Publié le

William Hup sur les traces des animaux sauvages

On les appelle des régulateurs faune sauvage. Leur rôle : éviter les collisions avec les trains mais aussi les dégâts sur les infrastructures. Une mission cruciale poursuivie avec passion par William Hup, un précurseur dans ce domaine.

Infatigable

Il arpente sans relâche les abords des voies. Pour éviter les heurts des trains avec les sangliers, chevreuils et autres grands mammifères, William Hup ne compte ni son temps ni les kilomètres parcourus. Il couvre ainsi près de 750 km de voies répartis sur 5 départements, au sein de l’Infrapôle Paris Sud-Est.

Des fouisseurs sachant fouir

Premier agent à avoir occupé un tel poste à temps complet, ce régulateur faune sauvage sur lignes classiques veille aussi à éloigner des emprises les animaux «fouisseurs» tel le lapin ou le blaireau : les dégradations qu'ils causent constituent en effet un véritable danger pour la stabilité des infrastructures. Ce pionnier au sein de la SNCF a même conçu un dispositif inédit, "l’effaroucheur", destiné à dissuader les animaux de s’approcher et primé en interne… Avec ses collègues répartis aux quatre coins de la France, William Hup représente un maillon essentiel parmi les mesures mises en place pour faire face à ce phénomène potentiellement lourd de conséquences.

Plus de 200 000 minutes perdues en 2018

Car l’enjeu est de taille : en 2018, 8 620 trains ont été retardés par 1 432 collisions, engendrant au total 207 172 minutes perdues. Les divagations et heurts avec la faune sauvage figurent parmi les 5 premières causes d’irrégularité sur le réseau ferré national. Risques pour la sécurité du personnel, des voyageurs et des riverains, impacts sur la régularité, désorganisation de la gestion du trafic, dégradations du matériel roulant et des infrastructures sans compter les coûts engendrés : les dégâts sont d’ordre très divers. William n’a pas fini de se tenir sur le qui-vive.

Une deuxième recrue tout juste nommée en Bretagne

Nommé en mars dernier à l’Infrapôle Bretagne, Jérémy Guillaudeux est devenu le deuxième régulateur faune sauvage sur lignes classiques à officier sur le réseau ferré national. Surveillant de travaux au sein de l’équipe voie d’Ille-et-Vilaine, Jérémy a suivi la formation de garde-chasse particulier avant d’assumer cette nouvelle casquette supplémentaire.

Vidéo : Un jour avec William Hup