Crédit photo en-tête de page : Bernard Baudin

Retour sur l'incident de Paris-Austerlitz et la reprise des circulations

Le 1er décembre dernier, une poutre de 300 tonnes vouée à la construction d’un immeuble privé est tombée sur les voies TER, Intercités et RER C, endommageant les installations ferroviaires au niveau de la gare d’Austerlitz, à Paris. Les circulations ont repris. Retour sur la chronologie des événements et l’engagement exceptionnel des équipes de SNCF Réseau aux côtés du groupement de BTP.

Mis à jour le

Lecture 3 min.

Chronologie des faits

  • Mardi 1er décembre : une poutre de 300 tonnes vouée à la construction d’un immeuble privé tombe lors de sa manutention avec interdiction de circulation sur les voies RER C, TER et Intercités, endommageant les installations ferroviaires au niveau de la gare d’Austerlitz. Les équipes de l’Infrapôle Paris Sud-Ouest sécurisent le périmètre, afin que les entreprises de travaux Freyssinet (groupe Vinci) et Léon Grosse, en charge du chantier immobilier, puissent démarrer les opérations.
  • Du 2 au 10 décembre : les équipes à l’œuvre étudient la situation pour choisir le meilleur scénario, font venir des grues supplémentaires, construisent des étais pour éviter le sur-incident. Enfin, la poutre de 300 tonnes est divisée en tronçons de 10 à 40 tonnes qui sont ensuite évacués à l’aide de deux grues Kirow.
  • Vendredi 11 décembre : l’équipe Freyssinet finit d’évacuer à 5h30 les installations ayant servi à procéder au retrait de la poutre. Lors d’une opération coup de poing de 72h, les équipes de SNCF Réseau réparent les installations ferroviaires endommagées : rails, traverses, caténaires et installations de sécurité.
  • Lundi 14 décembre : le trafic ferroviaire reprend progressivement sur le tronçon du RER C qui n’était pas desservi. Les circulations TER et Intercités restent maintenues aux gares de Paris-Lyon et Paris-Bercy.
  • Mardi 15 décembre : l'ensemble du trafic RER C, TER et Intercités reprend normalement dès le début du service.

Des moyens considérables, avec un seul objectif : la reprise du trafic

Des moyens considérables ont été utilisés par les différentes entreprises :

  • 150 compagnons à pied d’œuvre 24h/24 pour réaliser les travaux
  • 350 tonnes de matériel acheminées sur place
  • deux grues ferroviaires Kirow (dont l’une appartient à SNCF Réseau) mobilisées ainsi qu’une grue pouvant soulever 750 tonnes pour dégager les blocs de béton.

La mobilisation des équipes SNCF Réseau Ile-de-France a été exemplaire. Depuis le début des événements, elles ont répondu présent pour assurer la coordination, la logistique et la sécurité ferroviaire du chantier du 1er au 11 décembre.

D’autres équipes se sont également mobilisées : celles du technicentre national de Dijon pour le compte de SNCF Réseau pour la grue Kirow SNCF, celles du département Ouvrages d’Art de la Direction Générale Industrielle & Ingénierie et aussi les juristes experts en dommages qui se devaient de préserver les intérêts de SNCF Réseau.

De leur côté, les équipes de l’EIC de Paris Rive Gauche, déjà fortement mobilisées par le changement de service, ont mis en place un plan de transport de transition.

Enfin dans une opération coup de poing de 72 heures, plus de 60 personnes de l’Infrapôle Paris Sud-Ouest en 3x8 ont remis en état 60 mètres de voies et 600 mètres de catenaires qui avaient été endommagés. Ils ont inspecté 4200 mètres de catenaires et procédé aux actions de sécurité pour permettre le passage du premier train.

Incident Paris Austerlitz