Crédit photo en-tête de page : DR

La SNCF et les Chemins de fer russes (RZD) développent leur coopération pour utiliser l’hydrogène et les autres technologies favorisant la transition écologique

Le 26 mai 2021 Pierre Izard, Directeur Technologies - Innovation - Projets groupe de la SNCF, et Sergey Kobzev, Directeur général adjoint et ingénieur en chef des RZD, ont signé une feuille de route commune portant sur l’utilisation de l’hydrogène et d’autres technologies favorisant la transition écologique dans le domaine ferroviaire.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 2 min.

Une feuille de route qui s’inscrit dans une coopération de longue date entre la SNCF et les RZD

Cette feuille de route précise les domaines sur lesquels vont travailler les équipes françaises et russes entre 2021 et 2023. Elle s’inscrit dans la continuité d’une convention visant à développer la coopération des deux entreprises dans le domaine des solutions de mobilité durable signée en février 2020 par Jean-Pierre Farandou et Oleg Belozerov, respectivement Présidents de la SNCF et des Chemins de fer Russes (RZD). La feuille de route répond également au souhait exprimé en décembre 2020 par Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, de voir les deux opérateurs collaborer sur l’hydrogène et ses enjeux.

Des engagements forts en faveur de la transition écologique

A la fois techniques et économiques, portant de forts enjeux de sécurité, les sujets instruits par la feuille de route concernent la conception, la maintenance et l’homologation des matériels roulants fret et voyageurs, ainsi que l’optimisation des composants clés de l’utilisation de l’hydrogène, tels que les piles à combustible et les systèmes de stockage. La production, le transport et la distribution de cette énergie sont d’autres aspects de la collaboration entre la SNCF et les RZD.

Outre l’hydrogène, la feuille de route prévoit également d’avancer sur les autres modes de traction permettant de réduire le recours au diesel et notamment le train à batterie, le biocarburant et le gaz.

Pierre Izard : « La signature de cette feuille de route est le résultat de la fructueuse collaboration entre les équipes de la SNCF et celles des RZD. Avec la sécurité comme socle absolu de ce partenariat, notre objectif est de partager nos connaissances dans tous les domaines liés à l’utilisation de l’hydrogène et des technologies permettant de réduire l’impact environnemental du chemin de fer. » 

Sergey Kobzev : « Compte tenu des plans ambitieux de nos entreprises pour l'avenir, du désir de développer la coopération dans le domaine des technologies vertes, je pense que la signature de la feuille de route permettra d'atteindre ces objectifs plus rapidement. » 

Avec cet approfondissement de leur partenariat, la SNCF et les RZD affirment leur engagement en faveur de la transition écologique et montrent leur volonté de renforcer l’attractivité du ferroviaire par rapport aux autres modes de transport, beaucoup plus émetteurs de gaz à effet de serre.

La SNCF en pointe sur la réduction des émissions de CO2

Aujourd’hui, la part du ferroviaire dans les transports est d’environ 10% du trafic alors que, grâce à un réseau largement électrifiée, il n’émet que 0,4% des émissions de gaz à effet de serre de ce secteur. La SNCF a réduit de plus de 50% depuis 1990 ses émissions de CO2 par voyageur transporté, et dans des proportions sensiblement égales pour le fret par tonne transportée. L’entreprise s’est fixée pour objectif de réduire de 30% ses émissions entre 2015 et 2030 et d’atteindre la neutralité carbone en 2050.