La stratégie RSE du groupe SNCF en détails

La stratégie RSE 2020-2030 du groupe SNCF, présentée par Mikaël Lemarchand, directeur de l’Engagement social, territorial et environnemental et du projet Tous SNCF, a été adoptée en Conseil d’administration le mercredi 23 juin.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 7 min.

Construite à partir des travaux stratégiques du projet Tous SNCF avec l’ensemble des sociétés et activités du groupe, la stratégie RSE (Responsabilité sociale et sociétale d’entreprise) fixe le cap et donne un cadre cohérent et commun pour faire de la RSE un levier de compétitivité et de performance globale. Mikaël Lemarchand explicite les six axes structurants qui composent cette stratégie RSE pour la décennie 2020-2030 :

Axe n°1

Développer la part du ferroviaire et des mobilités durables

«Le premier levier d’impact environnemental, c’est de gagner des parts de marché sur les modes les plus polluants. D’ailleurs, le report modal au bénéfice du ferroviaire et du vélo fait partie de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) de la France pour 2030. Parce que nos différents clients expriment des attentes sociétales de plus en plus fortes, la RSE devient un vecteur de conquête commerciale pour toutes les sociétés et activités du groupe. Le poids de 10% accordé à la RSE par la région Sud Provence-Alpes-Côte d’azur dans les deux appels d’offres TER en cours ou l’exigence des chargeurs de connaître l’impact environnemental de leur chaîne logistique en sont des exemples très concrets.»

«La RSE est aussi un vecteur d’économies qui nous rend plus compétitif, à la fois par la réduction de notre consommation énergétique et par l’accès à des financements avantageux ou à des subventions liées aux critères RSE. L’amélioration ces dernières années de nos notations extra-financières vient renforcer notre crédibilité RSE», affirme Mikaël Lemarchand.

Axe n°2

Réduire l'empreinte environnementale de nos activités

Frugalité des consommations, réductions des émissions de gaz à effet de serre, développement des énergies renouvelables, économie circulaire… L’ensemble du groupe SNCF est lancé et développe des initiatives sur tous les fronts.

«Par la nature de ses activités et son statut d’entreprise publique, le groupe SNCF a conscience de sa responsabilité sociale et environnementale. Nous nous sommes engagés dans des trajectoires de progrès ambitieuses comme la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 30% pour nos activités Transport et de 50% dans le secteur Immobilier, d’ici 2030 par rapport à l’année de référence 2015. L’empreinte environnementale ne se limite néanmoins pas aux émissions de CO2 : la valorisation des déchets, la préservation des ressources comme l’eau, la réduction de la pollution sonore font notamment partie de notre stratégie.»

Axe n°3

Améliorer l'adaptation et la résilience de nos activités au changement climatique

Face à la récurrence et à l’intensité accrues des événements climatiques (tempêtes, inondations, variations extrêmes de températures comme les épisodes prolongés de canicule ou de grand froid…), c’est désormais un enjeu majeur que de les intégrer dans la conception des infrastructures, des équipements, des matériels roulants et dans nos offres commerciales. Subir de plein fouet les conséquences des aléas climatiques n’est pas une fatalité : c’est le sens de l’adaptation et de la résilience au changement climatique.

«Nous souhaitons mieux identifier les conséquences du changement climatique sur nos activités, sur les équipements et infrastructures comme sur nos clients, afin de nous y adapter. Comment modéliser les impacts du changement climatique ? Comment adapter le réseau, le matériel roulant et les bâtiments ? C’est en travaillant avec des partenaires comme Météo France ou les compagnies d’assurance que nous pourrons progresser vite sur ce sujet», précise Mikaël Lemarchand.

Axe n°4

Agir pour la cohésion sociale et l'économie écologique et solidaire dans les territoires

«La transition écologique sera réussie si elle s’accompagne d’une transition sociale et d’une transition économique réussie. En tant qu’entreprise, nous avons un rôle clé à jouer pour que la transition écologique soit économiquement soutenable et socialement juste, c’est le propre du développement durable. Cette transition se fera dans les territoires, avec les territoires». Tout ce qui concourt à favoriser l’accès à la mobilité, à lutter contre les exclusions et à développer la solidarité dans les territoires, participe de cet axe stratégique.

«Le développement d’une politique d’achats responsables ambitieuse, qui embarque nos fournisseurs et nos sous-traitants, est aussi l'un des éléments clés de cet axe stratégique, tout comme l’accompagnement des acteurs territoriaux dans leurs transitions écologique et sociale. Le rôle de SNCF Immobilier est également crucial. Que ce soit pour valoriser le patrimoine immobilier et foncier avec l’urbanisme transitoire, ou pour contribuer à la mixité sociale grâce au logement», estime Mikaël Lemarchand.

Axe n°5

Faire de nos salariés les principaux acteurs et bénéficiaires de la transition écologique et sociale

«Mettre en cohérence nos ambitions sociétales et le quotidien des salariés, placer l’humain au cœur des projets et des pratiques managériales, faire évoluer les gestes métiers sont quelques-uns des enjeux essentiels pour la réussite des transitions écologique et sociale.»

«Il y a une envie très forte de nous toutes et nous tous de participer à la réussite des transitions écologique et sociale, dans tous nos métiers. C’est une chance et une force. À nous de créer les conditions, année après année, pour encourager et reconnaître l’engagement de chacune et chacun. C’est dans le vécu au quotidien que se trouve la réussite de cet axe stratégique.»

Axe n°6

Développer une éthique irréprochable et une gouvernance ouverte

«On a tendance à penser que les questions de gouvernance et d’éthique sont l’affaire d’experts ou des dirigeants du siège, ou qu’il s’agit juste d'une obligation légale à remplir. En réalité, nous sommes tous concernés. En matière d’éthique, nous avons toutes et tous un rôle à jouer pour favoriser la mixité et la diversité, pour lutter contre tout type de discriminations ou de harcèlement et attitudes de nature sexiste. Nous devons tous être vigilants face aux risques de corruption ou de cybersécurité. Quant à la gouvernance, l’ouverture à toutes les parties prenantes, internes et externes, est le principe directeur de notre action.»

«La stratégie RSE 2020-2030 validée par le Conseil d’administration le 23 juin inscrit le groupe SNCF dans des trajectoires de progrès, cohérentes avec les attentes de nos parties prenantes. Toute la société est en train de basculer dans la transition écologique. La prise de conscience des citoyens, des consommateurs, des collectivités comme des entreprises, s’accélère et se généralise. Le groupe SNCF, par la nature de ses activités et par les valeurs qui nous réunissent, a un rôle et une responsabilité dans la réussite de ces transitions sociale, écologique et économique. Les projets Tous SNCF ont déjà permis de définir les actions concrètes et prioritaires pour chaque entité et établissement, au plus près du terrain. Nous sommes déjà lancés !», conclut Mikaël Lemarchand.