Crédits photo en-tête de page : Christophe Recoura

Le plan de transport Voyages SNCF pour les missions essentielles à la Nation

Alors que la population est confinée et doit limiter ses déplacements, SNCF continue d’assurer la circulation de certains trains. Pour Voyages SNCF, c’est 7% de l’offre TGV INOUI et Intercités. À quels besoins essentiels répondent ces circulations ?

Publié le | Mis à jour le

Lecture 3 min.

La SNCF réalise actuellement un plan de transport adapté aux mesures prises par les autorités publiques dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Appelé service de continuité pendant l’épidémie (SCPE), ce plan est décliné au sein de l’activité Voyages de SNCF Voyageurs de manière à répondre aux demandes du gouvernement.

7% de l'offre de transport longue distance normale

Dans le cadre de l’interdiction des déplacements non indispensables décidée par les autorités publiques, Voyages SNCF a progressivement réduit son offre de transport ferroviaire longue distance. Depuis le vendredi 27 mars, la circulation des trains OUIGO est totalement suspendue tandis que l’offre de TGV INOUI est passée de 15% (90 trains) à 7% (40 trains) de son niveau normal. En accord avec les services de l’État, autorité organisatrice des lignes de trains d’équilibre du territoire, le taux de circulation des trains Intercités est lui aussi ramené à 7% du trafic normal.

Assurer « la continuité des services essentiels à la vie de la nation »

Pour répondre à la demande de l’État, les directions d’axes de Voyages SNCF ont conçu un «service de continuité pendant l’épidémie» permettant de desservir une fois par jour les villes majeures du pays au départ ou à destination de Paris, en particulier pour les besoins de déplacement des personnels militaires et soignants. Les médecins, infirmier.e.s et aide-soignant.e.s qui répondent aux appels à volontariat des institutions sanitaires et hospitalières bénéficient d’ailleurs de la gratuité des voyages.

Les dessertes conservées permettent les déplacements pour motif professionnel essentiel à la continuité de la vie économique de la nation en période d’épidémie. Enfin, pour les voyageurs rapatriés depuis l’étranger, un train quotidien Lille-Lyon dessert l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

Mesures barrières

Afin d’assurer le respect des règles de distanciation sociale destinées à freiner la propagation du virus, le nombre de places disponibles à bord de chaque train est limitée à un siège sur deux. Chaque voyageur dispose ainsi de deux sièges au lieu d’un.

Enfin, le SCPE est conçu de manière à réduire au maximum les contacts entre les agents SNCF et les voyageurs. Pour limiter ces interactions, les agents à bord des trains ne réalisent d’ailleurs temporairement plus leurs missions de contrôle des titres de transport, et se concentrent sur celles liées à la sécurité pendant le voyage.

TGV médicalisés

À la demande du ministère des Solidarités et de la Santé, la SNCF a fait circuler des TGV médicalisés pour transporter des malades en réanimation depuis la région Grand Est vers les Pays de la Loire et la Nouvelle Aquitaine.

Un premier TGV effectuant la liaison Strasbourg-Angers-Nantes a circulé le mercredi 25 mars. Deux autres ont été affrétés le dimanche 29 mars : l’un entre Nancy et Bordeaux transportant 24 malades, et l’autre entre Mulhouse et Poitiers, avec 12 malades à bord. Les équipes de Voyages SNCF et de l’ensemble du groupe continueront de répondre aux demandes de transport médicalisé formulées par les autorités publiques.