Photo credit (banner): Alfred Cromback

Publié le

Résultats semestriels 2019 du Groupe SNCF : les signaux sont au vert

Au 1er semestre 2019, toutes les activités marquent une croissance soutenue en France et à l’international. Le Groupe SNCF poursuit en parallèle l’amélioration de sa performance, continue d’investir massivement au service des clients et affiche des résultats opérationnels en nette hausse, supérieurs aux prévisions.

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger le communiqué de presse en anglais

Télécharger la présentation des résultats semestriels

Une bonne dynamique commeciale

Le 1er semestre 2019 marque une forte dynamique des activités, qui porte le groupe bien au-delà du rattrapage lié à la grève du printemps 2018. Le chiffre d’affaires atteint 17,9 Mds€, soit +10,5% (+5% hors effet de la grève du 1er semestre 2018).

Portée par la nouvelle expérience TGV InOui et l’offre low cost Ouigo, la grande vitesse ferroviaire en France  affiche +16,9% de trafic sur le semestre et +10,5% par rapport à 2017. À l’international, le trafic Thalys progresse de 4,6%, dont +22% pour l’offre IZY.

Les trafics de Transilien et TER progressent respectivement de 12,5% et 21,4% (+4,3% et +15,9% par rapport au 1er semestre 2017). TER profite notamment du transfert aux Régions de lignes Intercités.

L’activité de Keolis croît de 11,9%, portée par une forte croissance à l’international (+21,4%), avec notamment l’exploitation du réseau Transport for Wales au Pays de Galles depuis fin 2018.

Le chiffre d’affaires de SNCF Logistics est en hausse de 2,6%, en particulier à l’international, même si le 2nd trimestre et en particulier le mois de juin ont été décevants pour plusieurs secteurs. GEODIS affiche une croissance dynamique sur les activités de logistique contractuelle (+6,9% dont +8,8% aux USA).

L’activité de transport ferroviaire et multimodal de marchandises affiche une croissance de 11,8% (mais de -1,3% hors effet grève de 2018). Le mois de juin 2019 a marqué un fort ralentissement lié aux difficultés de certains secteurs industriels européens. Le transport multimodal en particulier progresse de +20% (+7% hors effet grève de 2018) porté par les trafics européens et la mise en service de la 5ème autoroute ferroviaire Barcelone-Bettembourg (Luxembourg).

On relève aussi une bonne progression de l’activité de Gares & Connexions (+10,9%), grâce à une valorisation dynamique des espaces commerciaux en gare. À noter : la signature d’un contrat d’assistance technique pour la rénovation de deux gares dans le sud de l’Inde.

Poursuite des gains de compétitivité

En parallèle, le Groupe SNCF poursuit le déploiement de ses plans de performance et réalise 400 M€ de gains de compétitivité supplémentaires sur le semestre. Cela représente près de 60% de l’objectif annuel 2019 (700 M€). L’optimisation du montant des achats liés à la rénovation du réseau, la réduction des coûts de production, une politique commerciale très réactive, l’adaptation de l’offre et la lutte contre la fraude côté transporteur, ainsi que la baisse des frais de structure expliquent cette réussite.

La dynamique des activités alliée aux efforts de réduction des coûts permettent au groupe d’afficher une marge opérationnelle de 2,9 Mds€, en amélioration de 1,7 Md€ (+ 1,2 Md€ à normes comptables constantes). À données comparables et en neutralisant les effets négatifs sur les comptes du 1er semestre 2018, dont la grève, la marge opérationnelle s’améliore de près de 270 M€. Toutes les activités progressent en termes de niveau de marge.

Le résultat net est positif à hauteur de 20 M€, en hausse de 551 M€ par rapport au 1er semestre 2018.

À fin juin 2019, la dette nette de SNCF Réseau (51,6 Mds€) est en hausse de +2,1 Mds€ par rapport à fin 2018 (dont +570 M€ sur la juste valeur des instruments financiers). La dette nette de SNCF Mobilités (8,1 Mds€ est quant à elle stable par rapport au 30 juin 2018 et en augmentation par rapport à fin 2018 compte tenu des effets de saisonnalité.

Des investissements massifs au service des clients

Les investissements sont massifs : ils s’établissent à 4,3 Mds€ au 1er semestre dont 2,4 Mds€ pour la rénovation et la modernisation de l’infrastructure ferroviaire et 1,9 Md€ par les activités de transporteur en particulier avec l’acquisition de matériel roulant neuf avec la livraison de 56 rames dont 18 Regio2N, 10 Francilien, 22 Regiolis et 6 rames TGV Océane. Au total 10,1 Mds€ d’investissements sont attendus sur l’année 2019, dont plus de 90% réalisés en France.

Les projets de développement cofinancés par les Régions et l’État augmentent de 185 M€ sur le semestre. À noter : la mise en service de la commande centralisée du réseau de Belfort, aboutissement de plus de 10 ans d’études et de travaux, qui va permettre une baisse significative des coûts d’exploitation tout en améliorant fortement la qualité de la desserte.

Les travaux d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite se poursuivent également.

À la clé : l’augmentation de la satisfaction des clients qui atteint son plus haut niveau global (TGV 77% et TER 74%).

Conformément à ses prévisions, le groupe n’en continue pas moins de recruter, avec près de 6 400 nouveaux embauchés en France au 1er semestre 2019, dont plus d’un tiers dans le ferroviaire.

Perspectives à fin 2019

La 2nde partie de l’année 2019 sera marquée par la mise en œuvre de la réforme ferroviaire et les préparatifs à la création d’un nouveau groupe public unifié en 2020. Le groupe se prépare aux défis du ferroviaire de demain en investissant plus que jamais sur les compétences et le savoir-faire des salariés. Cela passera par la négociation dès septembre d’un nouveau pacte social d’entreprise attractif et motivant.

Pour répondre à la demande de ses clients, le groupe continue ses efforts pour améliorer la qualité du service ferroviaire tout en réduisant les coûts et en gagnant en compétitivité. En parallèle, il déploie une politique commerciale offensive pour accroître son chiffre d’affaires et se préparer à l’ouverture à la concurrence du marché ferroviaire domestique. La poursuite de l’amélioration des fondamentaux ferroviaires (sécurité, robustesse, information voyageur) reste un objectif central.

Au sein de SNCF Réseau, le programme de transformation Nouvel’R, engagé en 2018, affirme le rôle pivot du gestionnaire d’infrastructure, permet d’améliorer la relation client et augmente la performance opérationnelle, portée par les zones de production.

La conjoncture économique et l’évolution des flux feront l’objet d’une vigilance particulière pour les activités logistiques.