Crédit photo en-tête de page : Elephant

SNCF Réseau, centré sur ses missions essentielles à la Nation

La priorité actuelle du gestionnaire d’infrastructure : assurer la protection des collaborateurs tout en assurant les trafics vitaux.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 5 min.

Confinement oblige, toutes les circulations voyageurs ont aujourd’hui atteint un niveau «plancher», mais partout en France, des trains vitaux fret et voyageurs, ainsi que des TGV médicalisés, continuent de rouler jour et nuit, et la très large majorité du réseau reste ouverte pour les accueillir. Dans les postes d’aiguillages, les postes de commandement et les centraux sous station indispensables à ces circulations, de nombreux collaborateurs SNCF Réseau continuent donc à assurer leurs missions sur le terrain, en se protégeant et en protégeant les autres, notamment par le respect des gestes barrières.

Maintenir «l'exploitabilité» du réseau

Depuis la mi-mars, les besoins des entreprises ferroviaires et des chargeurs sont adaptés quotidiennement aux capacités d’ouverture du réseau et au tracé de sillons, en tenant compte de la priorité accordée au train vitaux fret et voyageurs. Ce processus spécifique s’appuie sur le dispositif Sonar (Supervision opérationnelle nationale accès au réseau), piloté par la direction générale Clients et Services. Le plateau, qui mobilise 7 jours sur 7 environ 20 personnes de toutes compétences, assure un dialogue permanent entre le Centre national des opérations, les zones de production, les horairistes et les Établissements Infra Circulation. Ces derniers étant les seuls à pouvoir exprimer la faisabilité des trafics en fonction des ressources disponibles, et à pouvoir mettre en œuvre, le cas échéant, des solutions adaptées : passage des roulements de 3X8 en 2X8, modification des plages horaires des équipes, etc.

«Dans la crise que nous connaissons, la grande difficulté tient au nombre d'agents qui se trouvent dans l'impossibilité de venir travailler physiquement», explique Pascal Carrasco, responsable de la cellule Sonar. «Cela nous conduit à imaginer des solutions inhabituelles, que ce soit pour tracer les itinéraires, assurer les relais au niveau des machines et du personnel ou encore adapter les horaires de tenue des postes d’aiguillage.»

SNCF Gares & Connexions est associée à toutes les étapes de construction et de gestion des plans de transport, pour assurer une ouverture des gares appropriée, garantir la sûreté dans les espaces publics et les missions de base dont l’information Voyageurs.

La maintenance courante s'adapte

Le maintien opérationnel du réseau nécessite aussi de poursuivre l'entretien des abords et de la végétation, début du printemps oblige. La surveillance du réseau, et notamment les tournées à pied, ainsi que la mesure de la performance de l’infrastructure, via la circulation des engins de mesures, tel qu'Iris 320, continuent également pour garantir la sécurité des circulations.

Les opérations de maintenance courante sont également indispensables : remplacement de traverses, rail, ferrure, ballast, de soudure, de maintien de la géométrie de la voie, entretien des installations de sécurité. C’est aussi le cas de la préparation de la saison chaude qui doit permettre de garantir le bon fonctionnement du réseau dans les semaines à venir.

Afin de garantir la sécurité des agents, la fiabilité attendue, mais aussi la préparation des conditions de la reprise des circulations, l’organisation des opérations de maintenance a été adaptée, notamment pour y intégrer les gestes barrières. Pour cela, une trentaine de fiches de prévention sanitaire à l’usage des équipes opérationnelles ont d’ores et déjà été éditées. Ces fiches couvrent les principaux gestes métiers pour lesquels des mesures complémentaires sont nécessaires pour respecter les gestes barrières en assurant, par exemple, une soudure aluminothermique de rail ou en remplaçant une demi-barrière de passage à niveau.

Une situation qui évolue sur les chantiers

Au-delà des opérations d’entretien indispensables à la sécurité, l’organisation actuelle permet aussi de couvrir des relèves d’incidents importants, comme la récente réparation d’une rupture de caténaire à Orléans. Pour le reste, SNCF Réseau donne d’abord la priorité aux chantiers qui revêtent un intérêt direct pour la continuité du réseau et des circulations. On peut par exemple évoquer les travaux sur l’ouvrage en terre qui s’est affaissé sur la LGV Est, ou encore à Sèvres, sur la ligne Transilien de Paris Montparnasse. Ces chantiers ont déjà repris progressivement ou reprendront ces jours-ci, dans le respect des règles de sécurité et en particulier des gestes barrières.

Quant à la quasi-totalité des chantiers de modernisation, ils sont par la force des choses à l’arrêt.C’est aussi le cas des chantiers de développement, notamment du fait des difficultés rencontrées par les acteurs du BTP partenaires. Dans tous les cas, SNCF Réseau a fait procéder à la sécurisation des chantiers suspendus.

Organisation en coactivité garantissant les règles sanitaires, disponibilité et logistique d’acheminement des matières premières… Quelle que soit la nature des opérations, le redémarrage sera progressif, et là aussi, SNCF Réseau y travaille avec l’ensemble des parties prenantes.

Je tiens à exprimer ma fierté de voir notre entreprise et notre groupe solidaires et mobilisés pour affronter cette crise. Les trains essentiels à la vie de la Nation circulent grâce à un engagement individuel et collectif.

Luc Lallemand, PDG de SNCF Réseau