Crédit photo en-tête de page : Matthieu Raffard

Le régime de retraite spécial des cheminots

"Tous les cheminots partent à la retraite à 50 ou 55 ans", "il existe une bonification spéciale pour les conducteurs"... Le régime de retraite des cheminots est souvent la cible de fausses affirmations ou d'approximations. Récapitulatif.

Publié le

Lecture 4 min.

Tous les cheminots peuvent partir à la retraite dès 50 ou 55 ans ?

C’est faux ! Seuls les salariés nés avant le 1er janvier 1962 ou avant le 1er janvier 1967 pour les agents de conduite, bénéficient de l’âge d’ouverture du droit à retraite fixé à 55 ans, ou à 50 ans pour les agents de conduite.

Pour les agents nés après ces dates, les âges d’ouverture du droit à pension augmentent chaque année de 4 mois par génération pour atteindre progressivement :

  • 57 ans pour les agents nés à compter du 1er janvier 1967,
  • 52 ans pour les agents de conduite nés à compter du 1er janvier 1972.

Par ailleurs, si les cheminots au statut peuvent partir plus tôt, ils doivent, comme tous les salariés, cotiser 43 ans (172 trimestres) pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Beaucoup de cheminots choisissent donc de partir bien après l’âge d’ouverture des droits. On constate, en 2018, pour le personnel sédentaire, que l’âge moyen de départ à la retraite est de 58 ans et 2 mois. Pour le personnel roulant, l’âge moyen de départ à la retraite est de 53 ans et 7 mois.

Les agents de conduite bénéficient-ils de bonifications Traction ?

Seuls les conducteurs embauchés avant le 1er janvier 2009 bénéficient de bonifications ou trimestres gratuits pour le calcul de leur pension de retraite.

La pension de reversion est-elle versée sans condition d’âge ni de ressources ?

Non ! Le bénéfice de la pension de réversion obéit à un certain nombre de conditions telles que : durée du mariage, nature de la situation familiale, l’âge…

Comment le régime spécial de retraite de la SNCF va-t-il s’équilibrer avec la fin des recrutements au statut ?

La question de l’équilibre financier des régimes spéciaux relève de l’État. Comme il le fait pour d’autres régimes spéciaux (agriculture par exemple), l’État compense déjà le déséquilibre démographique du régime de retraite de la SNCF. Il continuera à le faire. En 2018, la contribution d’équilibre de l’État s’élève à 3 307,1 millions d’euros.

Âge d’ouverture des droits à la retraite

  • Pour les salariés SNCF
    Progressivement et selon la génération :
    de 55 à 57 ans pour les salariés sédentaires du cadre permanent
    de 50 à 52 ans pour les conducteurs de train ayant effectué entre 15 et 17 ans comme agent de conduite.
  • Dans le code du travail
    62 ans pour les salariés nés à compter du 1er janvier 1955

Nombre de trimestres de cotisation pour bénéficier d’un taux plein

  • Pour les salariés SNCF
    172 trimestres (43 ans)
    Hors conducteurs : à partir de la génération née en 1978
    Conducteurs : à partir de la génération née en 1981
  • Dans le code du travail
    172 trimestres (43 ans) à partir de la génération née en 1973

 

Taux de remplacement moyen net (montant de la pension nette totale versus le montant du dernier salaire net)

  • Pour les salariés SNCF
    66,1%
  • Dans le code du travail
    74% (Source : OCDE)

Taux de remplacement moyen brut (montant de la pension brute totale versus le montant du dernier salaire brut)

  • Pour les salariés SNCF
    60,4%
  • Dans le code du travail
    61% (Source OCDE)