Crédit photo en-tête de page : Alex Profit

Le plan de transport Fret SNCF pour les marchandises vitales

À l’heure du confinement, le transport ferroviaire de marchandises est plus que jamais vital pour la nation. À quels besoins essentiels répondent les circulations mises en œuvre par Fret SNCF ?

Publié le | Mis à jour le

Lecture 3 min.

Vidéo : Fret SNCF, un acteur-clé de l'alimentation

Dans le contexte difficile que nous connaissons aujourd’hui, Fret SNCF remplit deux devoirs en parallèle : 

  • préserver la santé et la sécurité des agents qui travaillent, par tous les moyens à disposition (gestes barrières, gel hydroalcoolique, lingettes, désinfection, etc.). L’organisation du travail a notamment été repensée pour éviter au maximum la proximité et les contacts entre salariés. 
  • assurer une mission d’intérêt général pour les industries nécessaires à la vie quotidienne des citoyens, et ainsi aider le pays à surmonter la crise Covid-19.

Vidéo : Le Fret s'adapte à la crise sanitaire

60 %

des trains de Fret de la SNCF acheminent des produits vitaux pour la nation

 

Depuis l’entrée en vigueur du confinement, les secteurs économiques à l’arrêt ou au ralenti ont réduit d’environ 40% leurs commandes quotidiennes à Fret SNCF. Le plan de transport s’établit donc ces jours-ci à un peu moins de 60% des trains prévus au plan de transport nominal, soit environ 400 trains quotidiens. Le plan de transport est ajusté en permanence. «Nous sommes amenés à faire beaucoup plus de sur mesure», explique Frédéric Delorme, président de TFMM (Transport Ferroviaire et Multimodal de Marchandises).

90% des clients satisfaits

Avec un nombre de trains réduit, nous parvenons, grâce à l’organisation spéciale que nous avons mis en place, à aller partout et à satisfaire 90% de nos clients. 

Frédéric Delorme, président de TFMM

Trois catégories de circulations Fret

Les trains de fret qui circulent dans la période actuelle peuvent être classés en trois catégories : 
 

  • les trains vitaux Nation (environ 10% du trafic nominal) : il s’agit par exemple de transporter le chlore qui permet d’assainir l’eau courante, le gaz de pétrole liquéfié, les granulés de bois utilisés par les centrales urbaines pour le chauffage, notamment des hôpitaux. Les trains utiles aux approvisionnements/expéditions des usines dont l’activité ne peut, par nature, être arrêtée de manière temporaire, entrent aussi dans cette catégorie (électrolyse, fours  des verreries, laminoirs à coulée continue, etc.).
  • les trains vitaux Pandémie (environ 20% du trafic nominal) permettent de faire fonctionner au mieux l’économie de consommation des Français confinés. Ils transportent par exemple les céréales destinées à produire des pâtes ou à fabriquer des médicaments, dont le paracétamol, des fruits et légumes, de la poudre de lait, ou encore la chimie et le PVC nécessaires aux industries pharmaceutiques et médicales (fabrication de masques, de seringues, de poches médicales, etc.). 
  • les trains de continuité industrielle (15 à 30% du trafic nominal) : ces trains permettent de faire fonctionner, parfois au ralenti, des usines stratégiques situées aux quatre coins du pays. Ils contribuent donc à faciliter, dans quelques semaines, la reprise d’une « vie normale » pour tous les Français, et à accélérer la remontée en puissance de l’économie.  

Jean-Pierre Farandou : « Les cheminots font de grandes choses quand ils savent qu’ils servent l’intérêt général »

Fret SNCF, SNCF Réseau, Matériel… de nombreux métiers sont mobilisés tous les jours sur le terrain pour assurer ces circulations. 

Jean-Pierre Farandou : « Je veux saluer l’engagement des équipes qui permettent la circulation des trains de Fret, afin d’assurer les besoins vitaux de la nation et la continuité industrielle. Ces trains contribuent à sécuriser la fourniture des produits de première nécessité dans nos supermarchés ou dans nos usines. Les cheminots font de grandes choses quand ils savent qu’ils servent l’intérêt général, je leur dis merci.»