 10 000 tonnes de neige par heure déblayées par les nouveaux chasse-neiges