Crédit photo en-tête de page : Sébastien Godefroy

SNCF fédère ses partenaires européens pour faire plus de train

Le 21 février, SNCF a fédéré 33 entreprises ferroviaires européennes autour d’un plaidoyer commun pour accroître la part du train. En vidéo, l’avis de deux signataires, de la commissaire européenne et du ministre français chargés des Transports.

Mis à jour le

Lecture 4 min.

Présidents de chemin de fer, Commissaire européenne, Ministre des transports s'expriment sur le sommet

Alors que la France préside, au 1er semestre 2022, le Conseil de l’Union européenne, la SNCF a organisé le 21 février un sommet ferroviaire européen. Décideurs politiques européens et nationaux ainsi que représentants de la société civile et du secteur ferroviaire y ont abordé les sujets de la contribution du rail à la décarbonation des transports, de la digitalisation et de l’innovation et du financement du système ferroviaire de demain.

"Faire un effort pour le réseau ferroviaire"

À cette occasion, la SNCF a fédéré une trentaine d’opérateurs et gestionnaires d’infrastructure ferroviaires européens autour d’un plaidoyer commun pour une mobilité plus attractive, plus durable, plus inclusive et plus innovante. Le but de cette initiative : mobiliser les acteurs européens du ferroviaire et les pouvoirs publics européens et nationaux autour de l’objectif d’un accroissement de la part modale du ferroviaire pour lutter contre le changement climatique.

Les entreprises signataires y présentent des engagements autour de quatre enjeux : attractivité des métiers du ferroviaire, développement durable, inclusivité et innovation. Ils y appellent ensuite l’Union européenne et ses États membres à apporter leur soutien au développement du ferroviaire par des mesures concrètes, notamment la fixation d’objectifs de report modal ou des investissements massifs dans le réseau pour permettre ce report modal.

Consulter le plaidoyer en français

Consulter le plaidoyer en anglais

«Il va falloir faire un effort pour le réseau ferroviaire, un effort important. C'est absolument nécessaire (...), si on veut tenir nos objectifs, a déclaré Jean-Pierre Farandou lors du sommet. Il est temps de rattraper maintenant le niveau du réseau ferroviaire, et de le développer, et de le moderniser», a ajouté le président-directeur général de la SNCF.

Cette démarche européenne vient compléter la récente contribution écrite de Jean-Pierre Farandou au débat public national, dans laquelle il expose pourquoi doubler la part modale du train dans les deux prochaines décennies est une nécessité écologique autant qu’économique pour la France.